Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Quel grand prix a l’humilité et combien est élevé son degré.

Quel grand prix a l’humilité et combien est élevé son degré.

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

      

Je veux ouvrir la bouche, frères, pour vous parler du très haut thème de l’humilité. Et je suis empli de crainte, comme quelqu’un qui sait qu’il doit parler de Dieu   dans le langage de ses propres pensées. Car l’humilité est la parure de la Divinité. En se faisant homme le Verbe l’a revêtue. -Par elle Il a vécu avec nous dans notre corps. Et quiconque s’en est entouré s’est fait pareil en vérité   à Celui qui est descendu de sa hauteur et a recouvert par l’humilité sa grandeur et sa gloire, pour qu’à sa vue la création ne soit pas consumée. Car la création n’aurait pu Le contempler s’Il ne l’avait pas prise en charge et n’avait pas ainsi vécu avec elle. Il n’y aurait pas eu de face à face. La création n’aurait pas entendu les paroles de sa bouche. Les enfants d’Israël n’avaient pas pu entendre sa voix quand Il leur a parlé dans la nu  ée. Ils disaient à Moïse: « Que Dieu te parle, et rapporte-nous ses paroles. Mais qu’Il ne nous parle pas, pour que nous ne mourrions pas.

Comment la création pouvait-elle contempler Dieu ?

La vision de Dieu est si terrible que le médiateur dit lui-même qu’il craint et tremble. C’est en effet la gloire qui est apparue sur le mont Sinaï. La montagne fumait et tremblait de peur sous le coup de la révélation. Et les bêtes qui approchaient ses pentes mouraient. Les fils   d’Israël se préparèrent. Ils se purifièrent pendant trois jours suivant l’ordre de Moose, afin d’être dignes d’entendre la voix de Dieu et de voir sa révélation.

Or quand vint le temps ils ne purent ni assumer la vision de sa lumière, ni recevoir la force de sa voix de tonnerre. Mais maintenant qu’Il a versé sa grâce sur le monde par son avènement, ce n’est pas dans un séisme, ni dans le feu, ni en s’annonçant d’une voix terrible et forte   qu’IL est descendu, mais comme la pluie sur la toison, comme une goutte qui tombe doucement sur la terre. C’est sous une autre forme qu’Il est venu parmi nous. Il a en effet recouvert sa grandeur du voile de la chair, Et a fait de celle-ci un trésor, Il a vécu parmi nous dans cette chair que sa volonté s’était formée dans le sein de la Vierge Marie la Mère de Dieu, pour que Le voyant de notre race et vivant parmi nous, nous ne soyons pas troublés par la peur en Le contemplant. C’est pourquoi quiconque s’est entouré du vêtement dans lequel le Créateur est apparu en ce corps dont Il s’est couvert, a revêtu le Christ   Lui-même. Car il a désiré porter dans son homme intérieur la même humilité avec laquelle le Christ s’est révélé à sa création et a vécu en elle, comme Il se révèle maintenant à ses serviteurs. Et au lieu du vêtement de l’honneur et de la gloire extérieurs, oy s’est paré de cette humilité. C’est pourquoi la création dans la raison et le silence du Maître, quand elle voit un homme revêtu de la ressemblance. le révère et l’honore comme son Maître qu’elle a vu vivre en elle revêtu d’humilité. Quelle créature en effet ne se laisse pas attendrir à la vue de l’humble ? Cependant tant que la gloire de l’humilité ne s’était pas révélée à tous, on dédaignait cette vision si pleine de sainteté. -Mais maintenant sa grandeur s’est levée aux yeux du monde. Et tout homme honore la ressemblance qu’il peut voir en tout lieu. IL a été donné à la création de recevoir dans la médiation d’un tel homme la vision de son Créateur. C’est pourquoi, bien qu’il soit dénué de toute la création, l’humble n’est méprisé par personne, pas même par les ennemis de la vérité. Celui qui a appris l’humilité est vénéré en elle, comme s’il portait la couronne et la pourpre.

