PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Ocidente > Baader : Par ma collaboration je deviens bon ou mauvais

Baader : Par ma collaboration je deviens bon ou mauvais

lundi 1er décembre 2008

Extrait de « Fermenta Cognitionis », par Franz von Baader Baader Franz Xaver von Baader (François-Xavier von Baader), philosophe et théologien mystique allemand (1765-1841) (trad. Eugène Susini). Albin Michel, 1985

« C’est en faisant le bien que l’on devient bon », dit un écrivain français, et l’on pourrait par suite retourner la formule et dire : « C’est en faisant le mal qu’on devient mauvais. » Mais si c’est uniquement par l’intermédiaire de ma collaboration et de mon action personnelle que je deviens bon ou mauvais, que je pose mon caractère comme bon ou mauvais, cela implique qu’avant cet acte je ne suis ni l’un ni l’autre, c’est-à-dire que je suis? innocent ou en état d’innocence, en sorte que le fait de devenir bon ou mauvais par l’action? ne vaudrait à proprement parler que pour ce premier passage d’un état encore indéterminé à un état de bonté ou de méchanceté déterminé, à une forme positive ou négative de conscience? caractérisée, fixée ou exprimée. Le principe qui dit : l’organe se pose par sa fonction (la force se nourrit par l’action) ne dit à proprement parler rien de plus que ceci : seul le mot que j’ai exprimé, seule la pensée que j’ai formulée m’appartiennent. La créature, dans son état d’innocence première, ou dans l’état d’innocence restaurée par la grâce, renferme en puissance seulement (image, forme, etc.) une multiplicité de caractères ; et seule la puissance que la créature exprime à nouveau en elle et par elle, après avoir auparavant pénétré dans cette même puissance et avoir pris forme en elle, lui devient véritablement intérieure. Cette réaction de l’acte et de la manifestation fait également comprendre comment en faisant ou en exprimant une autre chose?, la caractéristique première intérieure — déjà formée — puisse être à nouveau détruite. Mais par cette première détermination en faveur d’une caractéristique ou d’une autre, la créature — à supposer que cela se produise dans l’état primitif — a supprimé en elle la possibilité de s’approprier une autre caractéristique ; et si la caractéristique effacée était la bonne, on conçoit qu’il soit nécessaire de la rendre intérieurement accessible par le moyen d’une puissance éthique libératrice. Ainsi donc ce que l’on réalise extérieurement est précisément ce qui devient intérieur. La causa morbi (comme la causa sanitatis) est l’acte primitif qui nous élève nous-mêmes hors de l’équilibre ou qui nous y fait pénétrer ; la natura? morbi (comme la natura sanitatis) est l’effet durable de cet état primitif en tant qu’il est une objectivation.


Voir en ligne : FRANZ VON BAADER