Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Force dans les tribulations.

Hom. sur les afflictions

Force dans les tribulations.

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

      

4. Qu’est-ce à dire : « Sachant que l’affliction produit la patience » ( Rom 5, 3 ) ? Un des grands fruits de l’affliction est de rendre plus fort celui qui la souffre. En effet, comme les arbres qui sont entretenus à l’ombre et placés à l’abri des vents, quoique beaux à la vue, sont tendres et faibles et ne tardent pas à être endommagés par les moindres orages ; au lieu que ceux qui sont placés sur le sommet des hautes montagnes, qui sont fréquemment battus par les aquilons, exposés sans cesse aux variations de l’air, agités par les plus violentes tempêtes, souvent frappés par les neiges, sont plus forts et plus durs- que le meilleur fer ; comme aussi les corps qui sont nourris dans les délices, qui goûtent les plaisirs de toute espèce, qui sont revêtus d’habillements somptueux, qui font habituellement usage de bains et de parfums, et qui, sans besoin, choisissent les nourritures les plus délicates, ne sont nullement propres aux peines et aux fatigues que demande la pratique de la vertu, et ne sont faits que pour les supplices rigoureux dont parle l’Ecriture : de même, parmi les âmes, celles qui recherchent une vie douce et tranquille, à l’abri des maux, qui sont attachées par inclination aux biens présents, qui préfèrent couler des jours exempts de douleur à l’avantage de souffrir, comme les saints, pour le royaume céleste ; ces âmes, plus faibles et plus molles que la cire, sont de nature à devenir l’aliment d’un feu éternel ; celles au contraire qui pour Dieu   ne craignent ni les périls, ni les travaux, ni les tribulations, qui sont nourries dans les afflictions ; ces âmes, dis-je, rendues plus fermes que le fer ou que le diamant, deviennent plus courageuses par l’habitude   de souffrir sans cesse, et acquièrent un certain tempérament de force et de patience qui les fait triompher de tous les assauts des hommes et des événements. Et de même que ceux qui s’embarquent pour la première fois éprouvent des vertiges et des nausées qui troublent leur tête et affadissent leur cœur, tandis que ceux qui ont parcouru de vastes étendues de mers diverses, qui ont bravé mille fois les flots, qui ont essuyé de fréquents naufrages, entreprennent avec confiance des voyages maritimes : ainsi l’âme   qui a passé par de fréquentes épreuves et de grandes afflictions, exercée dès lors à souffrir, ayant acquis l’habitude de la patience, n’est point tremblante et craintive, ne se laisse point troubler par les événements fâcheux ; mais fortifiée par une fréquente   étude et un continuel exercice des accidents de la vie, elle supporte sans peine tous les maux d’ici-bas.


Ver online : Les Voies