Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Celui qui méprise la nature intelligible

Celui qui méprise la nature intelligible

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

    

Homélies sur saint Luc Fr. 84 (Lc, 14, 18 et ss.)

Celui qui a acquis les cinq   paires de boeufs et n’a pas mis à l’épreuve dès le début ce qu’il a acheté, c’est celui qui méprise la nature intelligible et philosophe au sujet du sensible  , comme les Juifs ébionites. Ne les prenant pas sept par sept comme des animaux purs, mais deux par deux comme des animaux impurs, il est entré dans l’arche  , alors que le Sauveur fond « les deux en un seul homme nouveau » et dit : « Mon père et moi nous sommes un. » Si deux est le chiffre de la matière, cet homme honore le sensible et le matériel. C’est pourquoi il refuse d’assister au dîner intelligible : de là vient que certains manuscrits, au lieu de : « Je t’en prie », portent : « A cause de cela je ne peux pas venir. » Ceux qui choisissent le sensible prétendent être incapables de concevoir l’incorporel. L’autre dit : « J’ai pris femme » : c’est celui qui croit avoir trouvé une sagesse et, parce qu’il participe à elle, refuse la vraie sagesse, ou celui qui s’est uni à la chair, ami du plaisir plus que de Dieu   ; « ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu . »


Ver online : Les Voies