Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Les cinq sens

Les cinq sens

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

    

Homélies sur saint Luc Fr. 81 (Lc, 12, 52)

Dans ce récit évangélique il y a six rôles, mais une seule personne, la belle-fille, en joue deux, celui de belle-fille et celui de fille, selon qu’elle s’oppose à sa belle-mère ou à sa mère : et ainsi peut-il se faire que trois luttent contre deux et deux contre trois. Accédons au sens spirituel. Dans cette maison unique qu’est l’homme, les cinq   sens, avant la venue du Logos  , s’accordent pour vivre dans les plaisirs, mais, quand il est là, ils se séparent : d’un côté les deux sens plus philosophiques : la vue, qui nous permet de voir l’ordre du monde et d’admirer le Créateur, l’ouïe, par où nous vient l’enseignement du Verbe de Dieu   ; de l’autre, les trois sens qui restent : le goût, l’odorat, le toucher, sens serviles, qui ne sont pas doués pour la philosophie. Ce sont ces trois sens qui s’opposent aux deux premiers.

La phrase : « Le père   sera divisé contre le fils », doit être lue à partir d’un autre principe, sans lien avec ce qui précède : elle désigne littéralement la séparation des fidèles et des infidèles. Au sens symbolique « le père », l’intelligence, « s’oppose au fils », le raisonnement pervers en désaccord avec lui ; « et le fils contre le père », c’est le fils qui n’enterre pas son père mort ; « la mère contre la fille », c’est l’âme   qui n’accepte pas son fruit mauvais ; « la fille contre la mère » : la mère est la matière, la fille, l’âme qui ne s’est pas encore unie à elle ; « la belle-mère contre la bru » : la mère de la loi, mari de l’âme qui lui est soumise, c’est le Saint-Esprit   et elle abandonne le peuple de la circoncision ; « la bru contre la belle-mère », c’est le peuple qui s’est séparé de l’Esprit-Saint par son péché.


Ver online : Les Voies