Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > La communion aide à imiter le Christ.

La communion aide à imiter le Christ.

segunda-feira 18 de outubro de 2021

Homélies sur S. Matthieu — 78, 4. Ne pensez pas que j’exige trop de vous. Le Seigneur   est en effet miséricordieux et la douceur dont je parle est un don de sa bonté. Il serait inconcevable que celui-là eût une bouche de démon, une langue? de démon, qui a été associé à nos saints mystères, qui a participé à la chair du Sauveur lui-même. Pensez à ces vérités, efforcez-vous d’imiter le Christ  . Si vous y parvenez, le démon n’osera plus même vous regarder. Car il reconnaîtra en vous les marques du Roi : il connaît les armes du Christ   qui l’ont vaincu. Quelles sont-elles ? la modestie et la douceur. En effet lorsque sur la montagne le Christ  , sans se faire? reconnaître, surmonta ses attaques et l’écrasa, c’est par? ses paroles qu’il le prit au filet, par sa modestie qu’il triompha de lui, par sa douceur qu’il le mit en fuite?. Faites de même : si vous voyez un homme? imitant le démon vous attaquer, vainquez-le de la même manière. Le Christ   vous a donné le pouvoir? de lui devenir semblable selon vos forces. Ne craignez point? en entendant cela. Il y a plutôt lieu? de craindre si vous n’imitez pas le Christ  . Parlez donc comme lui : en cela vous lui ressemblerez autant qu’il est possible à un homme. C’est pourquoi mieux vaut celui qui parle ainsi que celui qui prophétise. Car ce dernier don serait tout gratuit, l’autre est le fruit de votre labeur et de vos efforts. Appliquez-vous à former votre bouche de telle sorte? qu’elle devienne semblable à celle du Christ  . Vous pouvez y parvenir, si vous le voulez ; vous en avez le moyen, si vous n’êtes pas nonchalant. Et comment, direz-vous, façonner cette bouche? Quelles couleurs y mettre ? quelle substance? ? Ni couleurs, ni substance, mais seulement la vertu, la douceur, l’humilité. Voyons comment est façonnée la bouche de démon, afin de ne pas faire de même. De quoi est-elle faite ? De mal?édictions, d’outrages, de méchanceté, de parjure. Quiconque parle comme lui prend sa langue. Quel pardon obtiendrons-nous donc, ou plutôt quelle peine n’encourrons-nous pas, si nous laissons notre langue, qui a été digne de goûter? la chair du Seigneur, proférer les paroles du démon ? Ne le lui permettons pas, mais employons toutes nos forces pour lui apprendre comment imiter le langage? du Maître. Si nous la formons ainsi, nous pourrons nous présenter pleins de confiance au tribunal du Christ  .


Ver online : Les Voies