PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Coomaraswamy : polis

Coomaraswamy : polis

mardi 22 mai 2018

Français

Le Brahma-Yakṣa [Brahma-Daimon], procédant en tant que Personne (Puruṣa?), qui réside (śete) dans le cœur en tant que Suzerain des Êtres (bhūtādhipati), et « à qui, en tant qu’il réside (śayānāye), ces divinités apportent le tribut » (balim haranti, Jaiminīya Upaniṣad Brāhmana IV.20.11-23.7 ff., Avec Bṛhadāraṇyaka IV.4.22). Voir aussi Coomaraswamy, « Le Yakṣa des Vedas et Upaniṣads », 1938.

Puruṣa est interprété par pur = πολις combiné avec śī = κείμαι (√ kei, également en castra et civis), et dénote, en conséquence, « le Citoyen dans chaque ville » (Bṛhadāraṇyaka II.5.18, voir Atharva Veda X.2.28, 30 , Śatapatha Brāhmana XIII.6.2.1). Notre cœur est la vraie « cité de Dieu » (brahma-pura, Chāndogya Upaniṣad VIII.1.1-5), ce qui revient à dire que « le royaume de Dieu est en vous ». C’est essentiellement la doctrine platonicienne de l’homme?, comme une ville ou corps-politique (République, et passim), et Philon, dont μόνος κυρίως ο θεος πολίτης εστί (De chérubin 121), est pratiquement une traduction de sa vā ayam puruṣah sarvasu pūrsu puru-sayah (Bṛhadāraṇyaka II.5.18, comme ci-dessus) ; cf. Philon, De opificio mundi 142, où Adam (pas « cet homme » mais l’Homme) est appelé « le seul citoyen du monde? » (μόνος κοσμοπολίτης). Ce n’est que sur cette base qu’une civilisation salutaire peut être établie ou qu’une économie politique solide peut être fondée. « La ville ne peut jamais être heureuse sans être dessinée par les peintres qui suivent l’original divin » (République 500E).

Original

The Brahma-Yakṣa, proceeding as Person (Puruṣa), who lies (śete) in the heart as the Overlord of Beings (bhūtādhipati), and “to whom, as he lies (śayānāye), these deities bring tribute” (balim haranti, Jaiminīya Upaniṣad Brāhmana IV.20.11-23.7 ff., with Bṛhadāraṇyaka IV.4.22). See also Coomaraswamy, “The Yakṣa of the Vedas and Upaniṣads,” 1938.

Puruṣa is interpreted by pur = πολις combined with śī = κείμαι (√ kei, also in castra and civis), and denotes, accordingly, “the Citizen in every city” (Bṛhadāraṇyaka II.5.18 ; cf. Atharva Veda X.2.28, 30, Śatapatha Brāhmana XIII.6.2.1). Our heart is the true “city of God” (brahma-pura, Chāndogya Upaniṣad VIII.1.1-5), which is the same as to say that “the kingdom of God is within you.” This is essentially the Platonic doctrinc of man as a city or body-politic (Republic, and passim), and Philo’s, whose μόνος κυρίως ο θεος πολίτης εστί (De cherubim 121), is virtually a translation of sa vā ayam puruṣah sarvasu pūrsu puru-sayah (Bṛhadāraṇyaka II.5.18, as above) ; cf. Philo, De opificio mundi 142, where Adam (not “this man” but the Man) is called “the only citizen of the world” (μόνος κοσμοπολίτης). It is only on such a basis as this that a salutary civilization can be established or any sound political economy founded. “The city can never otherwise be happy unless it is drawn by those painters who follow the divine original” (Republic 500E).


Voir en ligne : SELECTED PAPERS - METAPHYSICS