Página inicial > Oriente > Daumal (Bharata) – Leis de Manu IV

Daumal (Bharata) – Leis de Manu IV

domingo 11 de setembro de 2022

    
(Sa) Loi [1], que peu à peu il (l’homme) la construise, comme les termites [2] leur fourmilière,
Pour avoir-compagnie dans-l’Autre-monde, aucune existence n’opprimant.
Car là-bas, pour-l’accompagner, ni père   ni mère ne se tiendront (stabunt)
Ni-fils-ni-fille ni parents, la Loi se-tiendra solitaire.
Seule est-procréée la créature [3], seule aussi elle-va-se-dissoudre, Seule elle remange ses bienfaits [4] et seule aussi ses méfaits.
Le corps mort rejeté (excrété) [5], comme-buche-ou-motte (de terre) à la Demeure (terrestre)
Tête-to-urnée, les proches s’en vont; la Loi va avec lui.
Donc (sa) Loi, pour-l’avoir-avec-(soi), sans cesse qu’il la construise,
Car la Loi étant-avec-lui, (par elle) il traverse la ténèbre intraversable.
L’homme qui-a-pour-Principe-posé-la-Loi [6], par l’Ardeur [7] vainqueur de-l’impureté,
par [8]-l’Outre-Monde [9] (la Loi) l’emmène vite, corps-de-Béant [10] resplendissant.

REMARQUES COMPLÉMENTAIRES

(Note 1) J’ai uni par des traits d’union les mots qui traduisent un seul mot sanskrit, comme : « qui-a-pour-Principe-posé-la-Loi » (cette expression n’est pas exactement rendue, car les mots traduits par Principe et Loi sont en sanskrit de racines voisines : dharmapradhâna, dhar et dhâ qui signifient : soutenir, être le fondement, le principe formel de quelque chose, et en même temps poser, établir, considérer comme... — ceci comme exemple des difficultés et de l’impossibilité de rendre tout le complexe d’idées et d’images d’un simple mot).

(Note 2) J’ai mis entre parenthèses les mots qui ne sont pas explicitement dans le texte, mais dont le sens, évident en sanskrit, a besoin d’être spécifié en français, ex. :

la Demeure (terrestre) car « la Demeure » est un des noms — il y en a des douzaines — de la Terre. C’est aussi une grosse difficulté : tous ces noms sont familiers en sanskrit, et en français il n’y a que : Terre. On a par exemple : la Large — la Grande — la Porteuse — la Sustentatrice — la Nourrice — la Vache — la Grande Vache — la Porteuse-de-Montagnes, l’Existante, etc.


Ver online : René Daumal


[1Loi ou dharma : « ce qui soutient », donne forme ( forma est le même mot que dharma) la forme, mais aussi bien dynamique que statique. — La Loi propre à chaque être — le mot a pris aussi les sens de : loi (naturelle ou sociale ou morale) — vertu, devoir, etc. — Forme serait le mot exact par l’étymologie, au sens scolastique d’idée. Mais il suggère trop, aujourd’hui, une image immobile.

[2termites, « petites poupées ».

[3« seul est progénéré le généré » (mais l’expression est trop familière en sanskrit pour être rendue par cette forme prétentieuse).

[4au sens le plus général : bien-fait.

[5au sens d’« excrété » — le mot signifie communément « chié » ou plus généralement « émis » en parlant de toutes les fonctions excrétoires.

[6à la fois qui-a-pour-première-préoccupation-la-Loi / qui-a-la-Loi-pour-fondement.

[7Ardeur, austérités, ascétisme.

[8par, à travers, et non pas dans.

[9le mot loka (de lok, regarder, percevoir — cf. anglais look) (latin : locus, lieu) a le double sens du français Monde : a) univers b) le « monde » (profane) par opposition à la vie ascétique.

[10« ayant un corps de Creux ». Le mot kha (creux) désigne le Ciel, le Béant — d’où la traduction généralement adoptée : « doué d’un corps céleste lumineux ». — Mais on peut légitimement interpréter : « un-corps-en-creux » — le mot kha désigne de même le moyeu d’une roue, un axe (cf. le Tao); impossible de laisser passer en français toutes les résonances de ce mot.