Página inicial > Antiguidade > Bouillet – a inteligência (noûs)

Bouillet – a inteligência (noûs)

segunda-feira 20 de junho de 2022

    

Dans son traité De Unitate intellectus  , saint Thomas réfute les partisans d’Averrhoes par une argumentation semblable [à Plotino - Tratado 27,3 (IV, 3, 3) — Poderemos dizer que as almas são partes da alma universal?]. En voici le résumé : «En général, un même agent qui emploie des instruments divers peut produire des actions multiples; ainsi le même musicien produira plusieurs sons, s’il touche à la fois une harpe et une lyre. La diversité des instruments sert dans ce cas à diversifier l’action. Mais l’intelligence est à elle-même son instrument; elle ne suppose pas d’organe extérieur; donc, si elle est une, son action est nécessairement une, et puisque les hommes, dans le système d’Averrhoes, ne forment qu’un seul être intelligent, de même, ils ne sauraient avoir, par rapport aux mêmes intelligences, qu’une seule et même inlellection... Donc, si l’entendement est un pour tous les hommes, toutes les pensées humaines se trouveront ramenées à une opération unique : le genre humain tout entier pensera, voudra, agira de la même manière. Que dis-je? Tous les hommes penseront aux mêmes objets. Si j’ai l’idée d’une pierre, vous aurez cette même idée en même temps que moi, puisqu’il ne se peut pas que l’intelligence, étant la même chez tous, ne soit pas chez tous, dans le même temps, dirigée vers les mêmes choses. » (Ch. Jourdain, Philosophie de saint Thomas, t. I, p. 302.) Voy. aussi les Lettres de S. Augustin  , CLXVI.