PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Extremo Oriente > Tao Te Ching > X - Laisser les portes du ciel s’ouvrir et se fermer

Tao Te Ching

X - Laisser les portes du ciel s’ouvrir et se fermer

Suprema virtude : tendo sem possuir

lundi 19 février 2018

Arthur Waley

Can you keep the unquiet physical-soul from straying,
Hold fast to the Unity, and never quit it ?
Can you, when concentrating your breath,
Make it soft like that of a little child ?
Can you wipe and cleanse your vision of the Mystery till all is without blur ?
Can you love the people and rule the land,
Yet remain unknown ?
Can you in opening and shutting the heavenly gates play always the female part ?
Can your mind? penetrate every corner of the land,
But you yourself never interfere ?
Rear them, then, feed them,
Rear them, but do not lay claim to them.
Control them, but never lean upon them ;
Be chief among them, but do not manage them.
This is called the Mysterious Power.

Léon Wieger

A. Faire que le corps, et l’âme spermatique, étroitement unis, ne se séparent pas.

B. S’appliquer à ce que l’air inspiré, converti en âme aérienne, anime ce composé, et le conserve intact comme l’enfant qui vient de naître.

C. S’abstenir des considérations trop profondes, pour ne pas s’user.

D. En fait d’amour du peuple et de sollicitude pour l’État, se borner à ne pas agir?.

E. Laisser les portes du ciel s’ouvrir et se fermer, sans vouloir produire soi‑même, sans s’ingérer.

F. Tout savoir, être informé de tout, et pourtant rester indifférent comme si on ne savait rien.

G. Produire, élever, sans faire sien ce qu’on a produit, sans exiger de retour pour son action, sans s’imposer à ceux qu’on gouverne.

Voilà la formule de l’action transcendante.

Duyvendak

En te cramponnant avec ton âme spirituelle et ton âme corporelle à l’unité, peux tu empêcher qu’elles se séparent ?
En concentrant ta respiration jusqu’à t’amollir, peux tu devenir comme un nourrisson ?
En nettoyant ton miroir obscur, peux tu le rendre sans tache ?
En aimant le peuple et en gouvernant l’État, peux tu être sans action ?
En ouvrant et fermant les portes naturelles, peux tu être une poule ?
En comprenant tout ce qui t’entoure, peux tu te passer de connaissance? ?

Matgioi

Les hommes portent le corps et le sang comme une enveloppe qu’ils ne peuvent abandonner. L’esprit se transmet pareil, dans les enfants, et jusqu’à l’extrémité des races ; il est, jusqu’au bout, obscur ou clair. Le Ciel aime toutes choses et commande à tous. Mais tous n’agissent pas de même. La porte du Ciel s’ouvre et se ferme ; alors le Ciel éprouve. Si les hommes voient clair des quatre côtés, cependant ils ne distinguent pas bien. Ceux qui naissent rassemblent les mérites des pères. Ils veulent engendrer, et ne peuvent. Ils travaillent, et ne produisent pas. Ils veulent agrandir, et n’apportent rien de neuf. Voilà aussi une voie, mais une voie inférieure.

Mitchell

Podes convocar tua mente de sua vagabundagem
e manter-se na unidade original ?
Podes deixar teu corpo se tornar relaxado
como de um recém-nascido ?
Podes limpar tua visão interior
até que nada mais vejas senão a luz? ?
Podes amar as pessoas
e conduzi-las sem impôr tua vontade ?
Podes lidar com as questões mais vitais
deixando os eventos tomarem seu curso ?
Podes dar um passo atrás de tua própria mente
e assim compreender todas as coisas ?
Dando nascimento e alimentando,
tendo sem possuir,
agindo sem nenhuma expectativa,
conduzindo e não tentando controlar :
esta é a suprema virtude.


Voir en ligne : TAO TE CHING