Página inicial > Medievo - Renascença > Ficino (TP:L1C2) – um corpo por natureza nada faz

TEOLOGIA PLATÔNICA

Ficino (TP:L1C2) – um corpo por natureza nada faz

Corpus natura sua nihil agit

domingo 4 de setembro de 2022, por Cardoso de Castro

    

Chapitre II - Un corps par nature ne fait rien.

    

Michael Allen

According to Plato, body is made up of matter and of quantity. It is characteristic of matter only to be extended in space and affected by action; and extension and being affected are passive conditions. But quantity is nothing but the extension of matter; or, if it is anything else, it is such that it is always subject to division even as it subjects matter to an unending sequence of experiences and has no affect on any other matter than its own. It follows from all this that body in itself does not act but solely is acted upon.

The same point becomes dear from the following argument. For each natural action to be accomplished, three requirements must be met: first, the agent must be most powerful in itself; second, it must be most ready for motion; and third, it must easily penetrate the object being acted upon, so that the object is immediately united with the agent. The mass of the body seems to be a hindrance to all of these conditions. In the first place, because of the extension of the body in many parts, the acting force in it is dispersed and distant from itself and broken up to the utmost degree. Power increases with union, but diminishes with dispersion. Dryness, for instance, increases the intensity both of heat and of cold by uniting it; dampness weakens it by dispersing it. Secondly, the larger a body is, die more sluggish it is; by its very nature it is unsuited for motion. So the bigger a body grows, the slower it is to move, and the longer the action is delayed. The power of lightness, for instance, makes a spark fly up more rapidly than a flame; the power of heaviness makes a log fall more rapidly if it is pointed than if it is wide. Thirdly, since any body fills its own space and one space cannot accommodate two bodies, bodies cannot coalesce in one space: their solidity and density prevent them from penetrating one another. To sum up, the space between parts weakens the power to act, the bulk of bodily mass retards motion, and density impedes bodies’ penetration. What is worse, if nature forces the scattered parts of a body together in order to increase its power by union, the body becomes denser meanwhile and less suitable for penetration. If nature makes it less dense in order to facilitate motion and penetration, the power of acting is dispersed forthwith. And so, since these three conditions are required for accomplishing action, body either possesses three other conditions hostile to these three, or it accepts one of them but not another. What body would need is smallness, lightness, and lack of density ail at the same time; but these would take it back to being a certain incorporeal habit, So all power of acting must be attributed to an incorporeal nature.

Isn’t it from quantity that we have a multitude of parts in the agent, in the patient, and in the space between them? Because of the first, an action which would otherwise have been very vigorous is very sluggish; because of the second, what would have been completed instantaneously is gradually accomplished; because of the third, what would have been done rapidly takes a long time to finish. So vigorous, rapid and instantaneous action seems to belong to some sort of incorporeal force. Take fire, for instance. Because of its rarity it comes closer to the nature of spirit   than the other elements. Of all the elements it is the most effective agent, however. In scarcely a moment it can perform what it takes other bodies a long time to do. It does not admit of any blending with other elements, as is the case with other bodies. With a single spark, if there is fuel enough, it will fill almost the whole world. The other elements do not extend themselves out so far, so quickly or so vigorously. It is because fire is so fine and subtle that it becomes powerful. Because it becomes powerful, it extends outwards, not the other way around. It is capable too of giving light, which is regarded as incorporeal, and the action of light is instantaneous. Another example; a little air at the top of a barrel keeps the barrel floating on the waters surface, even if it is loaded down with the weight of many stones. Lightning and cannon fire too demonstrate quite clearly the power of air and fire. As a final argument one can note that the heavens, which are the least dense of all, are the most remarkable for their light, motion and power to act. If a body becomes a more effective agent the closer it is to the incorporeal, is it not obvious that the power of acting resides in an incorporeal nature?

We can grasp the same point in the following way. What is first in nature, that is, God  , acts on everything but is never acted upon. So what is last, that is, corporeal matter [or body], has to be acted upon by everything. It can never act on anything else of itself, for nothing exists below it which could be the subject of its action. And if in the highest unity, being infinite, there exists an infinite power of acting, then in infinite plurality there exists no power of acting at all but rather an infinite capacity for being acted upon. The Pythagoreans think that body is infinite plurality, because it is endlessly divisible. So if bodies appear to act in any way, they do not do so by virtue of their own mass, as the Democriteans, Cyrenaics and Epicureans supposed, but through some force and quality implanted in them. This is hardly surprising. For action arises in natural bodies when opposition arises between contraries. Such opposition is born in the genus of qualities.

