Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > L’Échelle sainte - extraits sur l’humilité (I)

Jean Climaque

L’Échelle sainte - extraits sur l’humilité (I)

L’humilité

segunda-feira 18 de outubro de 2021

21. Oui, je le répète, ils doivent endurer bien des travaux?, dévorer bien des afflictions, principalement ceux qui ont eu? le malheur de vivre sans penser? aucunement à leur salut, s’ils veulent que leur coeur, après n’avoir eu que trop de ressemblance? avec les chiens, qui ne se plaisent qu’à manger et à japer, puisse parvenir à la simplicité, à la douceur, à la patience, au zèle, à la ferveur, à la tempérance, à la pureté, et à l’amour? du salut éternel. Cependant, aussi dépendants que nous soyons à nos penchants, aussi graves que soient les maladies de notre âme, gardons-nous bien de perdre courage?; mettons, au contraire, en Dieu? une confiance pleine et entière. Ainsi, alors même que nous nous sentons faibles, soutenus par? la fermeté d’une foi inébranlable, présentons-nous devant le Christ  , et, avec une grande simplicité et une profonde humilité, exposons-lui notre faiblesse et nos misères, l’abattement de notre âme et de notre corps?; et, tout indignes que nous en soyons, il nous tendra la Main avec bonté, et nous prendra sous sa puissante Protection avec une tendre charité. 25 L’Échelle Sainte: PREMIER? DEGRÉ

1. C’est à ceux-là seuls qui combattent sous les étendards de Jésus Christ  , que nous adresserons désormais la parole, selon l’ordre? que nous avons cru devoir suivre; car comme la fleur précède toujours le fruit, de même la fuite? du siècle précède toujours l’obéissance, soit qu’on quitte le monde? par une séparation réelle, soit qu’on ne le quitte qu’en renonçant à son esprit? et à ses maximes. C’est sur ces deux séparations du monde que l’âme, sur deux ailes d’or, s’efforce de monter au ciel?; c’est ce que le psalmiste chantait dans ses airs si doux et si agréables : "Qui me donnera, disait-il, des ailes semblables à celles de la colombe, afin que je puisse voler jusqu’au ciel, et m’y reposer délicieusement après avoir travaillé, médit?é et pratiqué une humilité profonde et une obéissance parfaite ?" (cf. Ps 54,7) 140 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

Le saint abbé, en voyant d’aussi heureuses dispositions?, assembla tous les moines dans l’église du monastère. Ils étaient trois cent trente, et c’était un dimanche après l’évangile. Il fit venir ce voleur, qui était déjà justifié. Il avait les mains li?ées derrière le dos, le corps revêtu d’un cilice effrayant, la tête couverte de cendres; quelques frères le menaient avec une corde, et d’autres le frappaient légèrement avec des verges. Comme tout le monde n’avait rien? su de ce qui se passait, ce spectacle effraya tellement les religieux?, qu’ils ne purent retenir leurs cris, ni comprimer leurs gémissements. Quand il fut arrivé à la porte? de l’église, le supérieur, plein de zèle et de sagesse, lui dit d’une voix forte et terrible : "Arrêtez-vous, car vous êtes indigne d’entrer dans la maison? de Dieu." Ces paroles, sorties de la bouche de ce prudent directeur, qui était dans le lieu? saint, frappèrent ce voleur d’une si grande terreur?, qu’il ne crut pas avoir entendu une voix humaine, mais un violent coup de tonnerre, et que saisi de crainte et d’horreur, il tomba le visage contre terre? : c’est ce que lui-même nous a plusieurs fois assuré avec serment. Or tandis que ce voleur pénitent était ainsi prosterné, et qu’il arrosait le pavé d’un torrent de larmes, l’abbé, qui dans cette action? ne cherchait que le salut de ce malheureux, et qui voulait aussi présenter à ses moines un modèle efficace d’une profonde et salutaire humilité, lui dit et lui commanda de déclarer avec ordre, en détail et devant tout le monde, les crimes qu’il avait commis et les fautes? qu’il avait faites; ce que cet excellent pénitent fit en frissonnant, et en causant à ceux qui l’entendaient confesser des crimes horribles et inouïs, un étonnement et une terreur inexprimables : car il confessa non seulement les péchés qu’il avait commis en violant les lois? ordinaires de la nature? et en portant la brutalité au delà des créatures raisonnables, mais encore des empoisonnements, des homicides et d’autres attentats si exécrables, qu’il n’est pas permis aux oreilles de les entendre, ni à la plume de les transcrire. Quand il eut achevé, l’abbé ordonna qu’on lui coupât les cheveux et qu’on le reçoive au nombre des frères. 157 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

