Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Traité des principes - extraits sur la tentation

Origène

Traité des principes - extraits sur la tentation

La tentation

segunda-feira 18 de outubro de 2021

Certains péchés donc ne viennent pas des puissances? contraires, mais ont pour origine? les mouvements naturels du corps?. L’apôtre Paul l’assure très clairement quand il dit? : La chair convoite contre l’esprit? et l’esprit contre la chair ; ces deux réalités s’opposent l’une à l’autre, de telle sorte? que vous ne faites pas ce que vous voulez. Si en effet la chair convoite contre l’esprit et l’esprit contre la chair, il y a pour nous parfois une lutte contre la chair et le sang?, c’est-à-dire tant que nous sommes hommes et marchons selon la chair et tant que nous ne pouvons éprouver des tentations plus fortes que les tentations humaines, puisqu’il est dit de nous : que la tentation ne vous atteigne pas, si ce n’est une tentation humaine ! Car Dieu? est fidèle, lui qui ne permettra pas que vous soyez tentés plus que vous ne pouvez le supporter. Ceux qui président aux luttes ne laissent pas ceux qui viennent au combat se mettre à lutter les uns contre les autres? de n’importe quelle manière, ou par? suite du hasard, mais après un examen attentif des corps et des âges?, les ayant comparés de la façon la plus équitable, ils associent celui-ci avec celui-là, cet homme? avec cet autre, mettant par exemple? des enfants avec des enfants, des hommes avec des hommes, de manière qu’ils se correspondent par la similitude de leur âge et de leur force. Il faut penser? de même de la providence divine? : tous ceux qui descendent dans les luttes de la vie? humaine, elle les gouverne dans sa très juste administration selon la mesure? de la vertu de chacun, que connaît seul celui qui voit seul les cœurs des hommes. Ainsi l’un combat contre telle chair, l’autre contre telle autre, celui-ci pendant un tel espace de temps, celui-là pendant tel autre, cet homme sera soumis à telle excitation charnelle qui le pousse dans tel ou tel sens?, celui-là à telle autre ; parmi les puissances ennemies l’un aura? à résister à celle-ci ou à celle-là, l’autre à deux ou trois à la fois et tantôt contre l’une, tantôt de nouveau contre l’autre, à un certain temps contre celle-ci et à un certain temps contre celle-là, après tels actes il luttera contre les unes, après tels autres contre les autres. Vois si l’Apôtre n’indique pas quelque chose? de semblable lorsqu’il dit : Dieu est fidèle, au point? de ne pas permettre que vous soyez tentés plus que vous ne pouvez le supporter, c’est-à-dire que chacun est tenté selon son degré ou ses possibilités de vertu. 301 Traité des Principes?: Septième traité (III, 2  -4)

Nous avons donc dit que, par un juste jugement? de Dieu, chacun est tenté selon son degré de vertu, mais il ne faut pas croire pour cela que de toute façon celui qui est tenté doit vaincre : il en est de même du lutteur qui, malgré le soin qu’on a mis à lui donner un adversaire d’égale force, ne pourra vaincre de toute façon. En effet si la force des lutteurs n’était pas égale, la palme du vainqueur ne serait pas juste, ni la faute? du vaincu : c’est pourquoi Dieu permet que nous soyons tentés, mais pas plus que nous ne pouvons le supporter ; nous sommes tentés selon nos forces. Cependant il n’est pas écrit que Dieu fera en sorte que nous réussissions à supporter la tentation, mais que nous puissions la supporter, autrement dit : il nous donne de pouvoir la supporter. Il nous appartient d’employer avec diligence ou avec négligence ce pouvoir qu’il nous a donné lui-même. Il n’est pas douteux que, dans toute tentation, nous avons la force de la supporter, si cependant nous usons convenablement du pouvoir donné. Ce n’est pas pareil d’avoir la possibilité de vaincre et de vaincre, comme l’Apôtre lui-même avec beaucoup de précautions l’indique en ces termes : Dieu vous donnera les moyens pour pouvoir supporter, et non : pour supporter. Car beaucoup ne supportent pas, mais sont vaincus dans la tentation. Dieu donne, non de supporter - autrement, semble-t-il, il n’y aurait aucun combat -, mais de pouvoir supporter. 302 Traité des Principes: Septième traité (III, 2  -4)

