PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Jean Klein : l’écoute

Jean Klein : l’écoute

dimanche 20 mai 2018

Pouvez-vous parler de l’état d’écoute et de la perspective de sa source ?

Vous savez que cette intuition se découvre dans le fait que tout ce qui est projeté n’a pas d’indépendance, dérive de la conscience?. L’aspirant est appelé, guidé vers l’ultime sujet afin qu’il découvre la source de lui-même. Nous devons partir du point où nous nous trouvons effectivement, quel qu’il soit ; ce qui se présente à nous – notre corporalité, nos sensations, émotions, pensées – doit être accepté, écouté profondément, nous ne devons pas vouloir quelque chose?, mais il faut pressentir l’écoute afin qu’elle se révèle à nous. Le centre de gravité mis sur l’écouté se déplacera alors vers l’écoute, d’où ce qui est dit, au fond, découle. À ce moment-là, c’est une réalité? pour nous. Ce qui est entendu peut être amené à de multiples niveaux, avoir des extensions sans fin, mais par ces moyens nous ne sortirons pas de cet univers de souffrance.

L’écoute ne peut être ni améliorée, ni perfectionnée, car elle est toute perfection. Elle se manifeste quand le mental? est percuté par l’émerveillement, quand il ne se réfère plus à quoi que ce soit. Or, nous n’ignorons pas que cette satisfaction? totale est attribuée par erreur à l’objet?. Celui qui connaît la perspective juste sait donc que le motif de cet apaisement ne se trouve pas de cette façon, l’objet n’est qu’un reflet du silence. L’écoute surgit de cet éblouissement vers lequel elle pointe, où rien n’est suscité, rien ne se présente ; comme si nous étions dans une chambre obscure où de nombreuses fenêtres seraient brusquement ouvertes, la pièce se trouverait subitement inondée de lumière?. C’est instantané, tout est devenu clair, lumineux.


Voir en ligne : LA ALEGRÍA SIN OBJETO