Página inicial > Palavras-chave > Escritores - Obras > Tratado 21 Traité 21 Tractate 21 Enéada IV,1 Enéada IV, 1 Ennead IV,1 Ennead (...)

Tratado 21
Traité 21
Tractate 21
Enéada IV,1
Enéada IV, 1
Ennead IV,1
Ennead IV, 1
Ennéades IV,1
Ennéades IV, 1
IV, 1
IV,1

PLOTINO   - TRATADO 21 (IV, 1) - A ALMA É INTERMEDIÁRIA ENTRE AS REALIDADES INDIVISÍ­VEL E DIVISÍ­VEL

L’argument de cet unique chapitre consiste en la démonstration de l’indivisibilité de l’âme. Plotin  , dans les traités 2 (IV, 7  ), 4 (IV, 2  ), 6 (IV, 8  ) et 8 (IV, 9  ) avait déjà tiré profit de la phrase du Timée   platonicien qui affirme de l’âme qu’elle est faite d’un mélange d’indivisible et de divisible « dans les corps », pour soutenir que l’âme ne se divise que relativement et non pas réellement, c’est-à-dire qu’elle exerce celles de ses puissances qui la mettent en rapport avec les corps sur le mode de la division, sans être elle-même divisée. Ainsi, il n’est pas dans la nature de l’âme d’être divisible, comme le sont les corps, mais c’est bien la nature corporelle qui contraint l’âme à exercer ses puissances sur différentes parties et en différents lieux. Le traité 21 le rappelle, avant que d’ajouter une ultime précision : non seulement l’âme ne se divise que dans les corps et non pas réellement, mais cette division elle-même n’en est pas une. Plotin   soutient en effet, au risque d’un oxymore que le traité 27   (IV, 3  ), 19 s’efforcera de justifier, que la partie divisible de l’âme n’est elle-même « divisible que de façon indivisible ». C’est dire que la divisibilité de l’âme, jusques et y compris dans les corps, n’implique finalement pas la division. Ce n’est donc que la réception par les corps des soins ou des effets des puissances psychiques qui peut à proprement parler être divisée ; mais l’âme, soutient fermement Plotin  , ne se donne jamais que tout entière. [Brisson  : Jean-François PRADEAU  ]