PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Atmananda Menon : l’intervalle entre les intellections

Atmananda Menon : l’intervalle entre les intellections

vendredi 13 avril 2018

Français

Quel est le contenu de l’intervalle entre les intellections ?

Examinons nos propres déclarations occasionnelles concernant nos expériences quotidiennes. Par exemple, nous disons : « Il vient », « Il s’assoit », « Il va », et ainsi de suite. Dans ces déclarations, « venir », « s’asseoir » et « s’en aller » sont en quelque sorte? étrangers à « lui ». En tant que tel, ils ne vont pas du tout dans la marque de « lui ».

Il est seul et sans réserve à travers le temps, continuant sans interruption. C’est donc ce pur « il » ou « je » (ou Conscience?) qui brille à travers et entre toutes les pensées, les sentiments?, les perceptions et les états. Pendant cet intervalle [entre les intellections], on? ne pense pas à l’état dans lequel on se trouve. Donc, ici, on est la paix elle-même ; et c’est le « je », à l’état pur.

Supposons que vous voyez une belle? image, peinte sur du papier blanc?. En examinant attentivement l’image, vous pourrez en découvrir certaines parties où la couleur originale du papier apparaît, non affectée par les nuances de l’image. Cela vous prouve l’existence? du papier derrière la photo, comme son arrière-plan. Après un examen plus approfondi, vous verrez que l’image n’est rien d’autre que le papier.

Donc aussi, si vous réussissez à vous découvrir entre deux intellections, vous arrivez facilement à la conclusion que vous êtes aussi dans les intellections.

Original

What is the content of the interval between mentations ?

Let us examine our own casual statements regarding our daily experiences. For example, we say : ‘He comes’, ‘He sits’, ‘He goes’, and so on. In these statements, ‘coming’, ‘sitting’ and ‘going’ are somehow extraneous to ‘him’. As such, they do not at all go into the make of ‘him’.

‘He’ alone stands unqualified through all time, continuing without a break. So it is this pure ‘he’ or ‘I’ (or Consciousness) which shines through and in between all thoughts, feelings, perceptions and states. During this interval [between mentations], one has no thought of the state in which one happens to be. So here, one is Peace itself ; and that is the ‘I’, in its pure state.

Suppose you see a beautiful picture, painted on white paper. On closely examining the picture, you will be able to discover some parts of it where the original colour of the paper appears, unaffected by the shades of the picture. This proves to you the existence of the paper behind the picture, as its background. On further examination, you will see that the picture is nothing but the paper.

So also, if you succeed in discovering yourself between two mentations, you easily come to the conclusion that you are in the mentations as well.


Voir en ligne : ATMANANDA MENON