PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Pati Mishra : l’âme et la connaissance

Pati Mishra : l’âme et la connaissance

jeudi 7 juin 2018

Français

Le shivaïsme du Cachemire, la tradition philosophique d’Abhinavagupta Abhinavagupta
Abhinava
AG
Abh
Abhinavagupta (950-1020), maître du shivaïsme du Cachemire, aussi maître en yoga, tantra, poétique, dramaturgie.
, est un système philosophique non dualiste de tradition tantrique ou agamique. Ce système défend l’existence? de la seule conscience?. Il n’accepte pas l’existence indépendante de la matière (jaḍa). Selon ce système, la conscience se manifeste dans les diverses formes d’êtres individuels et de la matière (jaḍa) ou du monde? fait de la matière. En accord avec les différentes caractéristiques de la conscience, il a été appelé par des noms différents. Ces différents noms de conscience décrivent les différentes caractéristiques de la conscience, donc la nature? de la conscience peut être mieux comprise en discutant dans cette perspective.

Du point de vue du tattva (catégorie ou entité), la conscience est appelée Ātmā (âme). [1] Dans le shivaïsme du Cachemire, l’existence de l’âme est supposée être auto-prouvée. Les philosophes shivaïstes du Cachemire disent qu’il n’y a pas besoin d’arguments pour prouver l’existence de l’âme. Même la négation de l’existence de l’âme prouve son existence. Ils disent que le connaisseur est présupposé dans chaque processus de connaissance?. Comme il ne peut y avoir d’activité sans acteur, il ne peut y avoir de connaissance sans connaisseur. Ainsi, si l’âme est niée ou si son existence est réfutée, comme cette négation ou cette réfutation ne peut être accomplie sans aucun négateur ou refuteur, l’existence de l’agent qui réfute est prouvée. Ainsi l’existence de l’âme est naturellement prouvée. Dans le shivaïsme du Cachemire, la conscience ou l’âme est considérée comme étant jñānarūpa (de la forme de la connaissance) et la connaissance est considérée comme étant la nature même de l’âme. Comme la lumière et la luminosité ne sont pas deux choses différentes, l’âme et la connaissance ne sont pas différentes. La luminosité n’est pas la qualité de la lumière, c’est sa nature. De la même manière, la connaissance n’est pas la qualité de la conscience ou de l’âme, c’est sa nature. L’advaita?-vedānta de Śaṁkarācārya et le shivaïsme du Cachemire soutiennent tous deux que la connaissance est la nature de l’âme, mais il existe une différence fondamentale entre les deux concepts. Selon l’Advaita-vedānta, la connaissance est un état d’inactivité ou de passivité, tandis que la connaissance est une activité dans le shivaïsme du Cachemire. Selon l’Advaita-vedānta, la connaissance est vastutantra (orientée objet?) alors qu’au Cachemire elle est puruṣa-tantra (orientée vers le sujet).

Original

Kashmir Śaivism, the philosophical tradition of Abhinavagupta?, is a non-dualistic philosophical system of Tantric or Agamic tradition. This system holds the existence of only consciousness. It does not accept the independent existence of matter? (jaḍa). According to this system the consciousness manifests itself in the various forms of individual beings and the matter (jaḍa) or the world made of matter. In accord of the different characteristics of consciousness it has been called by different names. These different names of consciousness depict the different characteristics of consciousness, therefore the nature of consciousness can be better understood by discussing in this perspective.

From the viewpoint of tattva (category or entity) the consciousness is called Ātmā (soul). [2] In Kashmir Śaivism the existence of soul is held to be self-proved. The Kashmir Śaiva philosophers say that there is no need of arguments to prove the existence of soul. Even the negation of the existence of soul proves its existence. They say that the knower is presupposed in every process of knowledge. As there can not be any activity? without a doer, so there can not be knowledge without knower. In this way if the soul is negated or its existence is refuted, as this negation or refutation can not be performed without any negator or refuter, the existence of the refuting agent is proved. Thus the existence of soul is naturally proved. In the Kashmir Śaivism the consciousness or soul is held to be jñānarūpa (of the form of knowledge) and the knowledge is held to be the very nature of the soul. As light? and brightness are not two different things so the soul and knowledge are non-different. Brightness is not the quality of light, it is its nature. In the same way knowledge is not the quality of the consciousness or the soul, it is its nature. Advaita-vedānta of Śaṁkarācārya and Kashmir Śaivism both hold knowledge to be nature of the soul, but there is a basic difference between the two concepts. According to Advaita-vedānta knowledge is a state of inactivity or passivity, whereas knowledge is activity in Kashmir Śaivism. According to Advaita-vedānta knowledge is vastutantra (object oriented) whereas in Kashmir Śaivism it is puruṣa-tantra (subject oriented).


Voir en ligne : AESTHETIC PHILOSOPHY OF ABHINAVAGUPTA


[1Śivasūtra, 1.

[2Śivasūtra, 1.