Página inicial > Medievo - Renascença > Corbin (TC): Postulados para a teoria das cores

Corbin (TC): Postulados para a teoria das cores

segunda-feira 1º de agosto de 2022

    

tradução

Três postulados que são fundamentais para a teoria   das cores de nosso xeique Kermani:

  • Importa distinguir   rigorosamente entre a existência (wujud  ) e a manifestação   (zohur) da cor. Porque não foi feita esta diferença  , os filósofos dispensaram esforços em vão. A cor pode existir e no entanto não ser manifestada: será preciso portanto determinar em consequência a relação   entre luz e cor.
  • Esta relação não está a reger  , sem mais, ao nível das condições físicas de nosso mundo. Se a posição   de nosso autor aparece como aquela de um platonismo rigoroso, até extremo, ele é com efeito alimentada por toda substância   da teosofia xiita. É por uma «descida dos arquétipos» dos mundos superiores que se tenta explicar todos os fenômenos de nosso mundo terrestre, inclusive o fenômeno das cores.
  • A noção   de composto (morakkab) se estende a todos os graus do universo  , inclusive os universos suprassensíveis. Em consequência o fenômeno da cor se estende igualmente à totalidade destes universos, tanto que a hermenêutica das cores fará uso não de uma simbolismo abstrato, mas de uma simbólica fundada sobre um realismo espiritual integral.

Original

Pour éclairer notre route, il apparaît nécessaire de formuler trois postulats qui sont fondamentaux pour la théorie des couleurs de notre shaykh :

1. Il importe de distinguer rigoureusement entre l’existence (wojûd) et la manifestation (zohûr) de la couleur  . Parce qu’ils n’ont point fait cette différence, les philosophes ont dépensé en vain beaucoup d’efforts. La couleur peut exister, et cependant ne pas être manifestée : il faudra donc déterminer en conséquence le rapport entre lumière et couleur.

2. Ce rapport n’est pas à régler sans plus au niveau des conditions physiques de notre monde. Si la position de notre auteur apparaît comme celle d’un platonisme rigoureux, voire extrémiste, elle est en fait alimentée par toute la substance de la théosophie shî’ite. Il y a un verset qorânique (15/21) qui en est à la fois le leitmotiv et l’explication : « Point de choses dont les trésors (khazâ’in) n’existent auprès de Nous. Nous ne les faisons descendre que dans une proportion déterminée. » Pour notre auteur et ses confrères, le concept qorânique de « trésors » n’est pas autre chose ici que celui d’archétypes. C’est par une « descente des archétypes » des mondes supérieurs qu’il s’agit d’expliquer tous les phénomènes de notre monde terrestre, y compris le phénomène des couleurs.

3. Corollairement, la notion de « composé » (morakkab) s’étend à tous les degrés d’univers, y compris les univers suprasensibles. En conséquence le phénomène de la couleur s’étend également à la totalité de ces univers, si bien que l’herméneutique des couleurs mettra en œuvre non pas un symbolisme abstrait, mais une symbolique fondée sur un réalisme spirituel intégral.


Ver online : Excertos de "Templo e Contemplação"