Furthermore, the same matter and the same indefinite spatial extension underlie all bodies. So if action proceeded from matter or extension, all would act in the same way. As it is, since the actions of different bodies are obviously different, they do not act through a single matter and extension, but through their own distinctive forms and qualities. By virtue of what they are, properly speaking, they also act. But they are in this or that species, not because of their mass, but because of a particular form. So it is through form that they act. This is for [three] particular reasons. To begin with, an agent first approaches the object to be acted upon by way of form’s qualities before doing so through the limits of quantity. Next, it is through the power of form, not through quantitative extension, that it can pass into alien matter. And finally, it reaches each individual point of that matter not through extension but through quality. It is by coldness that water   gets cold. It is by heat, not mass, that fire gets hot. Fires do not burn because they extend far, but because they are extremely hot. Indeed, if all its heat were concentrated into a single point, its power to burn would become most intense, because of the high degree of unification. Thus action arises thanks to quality, especially when quality is concentrated.

That is why natural causes produce effects like themselves in quality rather than equal to them in quantity. If occasionally the effects do rum out to be equal in size, they have to have first appeared very similar in appearance (an action accomplished as it were by qualities). Afterwards, necessarily, in and through their qualities, the effects resemble their causes. Thus almost all children resemble their parents in complexion and features when they are newborn, but equal them in size only occasionally and much later. The point is obvious to anyone. You do not become big by approaching a big body; but you certainly get hot if you approach something hot. Nor do you perceive quantity with any of your senses unless one sense   has first been affected by quality. For who can judge the size of a wall unless color   and light have brought its bigness before the eye. Further, the judging of quantity is lost with distance more and earlier than the judging of light or color. It is as though motion’s efficacy consists in quality.

The point is clearly demonstrated by the fact that our desire is aroused by something because it is good, not because it is large or multiple; and goodness is a quality. Otherwise we would always choose what is larger or more numerous. In fact, with those things we deem evils, we choose the smaller or the fewer. Quality cannot be body, however, because two bodies cannot be brought together in the same space without mutual repulsion, whereas several qualities can be blended together in the same object. The matter of honey, for instance, always possesses a combination of three qualities, yellowness, sweetness and fragrance. Every drop of honey is yellow, sweet and fragrant in the nostrils. Again, every body by its very nature is extended in length, breadth and depth. But quality by its very nature appears to be unextended, otherwise no quality would not be extended somewhere. Yet some qualities that are unextended are present in the point, in unity, in number, in harmony, in powers. So quality is not body. Indeed, if extension were natural to it, the bigger it became, the stronger it would be; but being dispersed in extension makes it weaker.

So quality, indivisible   itself in a way, suffers division in the extension of body. Division of course happens only by reason of quantity; for division always proceeds from the one into the many. Yet quality preserves some property of its indivisible nature even when it is in a body. For, as the Platonists put it, the whiteness which is in a particular part of a white body should properly not be called part of the whiteness which is in the whole body. It should be called the whiteness of a part rather than part of the whiteness. Suppose you cut a white body into several parts: in each individual part will remain the same rational principle of whiteness, and the power and like action of whiteness; but the size will not be the same or equal.

Hence division, strictly speaking, is not a characteristic of quality, but of body by reason of its quantity. Action pertains to quality, especially when quality is concentrated. So quality is not body; and when it is concentrated in a single point, it becomes totally incorporeal. Hence the activity of bodies does not arise from matter, but from the power of an incorporeal nature.

Raymond Marcel

Puisque, d’après Platon   le corps se compose d’une mati  ère et d’une quantité, que d’une part, il n’appartient qu’à la matière d’être étendue et d’être affectée et que l’extension elle-même et l’affection sont des passions, que d’autre part, la quantité n’est pas autre chose que l’extension même de la matière ou que si elle est autre chose elle est néanmoins une réalité telle, qu’elle est toujours soumise à la division, qu’elle soumet la matière à toutes les passions qui se succèdent et ne répand rien dans une matière étrangère, il en résulte que le corps, en tant que corps, ne fait vraiment rien et n’est soumis qu’à la seule passion.

