PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Silburn : l’Absolu et la Conscience

Silburn : l’Absolu et la Conscience

samedi 21 avril 2018

L’absolu? étant indifférencié défie toute description, d’où le double sens d’anuttara, terme-clef des hymnes, inexprimable et inaccessible à toute démarche ; rien en effet ne peut révéler l’absolu ou conduire à lui puisque, toujours présent, il est l’évidence même. Mais par contraste avec la réalité que forge l’homme? ordinaire, Abhinavagupta Abhinavagupta
Abhinava
AG
Abh
Abhinavagupta (950-1020), maître du shivaïsme du Cachemire, aussi maître en yoga, tantra, poétique, dramaturgie.
le définit comme la Réalité innée, spontanée (sahaja), la grâce au perpétuel jaillissement, insistant ainsi sur la gratuité du don, sa libre spontanéité. Il en fait un domaine total (dhāman), sans fissure, sorte de réceptacle universel que n’affecte pas ce qu’il [7] contient, à l’image du firmament (vyoman), immensité vide? et éthérée, infiniment légère parce que sans poids ni contrainte, et béatitude apaisée d’une incompréhensible simplicité.

S’agit-il du brahman? neutre tel que l’entendent certains Vedāntin ? Je ne le pense pas : bien qu’immuable, la Réalité pour le Trika? n’a rien de passif ; c’est une force vibrante qui se renouvelle sans relâche, à la fois fraîche et féconde, car ce domaine est celui de Śiva Shiva
Śiva
le Seigneur
Śiva e Śakti, Deus e seu Poder, formam uma unidade sem dualidade.
doué d’énergie, śakti, partout répandue. On le désigne par le mot spanda, Vie cosmique qui nous traverse sans cesse, flue dans tous nos états, veille, rêve, inconscience ; ou plutôt nous vivons à l’intérieur d’une fulguration de vibrations instantanées, mais si vives et rapprochées qu’incapables de discerner un spanda du suivant, nous ne percevons qu’immobilité là où il y a une extrême vivacité de mouvement. Par contre nous appréhendons les mouvements grossiers à l’échelle de notre pensée et de nos sens.

Ainsi la Réalité douée d’une puissance illimitée se révèle, pour qui la reconnaît, source d’une force inépuisable ; sa vibration échappe à qui ne peut la déceler.

Cette première différence entre Śañkara Shankara
Shamkara
Sankara
Śañkara
Shankarasharya
Çankara
Śankara
Çamkara
et Abhinavagupta? porte donc sur l’autonomie de la Conscience? : Śiva est pour tous deux lumineux par soi (svaprakāśa) et, de surcroît, pour le second, ‘libre prise de conscience de soi’ (vimarśa) : Śiva, suprême lumière de la Totalité, est unique et conscience de soi indivise, écrit Abhinavagupta dans la Paramārthacarcā.


Voir en ligne : HYMNES DE ABHINAVAGUPTA