Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > Cassien: Conférences - extraits sur la componction

CONFÉRENCES DE CASSIEN

Cassien: Conférences - extraits sur la componction

La componction

segunda-feira 18 de outubro de 2021

Cependant, un vif sentiment de componction me remuait intérieurement. Il se traduisit bientôt par? de profonds soupirs : «Toutes les pensées, dis-je, que vous avez développées avec tant d’éloquence, ajoutent encore au découragement dont j’avais à souffrir?. Outre les captivités de l’âme qui sont communes à tous, et les distractions qui battent du dehors les esprits? encore faibles, je trouve un obstacle particulier à mon salut dans la médiocre connaissance? que je parais avoir de la littérature. Zèle du pédagogue, ou application de l’élève, je m’en suis imprégné jusqu’au fond. Avec un esprit de la sorte? infecté des oeuvres des poètes, les fables frivoles, les histoires grossières dont je fus imbu dès ma petite enfance et mes premiers débuts dans les études, m’occupent même à l’heure de la prière. Je psalmodie, on j’implore le pardon de mes péchés; et voici que le souvenir? effronté des poèmes jadis appris me traverse l’esprit, l’image? des héros et de leurs combats semble flotter devant mes yeux?. Tandis que ces fantômes se jouent de moi?, mon âme n’est plus libre?, d’aspirer à la contemplation des choses? célestes. Cependant, les larmes que je répands chaque jour ne réussissent pas à les chasser. 660 Les Conférences PREMIÈRE CONFÉRENCE DE L’ABBÉ NESTEROS

Question? : Ne faut-il pas se rappeler ses fautes? passée afin d’entretenir la componction du coeur ? 1737 Les Conférences CONFÉRENCE DE L’ABBA PINUFE

GERMAIN. - Mais alors, à quelle source puiser la sainte et salutaire componction d’un coeur humilié ? Car, voici que l’Écriture nous la dépeint avec ces paroles, parties des lèvres du pénitent : «J’ai fait connaître mon péché, et je n’ai point? couvert mon iniquité; j’ai dit? : Je déclarerai contre moi mon injustice au Seigneur.» (Ps 31,5-6). Quel titre aurons-nous donc à redire avec vérité ce qui suit aussitôt : «Et vous avez pardonné l’impiété de mon coeur» ? (Ibid.) Si nous bannissons de notre coeur la mémoire de nos péchés, comment, prosternés en prière, nous exciterons-nous aux larmes d’une humble confession, pour mériter d’obtenir le pardon de nos crimes, selon cette parole : «Chaque nuit, je baignerai ma couche de mes larmes, j’arroserai mon lit de mes pleurs» ? (Ps 6,7). Le Seigneur  , du reste, ne commande-t-Il pas de la garder invariablement, lorsqu’il dit : «Je ne me souviendrai plus de tes iniquités, mais toi rappelle-toi» ? (Is 43,25-26). 1739 Les Conférences CONFÉRENCE DE L’ABBA PINUFE

Il suit, que nous devons nous exciter à une louable componction, plutôt par l’appétit de la vertu et le désir du royaume des cieux?, que par le souvenir funeste des vices. Il est fatal que l’on soit étouffé par les exhalaisons pestilentielles d’un cloaque, aussi longtemps que l’on se tient au-dessus et qu’on en remue la boue?. 1780 Les Conférences CONFÉRENCE DE L’ABBA PINUFE

C’est alors que tous les évêques, voyant les hommes? embarrassés dans les soins du siècle et à peu près sans notion, si je puis ainsi dire, de l’abstinence ni de la componction, résolurent de leur imposer un jeûne régulier et comme une dîme légale, afin de les ramener et de les contraindre par nécessité à faire? oeuvre sainte. 2074 Les Conférences PREMIÈRE CONFÉRENCE DE L’ABBA THÉONAS

Cependant, après la trêve que votre bienveillance vient de me concéder si royalement, je ne veux pas non plus apporter de retard à payer ma dette. Soin fort agréable pour moi, en vérité ! Car les richesses que nous donnons de la sorte se multiplient entre nos mains; elles enrichissent celui qui les reçoit, sans que celui qui en fait largesse se trouve appauvri. Le dispensateur de la doctrine spirituelle fait double gain, en effet : au profit de l’auditeur, s’unit l’avantage personnel, qu’il obtient à parler; en instruisant les autres?, il s’enflamme non moins lui-même au désir de la perfection?. Ainsi, votre ardeur est cause? pour moi de progrès; et votre sollicitude, de componction. Mon âme, elle aussi, resterait abîmée dans la torpeur, et ne songerait à rien? de ce que vous réclamez, si votre feu?, votre attente ne l’excitaient de son sommeil au souvenir des choses spirituelles. C’est donc le moment, s’il vous plaît, d’énoncer le problème dont la brièveté du temps nous avait persuadés naguère de remettre la solution. 2143 Les Conférences DEUXIÈME CONFÉRENCE DE L’ABBA THÉODOSE

