Página inicial > Oriente > Tradição hindu > LA THÉORIE MÉTAPHYSIQUE DU VERBE ET SON APPLICATION DANS LE LANGAGE ET LA (...)

ALAIN DANIÉLOU

LA THÉORIE MÉTAPHYSIQUE DU VERBE ET SON APPLICATION DANS LE LANGAGE ET LA MUSIQUE

Approches de l’Inde. Tradition & Incidences

sexta-feira 21 de dezembro de 2007, por Cardoso de Castro

    

Extrait de Approches de l’Inde. Tradition   & Incidences. Dir. Jacques Masui  . Cahiers du Sud, 1949

 ESPACE ET TEMPS

La manifestation sensible commence lorsque l’espace et le temps apparaissent. La substance du monde manifesté est le mouvement vibratoire, c’est-à-dire le mouvement pur dans l’espace et le temps. Sur le plan du Non-manifesté la base du mouvement était le Brahmà lui-même, sur le plan du manifesté elle est un continuum inchangeable, immobile, l’Éther, dont l’espace est la nature. L’espace est ce dans quoi un mouvement, une vibration peuvent se développer. Là où une vibration, un mouvement ne peuvent se former il n’y a pas d’espace. C’est pourquoi il n’y a pas d’espace sans éther ni d’éther sans espace, car dans un cas il n’y aurait rien qui puisse vibrer et dans l’autre pas d’endroit où vibrer, donc l’extension n’existerait pas.

Le Temps, qui est considéré par les philosophes hindous comme une qualité — nous dirions aujourd’hui une dimension — de l’Espace, est de deux espèces. L’un est le Temps absolu, indivisible   comme l’Espace lui-même — car l’espace enfermé dans une urne n’est pas en soi séparé de l’Espace environnant — de même le Temps sans limites n’est pas affecté en soi par les divisions temporaires créées par un cycle périodique quelconque.

Le temps relatif est le fragment du temps absolu qui se trouve enfermé dans un cycle périodique quelconque, cycle généralement déterminé dans un monde donné par le mouvement de planètes formant des jours, des années, des âges. Mais lorsqu’un monde planétaire est détruit, le temps relatif cesse d’exister et retourne au temps indivisible, comme l’espace de l’urne lorsque l’urne est brisée disparaît dans l’espace sans limites dont il n’a jamais cessé de faire partie.

Nous voyons donc que dans le substratum continu que forme l’Espace-Temps indivisible et sans limites, c’est un premier mouvement périodique ou vibratoire qui va déterminer l’espace et le temps relatifs. Ce mouvement est la mesure mais aussi la nature de toutes choses. Si loin que nous allions dans la structure des univers ou des atomes ou dans celle des idées, nous ne trouverons d’autres substances que le mouvement, d’autre forme que le rythme.