PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Dyczkowski : Être et Existence

Dyczkowski : Être et Existence

samedi 26 mai 2018

Français

Nous avons vu comment le caractère dynamique (spanda) de la conscience? absolue est sa liberté d’assumer toute forme à volonté par la diversification active de la conscience (vimarśa) dans le temps et dans l’espace, lorsqu’elle est dirigée vers l’objet? et en assume la forme de sensibilisation. Le mouvement de la conscience absolue est un mouvement créateur, une transition de l’état incréé de l’Être à l’état créé du Devenir. En ce sens, l’Être est dans un état de Devenir perpétuel (satatodita) ; il phénoménalise constamment en expression finie. Le rayonnement de l’Etre intérieur est la manifestation du Devenir extérieur et, en tant que tel, est la source constamment renouvelée de lui-même, apparaissant sous le nom de Devenir. Ainsi, le caractère universel (sāmānya) de l’Être s’exprime dans la forme radiante (sphurattā) de chaque phénomène. Bien compris, Être et Devenir sont les faces intérieure et extérieure de la conscience universelle qui se manifeste spontanément, par son pouvoir inhérent, comme cette polarité. Le visage intérieur (antarmukha) de la conscience est le sujet pur qui, dépourvu de tout contenu objectif, demeure au-delà des royaumes du temps et de l’espace. The Stanzas on Vibration déclarent : « Cet être intérieur est la demeure de l’omniscience et de tous les autres attributs divins. Il ne peut jamais cesser d’exister? parce que rien d’autre ne peut être perçu [en dehors de lui] ».

[78] La face externe de la conscience représente la diversité et le changement continu de l’univers manifeste - l’objet. Alors que l’extérieur apparaît comme une réalité distincte séparée de l’intérieur, l’intérieur contient la totalité de l’extérieur qui apparaît en lui sans diviser sa nature? : « L’internalité », écrit Utpaladeva Utpaladeva
Utp
Utpala
Utpaladeva (« Seigneur du Lotus Bleu ») ou Utpalācārya (Xe siècle), philosophe shivaïte (śaivasiddhānta) du Cachemire, élève de Somānanda et maître de Abhinavagupta.
, « est un état d’unité avec le sujet, tandis que l’extériorité est l’état de séparation d’avec elle ».

Encore :

S’étant fait manifeste la conscience demeure à la fois le [sujet] intérieur et extérieur [objet]. Elle brille [en elle-même] de telle sorte qu’elle semble éclairer [quelque] autre [la réalité].

Original

We have seen how the dynamic (spanda) character of absolute? consciousness is its freedom to assume any form at will through the active diversification of awareness (vimarśa) in time and space, when it is directed at, and assumes the form of, the object of awareness. The motion of absolute consciousness is a creative movement, a transition from the uncreated state of Being to the created state of Becoming. In this sense Being is in a state of perpetual Becoming (satatodita) ; it constantly phenomenalises into finite expression. The shining of inner Being is the manifestation of outer Becoming and, as such, is the constantly self-renewing source of its own appearing as Becoming. Thus, the universal character (sāmānya) of Being is expressed in the radiant form (sphurattā) of each phenomenon. Rightly understood, Being and Becoming are the inner and outer faces of universal consciousness which becomes spontaneously manifest, through its inherent power, as this polarity. The inner face (antarmukha) of consciousness is the pure subject which, devoid of all objective content, abides beyond the realms of time and space. The Stanzas on Vibration declare : “That inner being is the abode of omniscience and every other divine attribute. It can never cease to exist because nothing else can be perceived [outside it].”

[78] The outer face of consciousness represents the diversity and continuous change of the manifest universe—the object. While the outer appears to be a distinct reality set apart from the inner, the inner contains the totality of the outer which appears within it without dividing its nature : “Internality”, writes Utpaladeva?, “is a state of oneness with the subject, while externality is the state of separation from it.” Again :

Having made itself manifest consciousness abides as both the inner [subject] and outer [object]. It shines there [within itself] in such a way that it appears to be illumining [some] other [reality].


Voir en ligne : THE DOCTRINE OF VIBRATION