PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Silburn : le voile de la dualité

Silburn : le voile de la dualité

dimanche 22 avril 2018

Dans le Sivaïsme, le Seigneur, afin de voiler sa lumineuse Essence, cache librement son autonomie ainsi que sa conscience? à l’aide de l’énergie de grande Illusion? (mahā-māyā) et fait apparaître en son propre Soi homogène comme l’espace une limitation qui s’étend à tous les êtres. Il rétrécit et cristallise ses énergies de toute-puissante liberté, d’omniscience, de plénitude, d’éternité et d’omniprésence, qui, perdant leur infinité, ne sont plus qu’activité? fragmentatrice, science différenciée, désir restreint, temps et nécessité? causale.

Ainsi revêt-il l’aspect de multiples sujets conscients soumis à l’illusion (māyā), asservis par une connaissance? limitée qui ne se situe nullement en Śiva mais relève de l’individu, lequel, ayant perdu l’intuition du Soi à cause de cette double illusion, se croit limité, imparfait, confond le moi et le Soi.

A ce stade, le grand jeu de l’Amour dans la félicité et dans la surabondance devient l’alternative asservissante. Oublieux de sa gloire native, l’homme? sombre dans la confusion ; s’imaginant dépourvu de plénitude, il désire les formes qui en sont privées et se les approprie. Il s’éloigne du sanctuaire de son être et se sépare de la Réalité? simple et globale ; au cours d’une quête désespérée au dehors de lui-même, il se perd dans l’agitation, le « désir morcelé » [1], le savoir limité dans lesquels les jeux de l’Amour, de la connaissance, de la fécondité de l’action? deviennent séparation, ignorance?, dispersion, que cette perte soit appelée, selon les traditions, illusion, faute originelle ou voile. (Hermès I, p. 63)


Voir en ligne : LILIAN SILBURN


[1Cette expression de Denys convient parfaitement ici.