La même conséquence apparaît du fait que la perfection de toute action naturelle exige trois conditions principales : la première, que l’agent soit par nature très puissant, la seconde, qu’il soit très prompt au mouvement, la troisième, qu’il pénètre aisément le patient et que le patient lui-même soit uni de très près à l’agent. Or à toutes ces conditions la masse corporelle semble être un obstacle, d’abord parce que s’étendant en plusieurs parties, la puissance d’action en elle est disséminée, se disperse et le plus souvent se dissipe. Or si l’union augmente la puissance, la désunion l’amoindrit. Ainsi la sécheresse augmente l’intensité de la chaleur et celle du froid, parce qu’elle unit ; l’humidité au contraire la diminue, parce qu’elle disperse. Par ailleurs plus un corps est grand plus il est paresseux de lui-même et inapte au mouvement. Donc plus le corps s’agrandit, plus il retarde et diffère l’action. En effet, la puissance de la légèreté soulève plus vite l’étincelle que la flamme ; la puissance de la pesanteur précipite plus vite vers le bas un morceau de bois s’il est pointu que s’il est large ; enfin tout corps remplit sa place et un seul lieu ne peut jamais contenir deux corps : ils ne peuvent donc cohabiter en un seul corps, la consistance et l’épaisseur de leur masse s’opposant également à leur pénétration réciproque. Ainsi donc la distance des parties affaiblit la puissance d’agir, l’amplitude de la masse ralentit le mouvement et son épaisseur s’oppose à la pénétration des corps. Le pire est que, si la nature rapproche les parties désunies d’un corps pour en augmenter la puissance en les unissant, le corps à ce moment-là s’épaissit et devient impénétrable, et que si elle le rend moins dense pour en faciliter le mouvement et la pénétration, aussitôt la puissance d’action se désagrège. Par conséquent, alors qu’une action parfaite exige trois conditions, le corps ou bien en possède d’autres contraires à celles-là, ou bien admet l’une à l’exclusion de toute autre. Il lui faudrait, en effet, posséder en même temps la petitesse, la légèreté et la faible densité, trois qualités qui réduisent le corps lui-même à un état incorporel, de sorte que toute sa puissance d’agir se trouve attribuée à une nature incorporelle.

Est-ce que la multiplicité des parties qui résulte de la quantité n’est pas tantôt dans l’agent, tantôt dans le patient ou dans l’espace intermédiaire ? Dans le premier cas, l’action, qui autrement devrait être beaucoup plus violente, est plus affaiblie ; dans le second cas, ce qui devait être exécuté instantanément traîne en longueur et dans le troisième, ce qui devait être achevé promptement s’accomplit lentement. C’est pourquoi c’est à une puissance incorporelle que semble appartenir une action violente, prompte et immédiate. La même vérité nous est révélée par le feu qui, de tous les éléments se rapproche le plus de la nature spirituelle en raison de sa subtilité et qui, d’autre part, est le plus actif, puisqu’il exécute presque en un instant ce que les autres mettent un long temps à accomplir ; il n’admet pas de mélange avec d’autres éléments, comme le supportent les autres corps. Avec une étincelle, si on lui donne une matière, le feu envahira presque tout l’univers. Les autres éléments n’ont pas une diffusion aussi vaste, aussi rapide, aussi violente. Mais ce dernier devient puissant grâce à sa subtilité et, devenant puissant, il se propage au lieu de se concentrer. Il devient aussi capable d’engendrer la lumière  , qui est incorporelle et dont l’action se produit en un instant. Une faible quantité d’air à la partie supérieure d’un récipient maintient le récipient à la surface de l’eau même s’il est chargé du poids de nombreuses pierres. La foudre et le canon révèlent bien aussi la puissance du feu et de l’air. Enfin le ciel est d’autant plus admirable de lumière, de mouvement et d’efficacité, qu’il est moins dense que le reste. Si donc plus un corps s’approche de l’incorporel, plus son action est efficace, n’est-il pas évident que la puissance d’action réside dans la nature incorporelle ?

On peut aussi inférer cela du fait que, comme le premier être de la nature, Dieu, qui est tout action, ne subit aucune passion, ainsi le dernier être de la nature, c’est-à-dire la matière corporelle, pâtit nécessairement de tout et n’a que très peu d’action sur une autre chose, parce qu’au-dessous d’elle il n’y a rien qui puisse pâtir d’elle. Et si dans l’unité souveraine et infinie la puissance d’action est infinie, dans la multiplicité infinie, la puissance d’action est nulle, la passivité infinie. Que le corps soit une multiplicité infinie, les Pythagoriciens le pensent parce qu’il se divise sans fin. Si les corps semblent exercer quelque action, ce n’est pas qu’ils opèrent en vertu de leur masse propre, comme l’ont cru les disciples de Démocrite, d’Aristippe et d’Epicure : cela provient d’une force et d’une qualité innées. C’est assez juste car là où il y a une opposition des contraires, l’action des corps naturels se produit. Or cette opposition prend naissance dans le genre « qualité ».

