PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Timalsina : la conscience

Timalsina : la conscience

dimanche 10 juin 2018

Français

[...] la doctrine de dṛṣṭimātra, selon laquelle ce qui existe essentiellement ou ce qui est essentiellement perçu est « voir seulement ». Les advaitins soutiennent que la « conscience? » est « donnée » et ainsi est confirmée par elle-même au moment où elle est connue, et rien d’autre que la conscience ne peut être logiquement confirmé. L’examen attentif de cette étude démontre que le concept de la conscience de soi de la conscience est complexe ; même le terme même de « conscience de soi » est interprété différemment par différents philosophes et varie largement selon les différentes écoles de pensée idéaliste. L’établissement de la conscience comme consciente? de soi-même conduit à la conclusion que rien n’existe qui ne soit connu et qu’il n’existe que ce qui est connu. Comme le soutiennent les philosophes à l’étude, c’est en raison de l’ignorance? que l’on? accepte la « conscience » en tant qu’objets externes plutôt qu’en tant que conscience elle-même. Cependant, lorsqu’on l’examine logiquement, cette « ignorance » ne peut être déterminée en excluant le sujet conscient, ce qui conduit à la conclusion que ce qui existe est la conscience seule. Cette auto-confirmation de la conscience est essentielle aux arguments qui mènent à dṛṣṭisṛṣṭi et ekajīva, car les Advaitins soutiennent que cette conscience donnée en soi est le soi et qu’il n’y a pas d’autre soi que pour cette conscience en soi. Cet établissement de « voir seulement » suit l’argument classique de l’Advaita? qui nie l’existence? de la différence. La différence, dans ce sens, n’est perçue que par l’illusion?. - Cette étude catégorise les exemples qui démontrent la nature? illusoire du monde?, car ces illustrations incarnent les différences philosophiques résultant des modèles contrastés d’Advaita. Puisque la conscience de soi est ce qui est immédiatement expérimenté et ce qui est présupposé dans toutes les autres cognitions, et puisque la pluralité de cette conscience ne peut être établie logiquement, tout ce qui existe fondamentalement n’est que le soi qui est immédiatement expérimenté. Selon les Advaitins, la libération et l’esclavage sont imposés par l’ignorance, de sorte? que le soi s’imagine souffrir, bien que le soi même, la conscience en soi, soit éternellement libre de toute servitude. Cette conscience singulière identifiée au Soi est le sens conclusive de « voir » qui, soit « voit » sa propre vraie nature sans différence, soit « apparaît » dans la pluralité quand la vraie nature de la conscience n’est pas connue.

Original

[...] the doctrine of dṛṣṭimātra, according to which what essentially exists or what is essentially perceived is ‘seeing only’. Advaitins argue that ‘consciousness’ is ‘given’ and so is confirmed by itself in the moment it is cognized, and nothing other than consciousness can be logically confirmed. The close examination in this study demonstrates that the concept of the self-aware nature of consciousness is complex ; even the very term ‘self-aware’ is interpreted differently by different philosophers and varies widely among different schools of idealistic thought. The establishment of consciousness as aware of itself leads to the conclusion that nothing exists that is not known and there exists only what is cognized. As the philosophers under consideration argue, it is due to ignorance that one accepts ‘awareness’ as external objects rather than as awareness itself. However, when logically examined, this ‘ignorance’ cannot be determined excluding the conscious subject, leading to the conclusion that what exists is consciousness alone. This self-confirmation of awareness is pivotal to the arguments that lead to dṛṣṭisṛṣṭi and ekajīva, as Advaitins argue that this self-given awareness in itself is the self and there is no other self except for this awareness-in-itself. This establishment of ‘seeing only’ follows the classical Advaita argument that negates the existence of difference. Difference, along these lines, is perceived merely due to illusion. -This study categorizes the examples that demonstrate the illusory nature of the world, as these illustrations embody the philosophical differences resulting in contrasting models of Advaita. Since self-awareness is what is immediately experienced and what is presupposed in all other cognitions, and since the plurality of this awareness cannot be logically established, all that fundamentally exists is only the self that is immediately experienced. Liberation and bondage, Advaitins argue, are imposed due to ignorance, and so the self imagines itself as suffering, though the very self, awareness in itself, is eternally free from bondage. This singular? awareness identified with the self is the conclusive meaning of ‘seeing’ which, either ‘sees’ its own true nature free from difference, or ‘appears’ in manifoldness when the true nature of awareness is not cognized.


Voir en ligne : SEEING AND APPEARANCE