22. Or cette discipline?, si régulière et si louable, n’était pas stérile, comme on peut en juger? : elle produisait de grands biens? et procurait de grands avantages; car la plupart des frères faisaient les plus grands progrès et dans la vie? active et dans la vie contemplative?, et, remplis de lumière et de discernement, ils étaient d’une modestie parfaite et d’une humilité profonde. Aussi voyait-on dans ce monastère un spectacle tout céleste, et bien capable d’exciter la plus grande admiration. On voyait des vieillards, sur le visage de qui éclatait une majesté vénérable, accourir, comme de simples? enfants, pour recevoir les ordres du supérieur, et faire? consister toute leur gloire et tout leur bonheur? à les exécuter avec une scrupuleuse exactitude et une soumission entière. 169 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

"Isidore, lui dit-il, si vous avez pris la ferme résolution de porter le joug de Jésus Christ  , je veux avant toute chose? que vous vous exerciez dans la pratique de l’obéissance." À quoi Isidore répondit : "Mon très saint Père, je me donne à vous pour vous être aussi soumis que le fer l’est au forgeron." Cette réponse satisfit et encouragea l’abbé, qui, charmé de la comparaison dont il s’était servi, le mit de suite comme sur l’enclume. "Eh bien, mon cher frère, lui dit l’abbé, je juge à propos et je vous ordonne de vous tenir à la porte du monastère, de vous mettre à genoux devant tous ceux qui entreront ou qui sortiront, et de leur dire : Mon Père, priez pour moi, car je ne suis qu’un épileptique spirituel." Isidore obéit à l’abbé avec la même soumission et la même exactitude que les anges? obéissent à Dieu. Ce fut ainsi qu’il passa sept années consécutives. Or, après qu’il eut passé ce temps dans ce dur et pénible exercice, et qu’il eut acquit, une obéissance parfaite, une humilité profonde et une vive componction de ses péchés, l’abbé, dans sa haute sagesse, jugea que par ces vertus solides cet homme? était digne d’être reçu au nombre des frères et d’entrer dans les ordres sacrés; mais Isidore, qui, pendant tout ce temps avait pratiqué une patience si extraordinaire et une soumission si généreuse, fit tant d’instances, soit par lui-même, soit par les autres?, soit par moi-même, pour qu’on lui permît d’achever sa carrière dans ce même lieu et dans les mêmes exercices, laissant assez à comprendre qu’il croyait n’avoir pas fort longtemps à vivre, et qu’il était sur le point? de sortir de ce monde, ainsi que l’apprit l’événement, que l’abbé lui accorda ce qu’il demandait avec tant de zèle et d’ardeur. Mais dix jours après, cet illustre pénitent alla prendre possession de la gloire éternelle qu’il avait méritée par le mépris parfait qu’il avait eu pour la gloire temporelle; et sept jours après sa mort?, conformément à la parole qu’il lui avait donnée, il attira dans le ciel le portier du monastère : car il lui avait dit quelques jours avant de mourir : "Si j’ai quelque pouvoir auprès de Dieu dans le ciel, nous serons bientôt réunis ensemble auprès de Lui, pour ne nous séparer jamais." Or tout cela arriva de la sorte?, parce que le Seigneur   voulut, d’une manière sensible et frappante, faire connaître l’excellence et le mérite? de l’obéissance par laquelle il n’avait pas eu honte de faire exactement et de grand coeur les choses? basses et humiliantes qu’on lui avait ordonnées, et de son humilité profonde, par laquelle il avait si parfaitement imité le Fils de Dieu. 177 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