Le texte poursuit : Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés (1 Cor, 11,31). En d’autres termes : Si nous nous jugions nous-mêmes indignes de recevoir les sacrés mystères, toutes les fois que la blessure du péché nous a prévenus, nous prendrions soin de nous en approcher dignement, en nous amendant par la pénitence. Au lieu? de quoi, le Seigneur   est obligé de châtier notre indignité par le dur fouet des maladies. Par cette méthode du moins, viendrons-nous à la componction; et nous irons chercher le remède à nos blessures, dans la crainte d’être condamnés, au siècle à venir, avec les pécheurs de ce monde?, n’ayant pas été jugés dignes du châtiment passager de la vie? présente. 2178 Les Conférences DEUXIÈME CONFÉRENCE DE L’ABBA THÉODOSE

Nous voilà donc à part du nombre des voyants, du fait de notre impuissance à dé couvrir la multitude des taches légères accumulées en nous. Mais aussi quel état ! Nul sentiment de componction, si la maladie de la tristesse? est venue troubler notre âme; nulle douleur des suggestions de vaine gloire qui nous ébranlent; point de larmes pour notre lenteur à prier ou pour notre tiédeur. Que, durant l’oraison et la psalmodie, il nous vienne dans l’esprit des pensées étrangères à l’oraison ou au psaume : nous ne le comptons pas pour faute. Beaucoup de choses que la honte nous arrêterait de dire ou de faire devant les hommes, nous ne rougissons pas d’en occuper notre coeur, ne serait-ce que par moments, sous le regard de Dieu? qui nous voit : et nous n’avons point horreur? de nous-mêmes. Dans l’exercice de la charité, tandis que nous subvenons aux besoins des frères ou que nous distribuons l’aumône aux pauvres, un nuage vient obscurcir la sérénité de notre joie? : hésitation de l’avarice ! Et nous n’avons point de gémissements, pour le déplorer. Nous pensons ne souffrir aucun détriment, si nous quittons le souvenir de Dieu, pour songer? aux choses temporelles et corruptibles; et l’oracle de Salomon s’applique à nous fort justement : On me frappe, mais je ne l’ai pas senti; ou me joue, et je ne m’en suis pas aperçu (Prov 23,35). 2358 Les Conférences TROISIÈME CONFÉRENCE DE L’ABBA THÉONAS

Déchoir, par le poids victorieux des pensées terrestres?, des hauteurs sublimes de la contemplation; passer, contre sa volonté, et qui plus est à son insu, sous la loi? du péché et de la mort?; se voir? détourner de la divine? Présence, pour ne rien dire des autres causes de distractions, par les oeuvres énumérées plus haut, bonnes et justes à la vérité, terrestres néanmoins : voilà donc qui est pour les saints d’une expérience quotidienne. Certes, ils ont sujet? de pousser des gémissements continuels vers le Seigneur  ; ils ont sujet de se proclamer pécheurs, non pas seulement de bouche, mais aussi de coeur, avec les sentiments? d’une vraie humilité et componction; ils ont sujet de répandre sans cesse de vraies larmes de pénitence, en implorant le pardon des fautes où les entraîne chaque jour la fragilité de la chair. Aussi bien, c’est pour jusqu’au dernier instant de leur vie qu’ils se voient la proie des agitations qui leur sont une perpétuelle et cuisante douleur, hors d’état d’offrir leurs supplications elles-mêmes sans mélange d’inquiétude. 2381 Les Conférences TROISIÈME CONFÉRENCE DE L’ABBA THÉONAS

Mais, de la sorte, ils ne s’aperçoivent pas de l’inconstante frivolité de leur coeur, non plus qu’ils nont la force d’en refréner les divagations capricieuses. Incapables de soutenir le labeur de la componction, ils estiment intolérable la continuité même de leur silence?. Ceux que les rudes travaux? des champs? trouvaient infatigables, sont vaincus par le loisir; et la persévérance de leur repos les lasse. 2532 Les Conférences CONFÉRENCE DE L’ABBA ABRAHAM


Ver online : Les Voies