Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > L’humilité.

L’humilité.

segunda-feira 18 de outubro de 2021

De la garde du coeur. — 10. Le fondement du christianisme? consiste en ce que l’homme?, quelques bonnes œuvres qu’il ait faites, ne s’y complaise pas et ne se considère pas comme important, mais qu’il soit pauvre d’esprit? ; s’il est devenu participant de la grâce, qu’il ne pense pas qu’il est parvenu là lui-même?, qu’il ne se croie pas quelqu’un et ne se mette pas à faire? le maître ; que vivant dans la solitude? et faisant le bien?, jeûnant beaucoup, se tenant hors du monde?, priant, participant à la grâce, il ne regarde pas son âme comme digne d’honneur ; mais qu’alors surtout qu’il commence à sentir? la touche? de la grâce, il fasse de grands efforts et qu’il ait soif de progrès et que, n’étant? nullement rassasié, il ne se trouve pas suffisamment juste et riche de grâce : que bien plutôt il soit dans la douleur? et les larmes. Si une mère ayant un fils unique et l’ayant élevé le voit mourir arrivé à l’âge d’homme, ceux-là qui veulent la consoler augmentent plutôt en elle la douleur, et elle est inconsolable ; de même il faut que le chrétien pleure ses chutes et verse des larmes sans interruption ; avant tout il lui faut avoir le cœur contrit...

12. Ce sont donc de belles et bonnes choses? que la pauvreté, le chant? des psaumes, le jeûne, les veilles et la possession de la grâce divine? ; mais celui qui les pratique n’a pas encore pour cela commencé à creuser comme il faut et à poser le fondement... Il faut que le chrétien, ayant cinq onces de péché?, dise : J’en ai vingt, et je suis? rempli d’iniquité. Et s’il a, par? exemple?, vingt onces de vertu, qu’il dise : J’en ai une demie. Que s’il a honte de dire cela en raison? de la vaine gloire, que du moins il dise ce qui est juste : qu’il confesse et l’action? de la grâce et d’autre part son péché.


Ver online : Les Voies