30. Comme Dieu, dans sa Miséricorde et sa Justice?, avait donné aux religieux de ce monastère un abbé qui en était le sage? pasteur et le tendre sauveur, il lui avait accordé un économe, un administrateur admirable; car c’était un homme plein de modération et de prudence, de douceur et de patience, tel enfin qu’on trouverait peu d’hommes qui pussent lui ressembler. Or comme l’abbé voulait que l’exemple? de son humilité et de sa patience servît au salut des frères, il le reprit un jour fort sévèrement, quoiqu’il fût innocent, et poussa cette sévérité, jusqu’à le chasser honteusement de l’église. Sachant de science? certaine qu’il n’avait pas fait la faute, pour laquelle on le punissait avec tant de rigueur, je pris à part le supérieur pour servir d’avocat à son économe; mais ce sage directeur me répondit : 188 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

34. Je ferais une peine réelle à tous ceux qui ont du zèle et de l’amour pour la pratique de la vertu, si je ne disais rien ici des saints exercices et des grands travaux de Macédonius, premier diacre de ce monastère. Ce grand serviteur de Dieu, si favorisé de son divin? Maître, demanda à l’abbé, deux jours avant la solennité des Rois, que les Grecs? appellent Théophanie, la permission d’aller à Alexandrie pour des affaires importantes qui exigeaient nécessairement ce voyage. La permission lui fut accordée, mais à la condition expresse d’être de retour? au monastère pour préparer tout ce qui était nécessaire pour la solennité. Mais le démon, ennemi juré de la vertu, fit naître tant d’obstacles, que Macédonius ne put revenir au temps fixé; il n’arriva que le lendemain de la fête. Pour le punir de sa désobéissance, l’abbé le suspendit de ses fonctions, et le condamna à vivre parmi les novices. Or ce saint diacre, grand par sa patience, mais plus grand encore par son humilité constante, reçut cet ordre et accepta cette pénitence avec le même calme? et la même tranquillité d’esprit, que s’il n’eût pas été question? de lui même. Après avoir passé quarante jours parmi les novices, l’abbé voulut lui rendre sa charge et ses honorables fonctions; mais le lendemain, que l’abbé l’avait rétabli dans sa dignité, il alla trouver son supérieur, pour le prier avec instance de vouloir? bien le laisser dans ce état d’humilité et de pénitence, et de le laisser vivre jusqu’à la fin? de sa vie au milieu? des jeunes frères. Pour obtenir cette grâce, il l’assurait qu’il avait eu le malheur de commettre, à son voyage, une faute qui le rendait absolument indigne de pardon. Cependant, quoique le saint abbé sût parfaitement qu’il n’en était rien, et que son diacre n’alléguait ce prétexte qu’afin de pouvoir demeurer dans l’état d’abaissement où il était, il céda au désir si louable, de sa ferveur et de son humilité. On vit donc au milieu des jeunes moines, un homme vénérable par sa dignité et par son âge, leur demander le secours et l’assistance de leurs prières, afin, leur disait-il, d’obtenir de Dieu le pardon de l’exécrable désobéissance dont il s’était rendu coupable à Alexandrie. 202 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

48. Heureux donc est celui qui, dans le dessein de plaire à Dieu, se fait violence? tous les jours, et supporte avec patience et résignation les mépris et les injures ! Il participera abondamment, n’en doutons nullement, à la gloire des martyrs et à la joie des auges. Heureux le moine qui, dans sa profonde humilité, ne se regarde que comme le plus vil et le plus méprisable des hommes, et ne croit ne mériter que les humiliations et les abaissements ! Heureux celui qui a su faire mourir sa propre volonté, et s’abandonner sans réserve à la conduite du directeur que Dieu lui a donné pour père et pour maître spirituel ! sa place sera à la droite de Jésus Christ   crucifié. 230 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

C’est ce qui fait que l’hésychaste est en quelque sorte incapable d’avoir en partage cette humilité intérieure au milieu des choses dont nous venons de parler; car il peut plus facilement croire que c’est par ses propres forces et son industrie qu’il vient à bout de faire les bonnes oeuvres qu’il pratique. 242 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ


Ver online : Les Voies