Aucun homme ne peut jamais vraiment haïr l’humble, ni le blesser par ses paroles, ni le mépriser. Parce que son Maître l’aime, il est aimé de tous. Il aime tous les êtres et tous l’aiment Tous le désirent. En tout lieu où il passe tous le regardent comme un ange de lumière et l’honorent. S’il parle, le sage et le docteur se tairont. Car ils laissent parler l’humble. Tous sont attentifs aux paroles qui sortent de sa bouche. Leurs yeux sont tournés vers lui. Chacun attend ses paroles comme des paroles de Dieu. Sa concision vaut toutes les paroles des sophistes   qui fouillent leurs pensées. Ses paroles sont douces à l’oreille des sages, plus que la cire et le miel dans la bouche. Tous le considèrent comme Dieu, bien que ses paroles soient d’un simple et d’un ignorant, et qu’il ait l’aspect d’un homme quelconque et méprisé.

Celui qui parle de l’humble avec mépris et ne le considère pas comme un vivant ouvre sa bouche contre Dieu. Plus l’humble est méprisé à ses yeux, plus l’honore toute la création. Il va vers les fauves meurtriers. Dès qu’ils le voient, leur sauvagerie s’apaise, ils s’approchent de lui comme de leur maître, ils remuent la tête, ils lèchent ses mains et ses pieds. Car ils ont senti, émanant de lui, cette odeur qu’exhalait Adam   avant la transgression (lorsqu’ils allèrent vers lui et qu’il leur donna des noms dans le Paradis). Jésus a ainsi renouvelé ce qu’il a reçu de nous et nous l’a rendu par son avènement, en répandant la bonne odeur de la race des hommes.

Il va aussi vers les serpents les plus dangereux, et dès que sa main touche leurs corps, s’effacent la force et la violence de leur cruauté meurtrière. E les prend dans ses mains comme des sauterelles. Et va vers les hommes, et ceux-ci se tournent vers lui de toute leur attention, comme vers le Seigneur. Mais que dis-je les hommes ? Les démons eux-mêmes, avec leur violence, leur cruauté, tout l’orgueil de leur coeur, ne sont plus qu’un peu de terre lorsqu’ils l’abordent. Leur malice se flétrit, leurs ruses se dissolvent, et cesse leur méchanceté.

Mais maintenant que nous avons montré le grand honneur que Dieu lui a fait et la puissance qui est cachée en elle, voyons ce qu’est l’humilité elle-même, et quand il est donné à l’homme de la recevoir parfaitement telle qu’elle est. Distinguons entre celui qui se veut humble et celui auquel a été donnée la véritable humilité.

L’humilité est une puissance secrète que les saints parfaits reçoivent quand ils ont mené à bien toute l’ascèse de leur vie. Cette puissance en effet n’est donnée qu’à ceux qui parviennent à la perfection de la vertu par la force de la grâce, pour autant que la nature en soit capable. Car la vertu englobe tout en elle. C’est pourquoi il n’est pas possible de tenir pour humble le premier homme venu, mais ceux-là seuls auxquels a été donné cet ordre que nous avons dit.

