PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Padoux : l’univers tantrique

Padoux : l’univers tantrique

samedi 28 avril 2018

Ce qui caractérise l’univers tantrique, ce sont des notions, une idéologie et des pratiques et comportements, les deux étant liés : une vision du monde et des dispositifs de mise en efficacité sur le plan vécu, corporel et psychique, de cette vision. Qui dit tantrisme dit action? associée à une idéologie qui l’inspire et l’oriente, lui donne son sens (ceci, bien entendu, pour ce qui est réellement tantrique, non pour ce qui est seulement « tantrisé »).

La vision tantrique est celle d’un univers créé, soutenu et totalement pénétré par l’énergie divine, la shakti?, présente également en l’être humain? qui peut la capter et l’utiliser. Il y a, sinon une immanence, du moins une omniprésence, même dans les systèmes dualistes, de la divinité (il ne faut toutefois pas assimiler tantrisme et non-dualisme). Celle-ci, d’autre part, est à peu près toujours conçue comme polarisée en masculin et féminin, le pôle féminin étant celui de l’énergie, qui peut être bénéfique, mais aussi, surtout si elle apparaît comme une déesse, dangereuse, redoutable. L’immensité des panthéons, leur organisation en mandala, sont tantriques. Il ne faut pas oublier non plus que les traditions tantriques sont initiatiques : un tântrika est un initié, ce qui suppose un maître initiateur, un guru, puis une transmission de maître à maître. Cela explique aussi que soit sans cesse affirmé le caractère secret des enseignements tantriques. Ce secret est lié à l’autre élément essentiel de la réalité tantrique : la transgression – simple dépréciation ou rejet plus ou moins total des règles brahmaniques et plus spécialement de celles de la pureté : c’est par la participation, la plongée dans l’interdit que le tântrika se transcende, qu’il obtient tous les pouvoirs ou le salut, un salut trouvé en ce monde.

Parmi les pratiques, l’adoration rituelle des divinités, la pûjâ, est d’origine tantrique. On peut dire qu’elle est toujours tantrique dans sa structure, mais pas toujours dans son esprit?, car une pûjâ peut ne pas s’adresser à une déité tantrique. L’omniprésence des mantras avec les spéculations qui les accompagnent – le mantrashâstra –, comme le fait que la forme la plus haute des divinités soit celle d’un mantra, ainsi que l’importance de tout ce qui a trait à la parole, vâc, sont tantriques (même si les origines en sont védiques). Caractéristique, enfin, du tantrisme est la prolifération rituelle (qui elle aussi a un point de départ védique). Il faut mentionner également le lien étroit du tantrisme au yoga, qui est toujours présent – mais le rapport tantra-yoga ne laisse pas de poser problème.

Extrait de COMPRENDRE LE TANTRISME


Voir en ligne : ANDRÉ PADOUX