Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Le moine

L’Échelle Sainte

Le moine

segunda-feira 18 de outubro de 2021

10. J’appelle "moine" l’homme? qui, dans un corps? terrestre? et corrompu, tâche, comme s’il était libre de son corps, d’imiter l’état et la vie? des intelligences célestes.

11. J’appelle "moine" l’homme qui, dans tous les temps, dans tous les lieux? et dans toutes les choses?, suit exactement la loi? du Seigneur, et se conforme parfaitement à sa sainte volonté;

12. J’appelle "moine" l’homme qui, faisant violence? à la nature?, ne cesse de veiller sur ses sens?, et dompte ses appétits déréglés.

13. J’appelle "moine" l’homme, qui conserve son corps dans la sainteté, sa langue? dans la pureté, et qui orne son esprit? des lumières du saint Esprit;

14. J’appelle "moine" l’homme qui, jour et nuit, déteste et pleure ses péchés, et ne perd pas de vue? la pensée salutaire de la mort?.

46. Quel est donc le moine fidèle et prudent ? Je réponds sans hésiter que c’est celui qui a conservé avec persévérance la ferveur de son entrée en religion?, et qui, jusqu’à la fin? de sa carrière, n’a cessé d’ajouter flamme sur flamme, ferveur sur ferveur, précautions sur précautions, et désir sur désir. Ô vous donc, qui êtes monté sur ce premier? degré, ne regardez pas en arrière. L’Échelle Sainte: PREMIER DEGRÉ

9. Ce fut par? la force, et malgré elle qu’Ève fut chassée du paradis terrestre; mais c’est par un acte de sa propre volonté, qu’un moine quitte son pays pour s’enfermer dans un lieu à l’écart. Ève, si elle fût encore demeurée dans le jardin délicieux où elle avait été placée, n’aurait pas manqué de vouloir? manger du fruit qui l’avait portée à une première désobéissance; et le moine, en restant dans le monde?, n’aurait pas trouvé peu de dangers de se perdre au milieu? de ses parents et de ses amis?. 93 L’Échelle Sainte: TROISIÈME DEGRÉ

48. Heureux donc est celui qui, dans le dessein de plaire à Dieu?, se fait violence tous les jours, et supporte avec patience et résignation les mépris et les injures ! Il participera abondamment, n’en doutons nullement, à la gloire des martyrs et à la joie? des auges. Heureux le moine qui, dans sa profonde humilité, ne se regarde que comme le plus vil et le plus méprisable des hommes, et ne croit ne mériter que les humiliations et les abaissements ! Heureux celui qui a su faire? mourir sa propre volonté, et s’abandonner sans réserve à la conduite du directeur que Dieu lui a donné pour père et pour maître spirituel ! sa place sera à la droite de Jésus Christ   crucifié. L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

62. Ainsi, lorsqu’un moine qui est soumis à un supérieur, aura? évité les deux pièges que le démon lui tend, il demeurera, comme un véritable disciple de Jésus Christ  , sous le joug d’une obéissance éternelle. L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

81. Comme un soldat sans expérience s’expose à un très grand danger en se séparant de sa compagnie pour aller seul combattre l’ennemi; de même il s’expose à un danger pressant, le moine qui, sans avoir passé par les exercices spirituels, et sans connaître la manière dont on doit combattre et vaincre les passions?, quitte la société de ses frères pour aller seul, dans la solitude?, faire la guerre au démon. La témérité du soldat le met en danger de perdre la vie du corps, et celle du moine, de perdre la vie de l’âme. Aussi Esprit saint nous dit? "qu’il vaut mieux être deux ensemble, que d’être tout seul," (Eccl 4,9) c’est-à-dire, que pour combattre efficacement ses mauvaises habitudes? avec le secours et l’assistance du saint Esprit, il faut qu’un fils soit assisté par son père spirituel. L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

100. Le moine qui vit dans une communauté, ne retire pas autant de fruit du chant? des psaumes que de la prière; car la confusion des voix dissipe l’attention et trouble l’intelligence?. L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

118. Il arrive quelquefois qu’un moine, ayant reçu un ordre? de son supérieur, et prévoyant que s’il l’accomplit, il lui fera de la peine, ne l’accomplit pas par ce seul motif; comme il arrive aussi qu’un autre moine, prévoyant bien la même chose?, exécute sans hésiter les ordres qu’il a reçus, Or on demande ici quel est celui de ces deux moines dont la conduite a été la plus sainte et la plus conforme à l’esprit d’obéissance. L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

45. Quel est le moine qui ait si saintement vécu, pour pouvoir dire que, depuis qu’il est entré en religion, il n’a pas perdu un seul jour, une seule heure, ni un seul moment; mais qu’il a consacré au service de Dieu sa vie tout entière, dans la pensée qu’un jour passé ne revient plus ? L’Échelle Sainte: SEPTIÈME DEGRÉ

