Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Ruysbroeck : DU TRIPLE AVÈNEMENT DU CHRIST

L’ORNEMENT DES NOCES SPIRITUELLES

Ruysbroeck : DU TRIPLE AVÈNEMENT DU CHRIST

Livre II, 5-7

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

CHAPITRE V - DE LA PREMIÈRE VENUE DU SEIGNEUR EN L’HOMME INTÉRIEUR.

Alors même que les yeux sont clairs et la vue subtile, si l’objet aimable et gracieux fait défaut, cela ne suffit point pour voir et ne sert de rien ou à peu près. Aussi le Christ veut-il montrer aux yeux éclairés de l’intelligence l’objet qu’elle doit contempler, c’est-à-dire son Époux qui vient en elle intérieurement.

On rencontre chez les hommes adonnés dévotement à la vie intérieure trois manières particulières selon lesquelles Dieu se présente à l’âme, et chacune de ces venues l’élève à un degré supérieur et à des exercices plus intimes.

En la première le Christ excite et stimule l’homme à l’intérieur d’une manière sensible, et il l’attire en haut, vers le ciel, avec toutes ses puissances, réclamant de lui l’unité avec Dieu. Cette impulsion et cette attraction se font sentir dans le cœur et dans l’unité des puissances inférieures, spécialement dans la puissance affective. Car la première venue du Christ exerce son influence et son action sur la partie inférieure de l’homme, afin qu’elle soit pleinement purifiée, relevée, enflammée et entraînée vers l’intérieur. Cette impulsion intime de Dieu répand des dons ou les retranche, enrichit ou appauvrit, réjouit ou désole, excite l’espoir ou laisse dans l’abandon, réchauffe ou glace. Et tous ces dons ou influences contraires défient toute expression en langue quelconque.

La venue dont nous parlons, avec les exercices qui s’y rapportent, se divise en quatre modes toujours plus élevés, ainsi que nous le montrerons plus tard. Et c’est l’ornement de la partie inférieure de l’homme, dans la vie intérieure.


Ver online : Les Voies