PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Ocidente > Martin Heidegger (1889-1976) > Florent Gaboriau (1921-2002) > Gaboriau : A la recherche du « Point de départ »

L’entrée en métaphysique

Gaboriau : A la recherche du « Point de départ »

Florent Gaboriau

dimanche 20 décembre 2009

L’entrée en métaphysique, Florent Gaboriau.

A la recherche du « Point de départ » (le « Cogito » cartésien)

Le point de départ est-il le fait d’un sujet ?

On peut se demander en effet s’il est possible d’identifier faits et principes. Le fait est particulier et contingent : une telle réalité peut-elle fonder l’intelligibilité ? Le principe rationnel s’affirme lui général et nécessaire. Ne pourrait-on concevoir un point de contact où facticité et rationalité ne feraient qu’un ?

Pour Fichte, il y a identité entre le fait (qui fonde la philosophie) et le principe (de son intelligibilité) : « Le fait ou plutôt l’acte qui constitue le principe de la philosophie est réel sans doute, mais c’est une réalité qui ne ressemble en rien aux données de la conscience? : c’est une réalité purement intelligible. » [5] (X. Léon, op. cit., p. 379.)

Pour Schelling, c’est d’abord la liberté qui est à poser comme Grand ; mais il se voit de là renvoyer à ce qui est au delà ou en-deçà de cette position « fondamentale », — vers un Urgrund et un Ungrund, — vers un fond sans fonds plus foncier encore que la liberté et qui s’appelle la Gleichgultigkeit, l’indifférence ! Sorte de matière première ! sur quoi un marxiste se pose la question de savoir si l’on doit poser, au nom de la Liberté, la matière ontologique comme Gleichgultigkeit ? [6].


Voir en ligne : Heidegger et ses références


[5Avant peut-être de revenir définitivement à cette intuition, — autrement exprimée et n’impliquant plus cette fois la distinction explicite « sujet-objet » — citons ce que dit L. Lavelle en termes excellents : « Les philosophes ont toujours cherché, cherché quel est le fait primitif dont tous les autres dépendent. Mais le fait primitif, c’est que je ne peux ni poser l’être indépendamment du moi qui le saisit, ni poser le moi indépendamment de l’être dans lequel il s’inscrit. Le seul terme en présence duquel je me retrouve toujours, le seul fait qui est pour moi et indubitable, c’est ma propre insertion dans le monde » (De l’acte, Aubier, 1937, p. 10).

[6H. Lefebvre, La Somme et le Reste, La Nef de Paris, 1958, p. 520.