Página inicial > Oriente > Tradição hindu > LA THÉORIE MÉTAPHYSIQUE DU VERBE ET SON APPLICATION DANS LE LANGAGE ET LA (...)

ALAIN DANIÉLOU

LA THÉORIE MÉTAPHYSIQUE DU VERBE ET SON APPLICATION DANS LE LANGAGE ET LA MUSIQUE

Approches de l’Inde. Tradition & Incidences

sexta-feira 21 de dezembro de 2007, por Cardoso de Castro

    

Extrait de Approches de l’Inde. Tradition   & Incidences. Dir. Jacques Masui  . Cahiers du Sud, 1949

 LE NON-MANIFESTÉ (AVYAKTÀ) ET LE POINT-LIMITE (BINDOU)

L’union de l’Énergie et du continu immobile qui lui sert de base constitue le Désir-de-créer (Sishrikshâ) qui donne naissance à l’« Univers en puissance », le Non-manifesté (Avyaktà).

De Avyaktà est issu le point de départ du manifesté qui est appelé Bindou, le Point-limite. C’est en effet en partant du point géom  étrique qui n’a pas d’étendue que se développent l’étendue et le temps.

Si nous voulons imaginer un commencement à l’Espace et au Temps nous serons ramenés à partir d’un point. C’est pourquoi le point, le Bindou, est le symbole de la limite du non-manifesté et du manifesté. Ce point étant à l’intersection de deux ordres de choses a nécessairement deux aspects. Du côté causal il est la « semence » (bijâ) ou « point-causal » (kâranà-bindou), du côté résultant il est le «point-résultant» (kârya-bindou). L’unité des deux aspects du Bindou est le point d’origine du rythme premier,-le point de départ de la vibration première, de Nâdà, le Son originel, la cause immanente (upâdânà) de toute chose, qui est la Voix-de-l’au-delà (Parâ-vâk) ou le « principe du son » (ravà).