PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Abhinavagupta : LA TRIPLE VOIE (Silburn)

Abhinavagupta : LA TRIPLE VOIE (Silburn)

vendredi 27 avril 2018

« Tandis que l’Omniprésent révèle à certains sujets conscients sa propre Essence en sa plénitude, à d’autres il la révèle progressivement (I., 140).

La révélation de son Essence — cette nature? unique et universellement présente — est pour l’individu la Connaissance? suprême. Une autre connaissance, inférieure, offre de multiples aspects. Elle peut se déployer par voie directe (la voie divine) ou par des voies indirectes qui en procèdent et qui se différencient de manières variées (141). »

Voie divine ou de la volonté

« Ce qui fulgure immédiatement, en toute évidence, à l’orée de la connaissance dans le domaine de l’unicité, sans pensée différenciatrice, ce domaine de pure prise de conscience? globale de soi, est dit voie divine.

Ainsi, les yeux étant grands ouverts, ce qui se révèle intensément et en toute clarté à certains êtres extraordinaires, sans qu’ils aient à viser un but, c’est la nature divine. » [La glose précise que cette voie se caractérise par l’épanouissement ininterrompu de l’énergie de volonté.] (146-147.)

Voie de l’énergie ou de la connaissance

« Si, de façon répétée, par une recherche intellectuelle progressive portant sur une certitude faite de pensées purifiées comme « cet univers est le Soi », on accède à une prise de conscience de soi globale et indifférenciée, cette voie est dite cognitive (148). »

Voie de l’individu ou de l’activité?

« Par contre l’efficacité opérant à l’égard de la réalité? objective? et qui correspond aux opérations de cette connaissance est considérée comme voie de l’activité.

Mais la différence entre ces voies n’en implique aucune quant à la libération, le but étant unique, Śiva même (149).

Les distinctions de voie et de but à atteindre reposent sur une erreur propre à la connaissance grossière inhérente à l’énergie d’activité, qui, engendrant la diversité, est l’unique cause du lien et de la délivrance (145). »

Extrait d’Hermès I (1981, p. 148)


Voir en ligne : LILIAN SILBURN