Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Le bon ordre de notre prière

Le bon ordre de notre prière

segunda-feira 18 de outubro de 2021

La prière. 22. Si l’humilité et l’amour?, la simplicité? et la bonté?, ne règlent pas le bon ordre? de notre prière, une telle prière, qui serait plutôt l’apparence de la prière, ne peut guère nous aider. Et nous ne disons pas cela de la seule prière, mais de tout effort? et de toute peine, de la virginité, du jeûne, de la veille, de la psalmodie, du service, de tout travail? fait avec attention pour l’amour de la vertu. Si nous ne nous attachons pas à voir? en nous-mêmes les fruits de l’amour, de la paix, de la joie?, de la simplicité, de l’humilité, mais aussi de la douceur, de la candeur, de la foi telle qu’elle doit être, de la patience et de la bienveillance, les peines que nous nous donnons ne nous servent à rien?. Car nous acceptons de supporter les peines pour profiter des fruits. Mais si l’on ne trouve pas en nous les fruits de l’amour, notre travail est tout à fait vain. De tels hommes? ne diffèrent en rien des cinq vierges folles. Celles-ci n’avaient pas dès maintenant dans leur cœur l’huile spirituelle : l’énergie des vertus dont nous avons parlé, cette énergie que donne l’Esprit?. Aussi furent-elles appelées folles et rejetées lamentablement hors du lieu? des noces royales, sans recevoir en partage le fruit des peines de la virginité. En effet, quand on cultive la vigne, on prodigue à l’avance tous ses soins et toute sa peine dans l’espoir d’obtenir des fruits, mais si l’on n’a pas récolté de fruits, le travail s’avère aléatoire?. De même? si nous ne voyons pas en nous, grâce à l’énergie de l’Esprit, les fruits de l’amour, de la paix, de la joie et des autres vertus que l’Apôtre a énumérées, et si nous ne nous attachons pas à reconnaître cette grâce en toute certitude? et par? la perception? spirituelle, l’effort de la virginité, de la prière, de la psalmodie, du jeûne et de la veille est manifestement vain. Car ces peines et ces efforts de l’âme et du corps? doivent s’accomplir, nous l’avons dit?, dans l’espérance des fruits spirituels. Porter les fruits des vertus est une jouissance spirituelle, accompagnée d’un plaisir incorruptible, que l’Esprit suscite secrètement dans !es cœurs fidèles et humbles. Qu’ainsi les peines et les efforts soient considérés pour ce qu’ils sont, comme des peines et des efforts, et que les fruits soient considérés comme des fruits. Mais si quelqu’un, par manque de connaissance?, pense que son travail et son effort sont des fruits de l’Esprit, qu’il n’ignore pas qu’il se console et se trompe lui-même, et que dans son état il est privé? des fruits réellement grands, les fruits de l’Esprit.


Ver online : Les Voies