Nous disions plus haut que soit la providence divine soit les puissances contraires peuvent aussi éveiller en nous des souvenirs? concernant le bien? ou le mal?. Cela est montré par le Livre? d’Esther : Artaxerxès ne se rappelait pas les bonnes actions? du très juste Mardochée, mais alors qu’il était harcelé par des insomnies nocturnes, Dieu mit en sa mémoire l’inspiration de réclamer les livres contenant le récit de ses chroniques : mis alors au courant des services rendus par Mardochée il fît pendre son ennemi Aman, lui fit rendre des honneurs magnifiques et sauva toute la nation sainte menacée par un péril imminent. C’est au contraire la puissance du diable?, il faut le penser, qui remit en mémoire aux pontifes et aux scribes ce qu’ils allèrent dire à Pilate : Seigneur, nous nous sommes souvenus de ce que ce séducteur a dit quand il était encore vivant: le troisième jour après je ressusciterai. Lorsque Judas eut l’idée de livrer le Sauveur, elle ne venait pas seulement de son intelligence? mauvaise : l’Écriture atteste en effet que le diable avait mis dans son cœur le désir de le livrer. C’est pourquoi Salomon a donné un bon précepte lorsqu’il a dit : Garde ton cœur de toute manière. De même l’apôtre Paul en disant : Nous devons accorder une plus grande attention à ce que nous entendons pour ne pas nous égarer, et : Ne donnez pas de place? au diable: il montre par là que certaines actions et une certaine négligence spirituelle donnent de la place au diable qui, une fois entré dans notre cœur, nous possède, ou du moins souille notre âme s’il ne peut la posséder complètement, en lançant en nous ses traits enflammés ; par là, tantôt il nous blesse, d’une blessure qui descend dans nos profondeurs, tantôt seulement il nous enflamme. Il arrive rarement que quelques-uns, peu nombreux, réussissent à éteindre ses traits enflammés, de sorte que l’on ne trouve plus trace de la blessure, et cela se produit lorsqu’on est protégé, comme par une fortification très solide, par le bouclier de la foi. Cela est dit réellement dans l’Épître aux Ephésiens: Nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, les puissances, les chefs de ce monde? de ténèbres, les esprits de malice qui sont dans les deux. Il faudra comprendre de la sorte le mot? nous, c’est-à-dire moi?, Paul, et vous, Ephésiens, et tous ceux qui n’ont pas à lutter contre la chair et le sang : ce sont eux en effet qui ont à lutter contre les principautés et puissances, les chefs de ce monde de ténèbres. Il n’en était pas de même à Corinthe où l’on avait à lutter contre la chair et le sang : les Corinthiens n’étaient pas sujets à la tentation, si ce n’est à une tentation humaine. 306 Traité des Principes: Septième traité (III, 2  -4)

Nous avons été contraints à nous étendre un peu plus sur la lutte que les puissances adverses mènent contre les hommes, en discutant aussi des événements plus pénibles qui affectent le genre humain, c’est-à-dire des tentations de cette vie, selon ce que dit Job : Toute vie d’homme sur terre n’est-elle pas tentation ? Nous voulions ainsi montrer avec plus de clarté comment tout cela arrive et ce qu’il faut en penser pour le faire? pieusement. Maintenant, voyons aussi comment les hommes tombent dans le péché de la fausse connaissance? et dans quel but les puissances contraires engagent aussi sur ce point la lutte contre nous. 313 Traité des Principes: Septième traité (III, 2  -4)


Ver online : Les Voies