46. Ce moine est vraiment heureux, lequel, par la vivacité de sa foi, peut contempler la beauté des anges?, et jouir ainsi de la société de ces Intelligences célestes; mais il est bien autrement heureux celui qui, par la méditation de la mort, par le souvenir? amer de ses péchés, et par les larmes abondantes de sa fervente pénitence, s’est mis dans l’état heureux de ne plus retomber dans le péché. Or on pourrait difficilement, je crois, me persuader que, pour arriver à la perfection? du premier état, il ne faille pas auparavant avoir passé par le second état dont nous venons de parler. L’Échelle Sainte: SEPTIÈME DEGRÉ

68. Le Seigneur  , dont la justice? égale la sainteté, récompense, par le sentiment d’une componction pleine de foi, le moine qui, dans la solitude, vit selon la foi et les règles de la sainteté, comme il récompense, par d’ineffables consolations, le moine qui, pour des motifs louables, demeure dans un monastère pour y vivre saintement sous l’autorité et l’obéissance d’un supérieur. Mais celui qui, sincèrement et selon Dieu, n’embrasse pas l’un ou l’autre de ces deux genres de vie, se prive misérablement du don des larmes. L’Échelle Sainte: SEPTIÈME DEGRÉ

68. Le Seigneur  , dont la justice égale la sainteté, récompense, par le sentiment d’une componction pleine de foi, le moine qui, dans la solitude, vit selon la foi et les règles de la sainteté, comme il récompense, par d’ineffables consolations, le moine qui, pour des motifs louables, demeure dans un monastère pour y vivre saintement sous l’autorité et l’obéissance d’un supérieur. Mais celui qui, sincèrement et selon Dieu, n’embrasse pas l’un ou l’autre de ces deux genres de vie, se prive misérablement du don des larmes. L’Échelle Sainte: SEPTIÈME DEGRÉ

29. Si un mauvais? moine, comme nous l’avons dit plus haut, aidé du démon et semblable à un loup, et capable de mettre le trouble dans toute une maison? religieuse; un bon moine, par une raison? contraire, choisi parmi les plus prudents et les plus sages?, et secouru de son ange, ne pourra-t-il pas répandre l’huile précieuse de la douceur au milieu de ses frères, apaiser les tempêtes excitées par les vents furieux de la colère, et ramener heureusement le vaisseau au port de la tranquillité et du calme? ? De sorte? que, comme le mauvais moine par sa conduite ne mérite? que d’être jugé condamné et puni, le bon moine, qui par sa douceur est devenu l’exemple? et le modèle de ses frères, est digne de recevoir une récompense proportionnée à la grandeur? et à l’importance des services qu’il a rendus. L’Échelle Sainte: HUITIÈME DEGRÉ

13. Un moine qui conserve dans son coeur le souvenir des injures, y garde un nid d’aspics, et porte? avec lui-même le poison? dans son sein; et ce poison est mortel. L’Échelle Sainte: NEUVIÈME DEGRÉ

3. Un moine sincèrement attaché au devoir de l’obéissance, ignore absolument ce que c’est que l’acédie; car il se perfectionne dans la vertu, en se livrant aux actions? extérieures qui lui sont commandées par son supérieur. L’Échelle Sainte: TREIZIÈME DEGRÉ

8. Le Juif est dans la joie le samedi et les jours de fête, et le moine, le samedi et le dimanche. Il compte, pendant le Carême, les jours qui le séparent de la fête de Pâques, et il ne manque pas, aux approches de cette fête, de préparer les mets que sa convoitise lui fait désirer. Un malheureux esclave? de la gourmandise ne pense qu’aux mets délicieux dont il fera usage aux grandes fêtes, et c’est de cette misérable manière qu’il s’y prépare et qu’il les célèbre, mais le véritable serviteur de Dieu ne pense qu’aux grâces et aux vertus dont il désire orner et parer son âme pour ces belles solennités. L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

10. Il arrive quelquefois que la vaine gloire et la gourmandise se font entre elles une guerre fort animée, et se disputent vigoureusement un pauvre misérable; car la gourmandise fait tous ses efforts pour le porter à violer les règles de la mortification et du jeûne, et la vanité, pour l’engager à faire connaître la perfection de sa vie par les actes d’une abstinence sévère. Mais un moine conduit par un esprit de sagesse, évitera les pièges que lui tendront ces deux passions, et, saura profiter des circonstances, pour les chasser l’une et l’autre bien loin de lui. L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

10. Le moine qui a le malheur d’aimer? l’argent, n’est jamais oisif; car sa passion lui rappelle sans cesse ces paroles dont il abuse : Celui qui ne veut pas travailler?, ne doit pas manger (2 Th 3,10); et ces autres paroles : Mes mains ont suffi pour me procurer et à ceux qui vivent avec moi?, les choses qui nous étaient nécessaires. (Ac 20,34). L’Échelle Sainte: SEIZIÈME DEGRÉ

