PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Ocidente > Kingsley : thymos / thumos

Kingsley : thymos / thumos

samedi 3 mars 2018

Français

Et la clé de tout le poème [de Parménide Parmenides
Parménide
Parmênides
Parmênides de Eléia, pré-socrático pitagórico do século VI-V aC
] se trouve déjà dans la première ligne.

Le facteur crucial dans cette étrange affaire, qui influence pour Parmenides tout ce qui peut déterminer dans quelle mesure il peut réellement aller dans ce voyage, est le désir.

Le mot grec qu’il utilise est thumos et thumos signifie l’énergie de la vie elle-même. C’est la présence brute en nous qui sent et ressent ; la puissance concentrée de notre être émotionnel. Avant tout, c’est l’énergie de la passion, de l’appétit, de l’envie, du désir.

Depuis l’époque de Parménide, nous avons si bien appris à le cerner, à le dominer, à le punir et à le contrôler. Mais avec lui, c’est ce qui vient en premier, juste au début. Et cela a une signification profonde, car ce qu’il est en train de dire c’est que — laissé à lui-même — le désir fait possible ce qui nous permet d’aller jusqu’où nous devons vraiment aller.

Il n’y a pas de raisonnement avec la passion et le désir, même si nous aimons nous tromper en croyant qu’il y en a. Nous ne faisons que raisonner sur la forme que prendra notre désir. Nous pensons que si nous trouvons un meilleur travail, nous serons satisfaits, mais nous ne le sommes jamais. Nous pensons que si nous allons quelque part spécial, nous serons heureux ; mais quand nous y arrivons, nous commençons à vouloir aller ailleurs. Nous pensons que si nous dormions avec l’amant de nos rêves, nous serions satisfaits. Et pourtant, même si nous avions affaire avec cela, ce ne serait toujours pas suffisant.

Ce que nous appelons la nature? humaine signifie être tiré par le nez dans une centaine de directions différentes et aboutir à rien rapidement.

Mais bien qu’il n’y ait pas de raisonnement avec notre passion, elle a une intelligence extraordinaire. Le seul problème est que nous continuons d’interférer ; continuez à le briser en minuscules morceaux, en le dispersant partout. Nos esprits nous amènent toujours à nous concentrer sur les petites choses que nous pensons vouloir — plutôt que sur l’énergie de vouloir en soi-même.

Si nous pouvons supporter d’affronter notre envie au lieu de trouver des moyens infinis de continuer à la satisfaire et d’essayer d’y échapper, cela commence à nous donner un aperçu de ce qui se passe dans les coulisses. Il ouvre une perspective dévastatrice où tout est tourné sur sa tête : là où l’accomplissement devient une limitation, l’accomplissement devient un piège. Et cela le fait avec une intensité qui brouille nos pensées et nous force directement dans le présent.

Original

And the clue to the whole poem [of Parmenides] lies already in the first line (The mares that carry me as far as longing can reach rode on...).

The one crucial factor in this strange affair that for Parmenides influences everything—that determines just how far on this journey he can actually go—is longing.

The Greek word he uses is thumos, and thumos means the energy of life itself. It’s the raw presence in us that senses and feels ; the massed power of our emotional being. Above all it’s the energy of passion, appetite, yearning, longing.

Since the time of Parmenides we have learned so well to hedge it in, dominate it, punish and control it. But with him it’s what comes first, right at the beginning. And there is a profound significance in this, because what he is saying is that— left to itself—longing makes it possible for us to go all the way to where we really need to go.

There is no reasoning with passion and longing, although we like to deceive ourselves by believing there is. All we ever do is reason with ourselves about the form our longing will take. We reason that if we find a better job we will be content, but we never are. We reason that if we go somewhere special we will be happy ; but when we get there we start wanting to go somewhere else. We reason that if we were to sleep with the lover of our dreams we would be fulfilled. And yet even if we were to manage that, it would still not be enough.

What we call human? nature means being pulled by the nose in a hundred different directions and ending up going nowhere very fast.

But although there is no reasoning with our passion, it has a tremendous intelligence of its own. The only trouble is that we keep interfering ; keep breaking it up into tiny pieces, scattering it everywhere. Our minds always trick us into focusing on the little things we think we want—rather than on the energy of wanting itself.

If we can bear to face our longing instead of finding endless ways to keep satisfying it and trying to escape it, it begins to show us a glimpse of what lies behind the scenes. It opens up a devastating perspective where everything is turned on its head : where fulfilment becomes a limitation, accomplishment turns into a trap. And it does this with an intensity that scrambles our thoughts and forces us straight into the present.


Voir en ligne : POEMA DE PARMÊNIDES