Página inicial > Oriente > Extremo Oriente > Wieger: Profusion du Principe

Wieger: Profusion du Principe

domingo 16 de novembro de 2008

Ce chapitre IV important est consacré à la description du Principe?. A cause? de l’abstraction? du sujet?, et peut être aussi par? prudence?, ses conclusions choquant les anciennes traditions? chinoises, Lao-tzeu emploie trois fois le terme atténué paraître, au lieu? du terme catégorique être. — Il ne se prononce pas sur l’origine? du Principe, mais le fait antérieur au Souverain des Annales? et des Odes. Ce Souverain ne saurait donc être, pour Lao-tzeu, un Dieu? créateur? de l’univers?. Il n’est pas davantage un Dieu gouverneur de l’univers, car jamais Lao-tzeu ne lui fera une place dans son système?, à ce titre. La déclaration faite ici, qu’il est postérieur au Principe, équivaut donc pratiquement à sa négation. — Le Principe, en lui même?, est comme un gouffre immense, comme une source infinie. Tous les êtres sensibles sont produits par son extériorisation, par sa vertu tel opérant dans le binôme ciel? terre?. Mais les êtres sensibles, terminaisons du Principe, ne s’ajoutent pas au Principe, ne le grandissent pas, ne l’augmentent pas, ne le remplissent pas, comme dit? le texte. Comme ils ne sortent pas de lui, ils ne le diminuent pas, ne le vident pas non plus, et le Principe reste toujours le même. — Quatre qualités? lui sont attribuées, qui seront plus tard souvent proposées à l’imitation? du Sage? (par ex. Chapitre 56). Ces qualités sont assez mal? définies par les termes positifs paisible, simple?, modeste, amiable. Les termes de Lao-tzeu sont plus complexes. Être mousse, sans pointe ni tranchant. N’être pas embrouillé, compliqué. N’être pas éblouissant, nais luire d’une lumière? tempérée, plutôt terne. Partager volontiers la poussière, la bassesse du vulgaire.


Ver online : LES PÈRES DU SYSTÈME TAOÏSTE