12. Le moine pauvre, est maître de l’univers? entier, parce qu’il place tous ses soins et toutes ses inquiétudes dans le sein de la Providence, et que par la confiance ferme et entière qu’il a dans le Seigneur  , il rend tous les hommes ses sujets et ses serviteurs. Ce ne sera donc point? aux hommes qu’il s’adressera dans ses nécessités et dans ses besoins, et les secours qu’il en recevra, il pensera ne les tenir que de la main du Seigneur. L’Échelle Sainte: SEIZIÈME DEGRÉ

4. Celui qui, pendant la prière, pensera sérieusement qu’il est en la présence de Dieu, sera comme une colonne immobile?, et ne se laissera pas surprendre par ces différentes tentations. Au reste, le lutteur sincère et obéissant, lorsqu’il s’agit de prier, se trouve éclairé d’une lumière, divine? et rempli d’une joie céleste; car ce bon moine, semblable à un vaillant soldat, s’est préparé à la prière depuis longtemps, par un fidèle accomplissement de ses devoirs et par une exacte obéissance. L’Échelle Sainte: DIX-HUITIÈME DEGRÉ

5. Un moine qui pratique les veilles, ressemble à un pêcheur; car, dans le silence? de la nuit, il observe? sans être distrait, et comprend la portée et la valeur? de ses pensées. L’Échelle Sainte: DIX-NEUVIÈME DEGRÉ

6. Il aime Dieu sincèrement, et lorsqu’il entend sonner l’office, plein de joie et d’allégresse il s’écrie: "C’est bien ! c’est très bien !" tandis que le moine paresseux, dit en soupirant : "Hélas, hélas!" L’Échelle Sainte: DIX-NEUVIÈME DEGRÉ

11. Le mauvais moine n’est que trop réveillé, quand il est question? de se livrer à des entretiens et à des conversations avec ses frères, mais l’heure de prier est-elle arrivée ? le sommeil s’empare aussitôt de lui. L’Échelle Sainte: DIX-NEUVIÈME DEGRÉ

20. Voit-il un moine entrer dans l’heureuse paix de l’âme par la victoire sur les passions ? il cherche aussitôt à l’arracher de son heureuse solitude pour le lancer dans le monde. Sortez d’ici, lui dit-il intérieurement; qu’y faites -vous ? allez travailler au salut de tant d’âmes qui périssent. L’Échelle Sainte: VINGT-UNIÈME DEGRÉ

6. Un moine orgueilleux est toujours en opposition et en contradiction avec ses frères; mais celui qui pratique l’humilité, est dans des dispositions? contraires. L’Échelle Sainte: VINGT-DEUXIÈME DEGRÉ

Un bon et véritable moine est celui dont l’esprit et le coeur ne s’élèvent jamais par des pensées et des sentiments? de vanité, et dont les sens ne sont point émus par la vile et la présence des objets? sensibles. L’Échelle Sainte: VINGT-DEUXIÈME DEGRÉ

25. Un moine orgueilleux n’a pas besoin d’un autre démon pour le tenter; car il est à lui-même son propre démon, son tentateur et son ennemi. L’Échelle Sainte: VINGT-DEUXIÈME DEGRÉ

15. Un moine vertueux, ayant été tourmenté par ce démon pendant l’espace de vingt ans, n’avait cessé de mortifier son corps par des veilles longues et continuelles, et par des jeûnes très rigoureux ; mais voyant que toutes ses austérités étaient sans effet contre cette cruelle tentation, il l’écrivit sur un papier, ainsi que les troubles qu’elle lui causait, et le confia, à un saint religieux qu’il connaissait. Arrivé auprès de lui, il se prosterna le visage contre terre, sans oser lever les yeux?. Dès que ce saint religieux eut lu ce qui était écrit, y il sourit tout doucement, et, relevant, son cher frère, il lui dit : "Mon fils mettez votre main sur mon cou"; ce que celui-ci s’empressa de faire. Puis-il ajouta : "Mon frère, je prends, sur moi votre péché, tant pour le temps passé, que pour le temps à venir; la seule chose que j’exige de vous, c’est de ne plus y penser? et de ne plus vous en mettre en peine." L’Échelle Sainte: VINGT-TROISIÈME DEGRÉ

30. Nous pouvons comparer un moine qui vit dans la simplicité, à une bête de charge, laquelle aurait la raison, et l’obéissance en partage, et qui tout en obéissant, se déchargerait sur son conducteur. Or, comme cette bête ne résiste point à son maître, lorsqu’il l’attache, de même un religieux qui a le cœur droit, ne résiste point aux ordres de son supérieur : il le suit partout où il lui plaît de le conduire; il ne sait même pas raisonner ni user de répugnance : il obéit jusqu’à la mort. L’Échelle Sainte: VINGT-QUATRIÈME DEGRÉ

10. Un moine humble est bien éloigné de vouloir curieusement pénétrer dans les secrets de Dieu; mais celui dont le coeur est enflé par l’orgueil, désire même sonder la profondeur de ses jugements? incompréhensibles. L’Échelle Sainte: VINGT-CINQUIÈME DEGRÉ


Ver online : Les Voies