PhiloSophia

PHILO = Apreço + SOPHIA = Compreensão

Version imprimable de cet article Version imprimable

Accueil > Oriente > Isha Upanishad

Trois Upanishads (Isha, Kena, Mundaka)

Isha Upanishad

Trad. Shri Aurobindo (version en français de Jean Herbert)

dimanche 16 novembre 2008

Extrait de « Trois Upanishads Upanishad
Upanishads
Upanixade
Upanixades
 » (Isha, Kena, Mundaka) par Shri Aurobindo Aurobindo Aurobindo Ghose ou Sri Aurobindo (1872-1950) (version en français de Jean Herbert). Albin Michel, 1949

Jean Herbert

1. — Au Seigneur tout ceci qui est, pour qu’il l’habite, et chaque chose?, univers se mouvant dans l’universel mouvement. De tout cela détàche-toi et jouis-en ; ne convoite aucun bien que s’approprient les hommes.

Faisant certes [1] les œuvres ici, on doit désirer vivre cent ans Ainsi en est-il pour toi et non autrement. L’action n’englue pas l’homme.

Sans le soleil sont ces mondes enveloppés d’aveugles ténèbres, où partis d’ici vont tous ceux qui assassinent leur âme.

4. — Unique, sans mouvement, plus prompt que la pensée, Cela, les dieux même ne peuvent l’atteindre dans sa progression en avant. Cela, dans sa stabilité, distance les autres qui courent. En Cela, Mâtarishvan établit les Eaux.

5. — Cela est en mouvement, Cela est sans mouvement ; Cela est lointain, Cela aussi est proche ; Cela est au dedans de ce tout, Cela aussi est hors de ce tout.

6. — Mais celui qui perçoit tous les devenirs dans l’Etre même et l’Être en tous les devenirs, celui-là alors ne se replie plus.

7. — Pour qui l’Etre même est devenu tous les devenirs, pour qui sait, où la confusion ? où la douleur ? pour qui perçoit en tout l’Unité.

8. — Lui s’est diffusé, lumineux, incorporel, sans défaut, sans organes, pur, invulnérable au mal. Le Voyant, le Penseur, celui qui devient tout, qui existe en soi, a ordonné les choses selon leur loi depuis les âges infinis.

9. — En des ténèbres aveugles entrent ceux qui se vouent à l’ignorance? ; et comme en plus de ténèbres, ceux qui sont adonnés à la connaissance?.

10. — Bien autre chose [2], a-t-il été dit, par la connaissance, bien autre chose, a-t-il été dit, par l’ignorance. Ainsi avons-nous appris des sages qui nous ont révélé Cela.

11. — Connaissance et ignorance, celui qui connaît Cela comme les deux à la fois, par l’ignorance ayant franchi la mort, par la connaissance il jouit de l’immortalité.

12. — En des ténèbres aveugles entrent ceux qui se vouent au non-devenir ; et comme en plus de ténèbres ceux qui sont adonnés au devenir.

13. — Bien autre chose, a-t-il été dit, par le devenir, bien autre chose, a-t-il été dit, par le non-devenir. Ainsi avons-nous appris des sages qui nous ont révélé Cela.

14. — Dissolution et devenir, celui qui connaît Cela comme les deux à la fois, par la dissolution ayant franchi la mort, par le devenir il jouit de l’immortalité.

15. — Par un masque doré est couverte la face de la Vérité ; ôte cela, Toi, Evoluteur, pour la loi de Vérité et pour la Vision.

16. — Evoluteur, Unique Rishi, Recteur, Illuminateur, Fils du Père des existences, dispose et rassemble. Le rayonnement, qui est la forme la plus bénie, est ce que de toi je perçois. Ce Purusha? qui est là et partout, je Le suis.

17. — Souffle, haleine immortelle, voici, ce corps finit en cendres. Ainsi, Pouvoir de faire, souviens-toi de ce qui a été fait, souviens-toi ; Pouvoir de faire, souviens-toi de ce qui a été fait, souviens-toi.

18. — Agni, par la bonne voie conduis-nous vers la félicité, toi qui connais, ô dieu, toutes les manifestations. Éloigne de nous l’égarement qui nous détourne. A toi nous offrons notre plus entière parole de soumission.

Original

1. All this is for habitation by the Lord, whatsoever is individual universe of movement in the universal motion. By that renounced thou shouldst enjoy ; lust not after any man’s possession.

2. Doing verily works in this world one should wish to live a hundred years. Thus it is in thee and not otherwise than this ; action? cleaves not to a man.

3. Sunless are those worlds and enveloped in blind gloom whereto all they in their passing hence resort who are slayers of their souls.

4. One unmoving that is swifter than Mind?, That the Gods reach not, for It progresses ever in front. That, standing, passes beyond others as they run. In That the Master of Life establishes the Waters.

5. That moves and That moves not ; That is far and the same is near ; That is within all this and That also is outside all this.

6. But he who sees everywhere the Self in all existences and all existences in the Self, shrinks not thereafter from aught.

7. He in whom it is the Self-Being that has become all existences that are Becomings, for he has the perfect knowledge, how shall he be deluded, whence shall he have grief who sees everywhere oneness ?

8. It is He that has gone abroad—That which is bright, bodi-less, without scar of imperfection, without sinews, pure, unpierced by evil. The Seer, the Thinker, the One who becomes everywhere, the Self-existent has ordered objects perfectly according to their nature? from years sempiternal.

9. Into a blind darkness they enter who follow after the Ignorance, they as if into a greater darkness who devote themselves to the Knowledge alone.

10. Other, verily, it is said, is that which comes by the Knowledge, other that which comes by the Ignorance ; this is the lore we have received from the wise who revealed That to our understanding.

11. He who knows That as both in one, the Knowledge and the Ignorance, by the Ignorance crosses beyond death and by the Knowledge enjoys Immortality.

12. Into a blind darkness they enter who follow after the Non-Birth, they as if into a greater darkness who devote themselves to the Birth alone.

13. Other, verily, it is said, is that which comes by the Birth, other that which comes by the Non-Birth ; this is the lore we have received from the wise who revealed That to our understanding.

14. He who knows That as both in one, the Birth and the dissolution of Birth, by the dissolution crosses beyond death and by the Birth enjoys Immortality.

15. The face of Truth is covered with a brilliant golden lid ; that do thou remove, O Fosterer, for the law of the Truth, for sight.

16. O Fosterer, O sole Seer, O Ordainer, O illumining Sun, O power of the Father of creatures, marshal thy rays, draw together thy light? ; the Lustre which is thy most blessed form of all, that in Thee I behold. The Purusha there and there, He am I.

17. The Breath of things is an immortal Life, but of this body ashes are the end. OM ! O Will, remember, that which was done remember ! O Will, remember, that which was done remember.

18. O god Agni, knowing all things that are manifested, lead us by the good path to the felicity ; remove from us the devious attraction of sin. To thee completest speech of submission we would dispose.


Voir en ligne : SHRI AUROBINDO


[1Kurvanneva. L’insistance du mot eva donne de la force à l’idée : « faire les œuvres et non point se retirer d’elles ».

[2Anyadeva. Eva souligne la portée du mot : « Bien autre chose (que ce qui est dit au vers précédent) sort de la connaissance, bien autre chose de l’ignorance ». Si ! » texte signifiait, comme on le l’ignorance un autre, il énoncerait, avec une pompe excessive, une évidente banalité qui, n’ajoutant rien au système d’idées de l’Upanishad, n’y peut trouver place.