Página inicial > Antiguidade > Bouillet – «partes» em Plotino e Fénelon

Bouillet – «partes» em Plotino e Fénelon

segunda-feira 20 de junho de 2022

    

Fénelon   se sert du même argument [de Plotino - Tratado 27,2 (IV, 3, 2) — Alma e Alma-do-Mundo: ser da mesma espécie não significa ser uma parte] dans sa réfutation du Spinosisme : « Tout ce qui a des parties réelles qui sont bornées et mesurables ne peut composer que quelque chose de fini : tout nombre collectif ou successif ne peut jamais être infini. Qui dit nombre dit amas d’unités réellement distinguées et réciproquement indépendantes les unes des autres pour exister et n’exister pas. Qui dit amas d’unités réciproquement indépendantes dit un tout qu’on peut diminuer, et qui par conséquent n’est point infini. Il est certain que le même nombre était plus grand avant le retranchement d’une unité qu’il ne l’est après qu’elle est retranchée. Depuis le retranchement de cette unité bornée le tout n’est point infini; donc il ne l’était pas avant ce retranchement. » (Fénelon, De l’Existence   de Dieu  , II, ch. 3.)