De plus, sous tous ces corps il n’y a qu’une seule et même matière et aussi une seule dimension illimitée. Si donc l’action provenait de la matière ou de la dimension, l’action de tous les corps serait unique. Mais en fait puisque les opérations des différents corps sont différentes, c’est qu’ils opèrent non en fonction de la matière ou d’une seule dimension, mais en fonction de leurs dimensions et de leurs qualités différentes. C’est normal. La même raison les fait être et agir. Or ils existent non par la masse propre à telle ou telle espèce, mais par telle ou telle forme. Donc c’est par la forme qu’ils agissent, d’autant que l’agent se rapproche plus du patient par les qualités de la forme que par les limites de la quantité, que c’est plus par la puissance de la forme qu’il passe en une matière étrangère que par la dimension de la quantité et que ce n’est pas par la dimension qu’il atteint chacun des points de la matière, mais par la qualité. Ainsi l’eau rafraîchit par sa froideur, le feu chauffe par sa chaleur plutôt que par sa masse. Le feu brûle non pas parce qu’il est très étendu, mais parce qu’il est très ardent. Et si toute sa chaleur se concentre pour ainsi dire en un seul point de lui-même, sa puissance de combustion sera très forte   parce que ses éléments seront très étroitement unis. C’est donc grâce à la qualité que l’action se produit promptement, surtout sur un espace restreint. De là vient que les causes naturelles produisent leurs effets, semblables aux causes en qualité plutôt qu’égales en quantité. S’il arrive parfois qu’elles sont égales, elles ont nécessairement paru d’abord semblables, comme si l’action était accomplie par les qualités, puisqu’elles rappellent nécessairement en celles-ci et par celles-ci les causes de l’effet. C’est pourquoi presque tous les enfants dès leur naissance ressemblent à leurs parents par leur tempérament et par leurs traits, alors qu’ils ne leur ressemblent que plus tard et rarement en taille. Au reste tout cela est évident : tu ne deviens pas plus grand en t’approchant d’un grand corps, mais tu te réchauffes certainement en approchant d’un corps qui est chaud et aucun sens ne perçoit la quantité, si la qualité n’a pas au préalable éveillé le sens. Qui jugera de la grandeur d’un mur, si la couleur et la lumière n’ont pas fait parvenir cette grandeur jusqu’à l’œil ? Le jugement de la quantité se perd davantage et plus tôt en raison de la distance que celui de la lumière et de la couleur, comme si l’efficacité du mouvement résidait dans la qualité. Cela est confirmé manifestement par le fait que tout objet met toujours en mouvement l’appétit en raison de la bonté, qui est une qualité, et non en raison de la grandeur ou du nombre. Autrement, nous choisirions toujours ce qui est plus grand ou le plus grand nombre. En réalité, dans ce que nous jugeons mauvais, nous choisissons ce qui est plus petit ou en moindre quantité. D’autre part la qualité ne peut être un corps, parce que deux corps ne peuvent absolument pas se trouver dans le même endroit sans gêne réciproque, tandis que plusieurs qualités s’amalgament également dans un même sujet, puisque les trois qualités du miel : la couleur blonde, la douceur et le parfum se trouvent partout en même temps dans la matière du miel. En effet chaque gouttelette de miel est blonde, douce et agréable à l’odorat1.

De plus, tout corps est naturellement étendu en longueur, largeur et profondeur. Or la qualité de par sa nature ne semble pas être étendue. Nulle part, en effet, il n’y aurait de qualité non étendue. Il y a cependant dans le point, dans l’unité, dans le nombre, dans l’harmonie et dans la puissance des qualités non étendues. La qualité n’est donc pas un corps, surtout parce que, si l’extension lui était naturelle, plus elle s’étendrait, plus elle deviendrait robuste. Or la dispersion l’affaiblit. Donc la qualité, indivisible de soi d’une certaine manière, est divisée dans la dimension du corps, puisque c’est seulement en fonction de la quantité que se fait la division qui procède toujours de l’unité ou de la pluralité. Cependant la qualité conserve toujours dans le corps une sorte de propriété de nature indivisible, car, de l’avis des Platoniciens la blancheur qui est dans toute partie d’un corps blanc ne peut pas être proprement appelée une partie de la blancheur qui est dans le corps tout entier, on doit plutôt l’appeler blancheur de la partie que partie de la blancheur. En effet, si l’on divise un corps blanc en plusieurs parties, la raison de blancheur restera la même dans chaque partie. La puissance et l’action sont les mêmes, mais l’étendue n’est ni la même, ni égale. C’est pourquoi la division ne concerne pas la qualité, mais le corps, en raison de la quantité. C’est à la qualité, surtout réduite à une faible quantité, que revient l’action. Elle n’est donc pas un corps, d’autant moins que concentrée sur un point, elle devient incorporelle. Il en résulte que l’opération provient de la puissance de la nature incorporelle et non de la matière des corps.


Ver online : Ficino – Teologia Platônica