Il ne suffit pas qu’un homme soit bon et calme, ou prudent ou doux, pour qu’il ait atteint le degré de l’humilité. L’humble en vérité est celui qui a secrètement de quoi s’enorgueillir et ne s’enorgueillit pas, mais ne voit là rien de plus en lui-même qu’un peu de terre. Nous n’appelons pas non plus humble, bien que la chose soit digne de louange, celui qui s’humilie dans la mémoire de ses fautes et de ses erreurs et s’en souvient jusqu’à ce que soit brisé son coeur et que son intelligence ait effacé en elle les pensées d’orgueil. Car il a encore en lui la tentation de l’orgueil, il n’a pas acquis l’humilité, mais il s’en approche par les moyens qu’il met en oeuvre. Même si la chose est louable comme j’ai dit, il n’a pas encore l’humilité. Il la veut, mais il ne l’a pas. L’humble parfait est celui qui n’a besoin de rien faire dans son coeur pour être humble. Mais parfaitement et naturellement il possède en tout l’humilité sans qu’il y travaille. Il l’a reçue en lui-même comme une grande grâce qui dépasse toute la création et toute la nature. Et se voit à ses propres yeux comme un pécheur, comme un homme de rien et méprisable. Il est entré dans le mystère de toutes les natures spirituelles, il porte en lui la sagesse de toute la création en toute exactitude, et cependant il considère qu’il ne sait rien. Ainsi il est humble dans son coeur sans rien faire pour cela et sans rien forcer.

Mais est-il ou non possible qu’un homme devienne tel et change pareillement dans sa nature ?

N’en doute pas. La puissance qu’il a reçue des mystères accomplit tout en lui, en menant à bien toute vertu. C’est la puissance même que reçurent les bienheureux apôtres sous la forme du feu. Le Sauveur leur avait ordonné en effet de ne pas quitter Jérusalem jusqu’à ce qu’ils aient reçu la puissance d’en haut. Jérusalem est ici la vertu. La puissance est l’humilité. Et la puissance d’en haut est le Paraclet   c’est-à-dire l’esprit Consolateur. Or c’est là ce qu’avait dit l’Ecriture Sainte: les mystères sont révélés aux humbles. Aux humbles est donné de recevoir en eux-mêmes cet Esprit des révélations qui découvre les mystères. C’est pourquoi des saints ont dit que l’humilité accomplit l’âme   dans les contemplations divines. Que nul donc n’aille s’imaginer qu’il est parvenu à la mesure de l’humilité parce qu’une pensée de componction lui sera venue à un certain moment, ou parce qu’il aura versé quelques larmes, ou parce qu’il portera un bien qu’il a naturellement ou qu’il aura obtenu en se faisant violence (car l’humilité accomplit tous les mystères et garde toutes les vertus), ou parce qu’il aura en faisant des petites choses acquis tout ce qui tient lieu de cette grâce.

Mais si un homme a vaincu tous les esprits contraires, s’il n’y a pas d’oeuvre qu’il n’ait faite ni de vertu qu’il n’ait acquise, s’il a renversé et soumis toutes les forteresses des ennemis, et si alors il a senti en esprit qu’il a reçu cette grâce (quand l’esprit rend témoignage à son esprit, selon la parole de l’Apôtre), là est la perfection de l’humilité. Bienheureux celui qui la possède. Car à tout heure il embrasse le sein de Jésus.

Mais quelqu’un dira que faire ? Comment puis-je acquérir l’humilité ? Par quelle voie puis-je être digne de la recevoir ? Voici, je me fais violence à moi-même, et quand je pense l’avoir acquise, je m’aperçois que des pensées qui lui sont contraires tournent dans mon intelligence. Et je tombe désormais dans le désespoir.

Il sera répondu à celui qui interroge ainsi: « Il suffit au disciple d’être comme son Maître et au serviteur d’être comme son Seigneur. " » Vois ce qu’a fait pour l’acquérir Celui qui a ordonné l’humilité et a donné cette grâce. Sois comme Lui et tu la trouveras. Car Il a dit: « Le prince de ce monde vient, et ne trouvera rien en moi. » Vois-tu comment il est possible d’acquérir l’humilité dans la perfection de toutes les vertus ? Imite Celui qui nous a donné son ordre. « Les renards, a-t-Il dit ont des tanières et les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête » Lui auquel ceux qui ont achevé, sanctifié et accompli leur vie dans toutes les générations rendent gloire ainsi qu’au Père qui L’a envoyé et au Saint Esprit maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.


Ver online : Les Voies