Página inicial > Oriente > Gurdjieff: Heropass, le Temps

RÉCITS DE BELZÉBUTH À SON PETIT-FILS

Gurdjieff: Heropass, le Temps

Chapitre XVI Relativité de la notion de Temps

terça-feira 17 de abril de 2018

Extrait du Chapitre XVI

Salzmann & Tracol

"Puisque tu ne connais pas encore, mon enfant, les [123] particularités exceptionnelles que présente le Temps, sache tout d’abord que la vraie science? objective? donne de ce phénomène? cosmique la définition? suivante : "Le Temps, comme tel, n’existe pas ; il n’est qu’un ensemble de résultats provenant de tous les phénomènes cosmiques présents en un lieu? donné".

Le Temps, comme tel, aucun être ne peut le comprendre par? la raison?, ni le sentir? au moyen dune fonction? êtrique extérieure ou intérieure, quelle qu’elle soit. Il ne peut même? pas être ressenti par l’instinct que possède toute formation cosmique plus ou moins indépendante — quel que soit le degré de cet instinct.

Il n’est possible d’évaluer le Temps qu’en comparant entre eux divers phénomènes cosmiques se produisant à l’endroit même et dans les conditions mêmes où il est constaté et considéré.

Remarquons que dans le Grand Univers? tout phénomène sans exception, en quelque lieu qu’il apparaisse et se déroule, n’est que le résultat de "fragmentations" successives, conformes aux lois?, de quelque phénomène intégral ayant tiré son origine? du Très Saint Soleil? Absolu?.

De sorte? que tous les phénomènes cosmiques, où qu’ils se produisent, ont une signification "objective".

Et ces fragmentations successives, conformes aux lois, se réalisent, sous tous les rapports, même sous celui de l’involution et de l’évolution?, selon la loi cosmique fondamentale de l’Heptaparaparshinokh sacré?.

Seul, le Temps n’a aucune signification objective, parce qu’il n’est le résultat de la fragmentation d’aucun phénomène cosmique déterminé. N’étant? issu de rien?, mais s’identifiant toujours à tout et restant souverainement indépendant?, il est seul, dans l’Univers entier, à pouvoir être appelé et glorifié du nom d’"Unique Phénomène Idéalement Subjectif".

Ainsi, mon enfant, le Temps, auquel on donne parfois le nom d’"Héropas", est le seul phénomène dont [124] l’apparition ne dépende d’aucune source; lui seul, à l’image? de l’"Amour? divin?", s’écoule toujours de lui-même, indépendamment, comme je l’ai déjà dit?, et s’identifie, selon des rapports définis, à tous les phénomènes qui se produisent dans tous les surgissements de Notre Grand Univers présents en un lieu donné.

Je le répète, tu ne pourras comprendre à fond tout ce que je viens de te dire que lorsque je t’aurai spécialement expliqué?, plus tard, ainsi que je te l’ai déjà promis, tout ce qui concerne les deux lois fondamentales de la création? du monde? et de l’existence? du monde.

Pour le moment, rappelle-toi seulement ceci : puisque le Temps n’a pas d’origine et qu’il n’est pas possible d’établir exactement sa présence — comme on peut le faire? pour tous les autres? phénomènes dans toutes les sphères cosmiques — la science objective dont j’ai parlé prend pour l’évaluer la même "unité? de base" que celle dont elle fait usage pour déterminer exactement la densité et la qualité? de vibrations de toutes les substances cosmiques présentes en tous lieux et dans toutes les sphères de Notre Grand Univers.

Et cette unité de base, fixée depuis toujours pour l’évaluation du Temps, est l’instant de ce qu’on appelle la "sensation égokoulnatsarnienne sacrée", qui apparaît chez les Saints Individuums cosmiques habitant le Très Saint Soleil Absolu, chaque fois que le regard de Notre Eternel Uni-Etrique, dirigé à travers l’espace, touche? directement leurs présences.

Cette unité de mesure fut établie par la science objective pour permettre de déterminer exactement et de comparer entre eux les divers degrés de sensations subjectives des Individuums conscients ainsi que les "cadences" des différents phénomènes objectifs qui se manifestent dans les diverses sphères de Notre Grand Univers, et qui donnent naissance à tous les surgissements cosmiques, petits et grands. [125]

La particularité essentielle du processus du cours du Temps consiste en ceci qu’il est perçu de la même façon et dans la même succession par la présence de toutes les formations cosmiques d’échelles différentes.

Orage et alii

"But as in general, my boy, you do not yet know of the exceptional peculiarity of this cosmic phenomenon Time, you must first? be told that genuine Objective Science formulates this cosmic phenomenon thus:

"Time in itself does not exist; there is only the totality of the results ensuing from all the cosmic phenomena present? in a given place.

"Time itself, no being can either understand by reason or sense? by any outer or inner being-function. It cannot even be sensed by any gradation of instinct which arises and is present in every more or less independent cosmic concentration.

"It is possible to judge? Time only if one compares real? cosmic phenomena which proceed in the same place and under the same conditions, where Time is being constated and considered.

"It is necessary? to notice that in the Great Universe all phenomena in general whitout exception wherever they arise and manifest, are simply successively law-conformable ’Fractions ’ of some whole phenomenon which has its prime arising on the ’Most Holy Sun Absolute. ’

"And these successively law-conformable ’Fractions ’ are actualized in every respect?, and even in the sense of their involution and evolution, owing to the chief cosmic law, the sacred ’Heptaparaparsshinokh ’.

"Only Time alone has no sense of objectivity? because it is not the result of the fractioning of any definite cosmic phenomena. And it does not issue from anything, but blends always with everything? and becomes self-sufficiently independent; therefore, in the whole of the Universe, it alone can be called and extolled as the ’Ideally-Unique-Subjective-Phenomenon. ’

"Thus, my boy, uniquely Time alone, or, as it is sometimes called, the ’Heropass ’, has no source from which its arising should depend, but like ’Divine-Love’ flows always, as I have already told you, independently with all the phenomenon present in the given place and in the given arisings of our Great Universe.

"Again I tell you, you will be able clearly to understand all that I have just told you only when, as I have already promised you, I shall specially explain to you sometime later all about the fundamental laws of World-creation and World-maintenance.

"Meanwhile, remember? this also, that since Time has no source of its arising and cannot like all other cosmic phenomena in every cosmic sphere establish its exact presence, the already mentioned Objective Science therefore has, for its examination o Time, a standard unit, similar? to that used for an exact definition of the density and quality — in the sense of the vivifyingness of their vibrations — of all cosmic substances in general present in every place and in every sphere of our Great Universe.

"And for the definition of Time this standard unit has from long ago been the moment of what is called the sacred ’Egokoolnatsnarnian-sensation ’, which always appears in the Most Holy Sun Absolute whenever the vision? of our UNI-BEING ENDLESSNESS is directed into space and directly touches their presences.

"This standard unit has been established in Objective Science for the possibility of exactly defining and comparing the differences between the gradations of the process? of the subjective sensations of separate conscious? Individuals, and also of what are called ’diverse-tempos ’ among various objective cosmic phenomena which are manifested in various spheres of our Great Universe and which actualize all cosmic arisings both large and small.

"The chief particularity of the process of the flow of Time in the presence of cosmic arisings of various scales consists in this, that all of them perceive it in the same way and in the same sequence.


Ver online : G. I. GURDJIEFF