Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Ruysbroeck : LE PRÉMIER AVÉNEMENT LEQUEL SE FAIT DANS LE CŒUR

L’ORNEMENT DES NOCES SPIRITUELLES

Ruysbroeck : LE PRÉMIER AVÉNEMENT LEQUEL SE FAIT DANS LE CŒUR

PREMIER MODE (Livre II, 8-13, 16)

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

      

CHAPITRE VIII - DU PREMIER MODE EN LA PREMIÈRE VENUE.

La première venue du Christ  , dans la pratique de la vie affective, consiste, comme nous l’avons dit, en une impulsion intérieure et sensible   de l’Esprit  -Saint, qui nous excite et nous entraîne vers toutes les vertus. Or cette venue se peut comparer à l’éclat et à la puissance du soleil, qui, en un instant, du point où il se lève, éclaire, baigne de ses rayons et réchauffe le monde tout entier. De même le soleil éternel, qui est le Christ, répand du sommet de l’esprit où il demeure ses rayons et sa clarté ; il illumine et enflamme la partie inférieure de l’homme, c’est-à-dire son cœur et ses puissances sensibles, et cela en un instant plus court qu’un clin d’œil, car l’œuvre de Dieu   est rapide, mais celui qui désire en faire l’expérience doit avoir les yeux de l’intelligence aptes à la vue intérieure.

Le soleil qui brille sur les hautes terres, au centre, contre les montagnes, y fait naître un été précoce qui produit beaucoup de bons fruits, donne des vins puissants et remplit la terre de joie. Dans les terres basses, vers les extrémités du monde, le soleil répand aussi ses rayons, mais le pays est plus froid et la force de la chaleur est moindre. Il y pousse néanmoins de bons fruits en grand nombre, mais le vin y est rare.

De même lorsqu’on habite encore la partie inférieure de soi-même et la région de la sensibilité, tout en pratiquant avec de bonnes intentions et avec la grâce de Dieu les vertus morales et les œuvres extérieures, l’on donne beaucoup de fruits excellents de vertus, mais le vin des joies intérieures et des consolations spirituelles est plus rare.

Aussi qui veut jouir du plein rayonnement du soleil éternel, qui est le Christ en personne, doit avoir les yeux ouverts et habiter sur les sommets, dans la partie haute, en rassemblant toutes ses puissances et en élevant vers Dieu un cœur libre et affranchi des soucis que causent la joie ou la peine, et toute créature. Là, dans ce cœur libre et élevé, resplendit le Christ, vrai soleil de justice, et ce sont les sommets dont je veux parler. Le Christ, en effet, soleil glorieux et clarté divine, éclaire, baigne de ses rayons et embrase par sa venue intérieure et la vertu de son Esprit, le cœur libre et toutes les puissances de l’âme  . Et c’est la première œuvre de cette venue intérieure dans la pratique de la vie affective. Comme la vertu et l’efficacité du feu sont d’embraser tout ce qui est apte à brûler, de même le Christ embrase par l’ardeur brûlante de sa venue intérieure les cœurs libres et élevés qui y sont disposés, et en cette venue il dit « Sortez, en pratiquant ce qui convient à ce mode d’avènement. »


Ver online : Les Voies