Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Le retour de l’âme à l’état paradisiaque.

De la virginité

Le retour de l’âme à l’état paradisiaque.

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

      

12. Si le moyen d’obtenir ce qu’on cherche, c’est la restauration de l’état primitif de l’image de Dieu  , qui maintenant est cachée dans la souillure de la chair, il nous faut redevenir ce qu’était le premier homme au début de sa vie. Qu’était-il donc? Il était nu   et pas encore revêtu de ces peaux mortes, il regardait le visage de Dieu avec liberté, il ne jugeait pas de la bonté des choses d’après le goût et la vue, mais mettait tout son bonheur   dans le Seigneur, et il y était aidé par la compagne qui lui avait été donnée, comme l’indique la Sainte Ecriture... Donc la voie que nous avons suivie quand nous avons été chassés du paradis avec nos premiers parents est celle même qu’il nous est donné de parcourir en sens inverse pour revenir à la béatitude primitive. Quelle est-elle? La volupté, issue de la ruse, a été à l’origine de leur chute ; la honte et la crainte ont suivi la volupté, si bien qu’ils n’osaient plus se tenir devant les yeux du créateur, mais qu’ils se couvrirent de feuilles et se dissimulèrent dans l’ombre. Puis ils se revêtirent de peaux mortes... Si nous voulons maintenant revenir de là pour être avec le Christ  , il faut commencer notre remontée en reprenant à l’extrémité où nous étions arrivés... Puisque le mariage est l’aboutissement de la séparation d’avec la vie dans le paradis, il est le premier à laisser de côté, comme étant la dernière étape de la route : c’est ce que l’Ecriture indique à. ceux qui reviennent vers le Christ ; ensuite il y a lieu de laisser le travail pénible de la terre, l’homme y ayant été condamné après le péché ; puis il nous faut sortir des vêtements de la chair, des tuniques de peau, c’est-à-dire de la prudence de la chair, et ayant renoncé à ce qu’on cache par honte,... nous paraîtrons à nouveau devant les yeux du créateur, nous serons séparés des illusions de la vue et du goût, nous ne suivrons plus les conseils du serpent venimeux, mais nous ne connaîtrons que les préceptes de Dieu. C’est là adhérer au seul bien véritable.


Ver online : Les Voies