PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Spira : le message de la souffrance

Spira : le message de la souffrance

vendredi 1er juin 2018

Français

Si nous pensons que le bonheur réside dans des sensations ou états, notre bonheur va et vient toujours et nous serons condamnés à une vie de quête, ponctuée de brefs moments de répit. Que nous appelions cela la quête du bonheur ou la quête de l’illumination cela ne fait aucune différence, c’est la même chose?. Si nous pensons que le bonheur ou l’illumination ont quelque chose à voir avec l’état du corps, nous serons toujours, par définition, frustres. Nous mènerons une vie de résistance et de quête, ponctuée de brefs moments de paix ou de bonheur. Cependant, ces brefs moments disparaîtront avec une rapidité croissante, laissant la place à un nouveau cycle de quête.

Comme le disait le poète Henri David David Personnage de la Bible. Thoreau : « La plupart des hommes mènent des vies de désespoir tranquille ». C’est le sort de tous ceux qui pensent que le bonheur, la paix ou l’illumination ont quelque chose à voir avec les états du corps ou de l’esprit?. Laissez le corps, l’esprit et le monde faire ce qu’ils ont été conditionnés à faire. Tout ce qui produit le soleil, le vent et la pluie produit aussi nos pensées, nos sentiments et nos actions. Il n’y a aucun objet? ou entité personnel dans l’Univers. Ce qui est exigé du corps et de l’esprit à tout moment en réponse à une situation donnée ou à une situation actuelle apparaîtra au bon moment. Tout ce que nous avons besoin de connaître nous le serons donnés sur une base de simple besoin de connaître. Sois en contact avec la paix inhérente à notre vraie nature?, l’absence ausência
Abwesenheit
Abwesung
absence
ausência
apousia
ἀποὐσία
de manque ou de malaise, l’absence? de la moindre inclination à s’éloigner du maintenant. Faites votre maison dans le maintenant. Faites votre maison en tant que ça. Tout ce à quoi tout le monde aspirait profondément réside dans notre propre être. Tout l’amour, toute la paix, tout le bonheur dont tout le monde avait rêvé, réside dans la simple connaissance? de notre propre être tel qu’il est. La connaissance de soi-même. Si nous le cherchons ailleurs, nous serons toujours frustrés. Si nous cherchons l’amour dans les relations, la paix dans les situations ou les états, et le bonheur dans les objets, nous serons toujours frustrés. Ces objets sembleront temporairement nous donner ce que nous voulons. Mais au bout d’un moment, la paix, l’amour ou le bonheur, qui semblait provenir de la situation, de la relation ou de l’objet, s’effaceront. Et nous repartirons en quête d’une nouvelle situation, relation ou objet dans l’espoir de trouver la paix, l’amour ou le bonheur perdu. Tôt ou tard, nous commençons à apprendre que ce que nous voulons vraiment dans la vie, que nous l’appelions bonheur ou illumination, ne réside pas dans quelque objet ou expérience que ce soit, aussi subtil soit-il. Il ne réside pas dans une situation, une relation, une expérience ou un objet. C’est le message que nous donne toute souffrance.

Original

If we think that happiness? resides in sensations or states, our happiness we’ll always be coming and going an we will be condemned to a life of seeking, punctuated by brief moments of respite. Wether we call this the search for happiness or the search for enlightment it makes no difference, it’s de same thing. If we think that happiness or enlightment have anything to do with a state of the body, we will by definition? always be frustated. We will lead a life of resistence and seeking, punctuated by brief moments of peace or happiness. However, these brief moments wil desappear with increasing rapidity, giving way to a new round of seeking.

As the poet Henri David Thoreau said : "Most men leads lives of quiet desperation". That is the fate of anyone who thinks that happiness, peace or enlightment have anything to do with states of the body or mind. Leave the body, mind, and world to do whatever they had been conditioned to do. Whatever it is that produces the sunshine, the wind and the rain, also produces our thoughts, feelings and actions. There is no personal object or entity anywhere in the Universe. What is required of the body and mind at any moment in response to a given situation or current circunstance will appear at just the right moment. Whatever we need to know we’ll be given on a need to know basis. Be in touch with the inherent peace of our true nature, the absence of lack or dis-easy, the absence of the slightest inclination to move away of the now. Make your home in the now. Make your home as that. Everything that everyone deep longed for resides in our own being. All the love, all the peace, all the happiness for which anyone had trully longed resides in the simple knowing of our own being as it is. It’s knowing of itself. If we look for it anywhere else we will always be frustated. If we look for love in relationships, peace in situations or states, and happiness in objects, we will always be frustated. These objects will seem temporarily to give us what we want. But after a while the peace, love, or happiness, that seemed to be delivered by the situation, relationship or object will fade. And we will set out again in search of a new situation, relationship or object in the hopes of finding the apparent lost peace, love or happiness. Sooner or later we begin to learn the message that what we truly want for in life, whether we call it happiness or enlightment, doesn’t reside in any kind of object or experience, however subtle. It doesn’t reside in a situation, a relationship, an experience or an object. This is the message that all suffering gives us.