Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > L’Échelle sainte - extraits sur la prière (I)

Jean Climaque

L’Échelle sainte - extraits sur la prière (I)

La prière

segunda-feira 18 de outubro de 2021

16. Si, lorsque nous avons quitté le monde?, les démons? nous troublent et nous tentent par? le souvenir? douloureux et tendre de nos pères et mères, de nos frères et soeurs, sachons recourir promptement aux saintes armes de la prière, à la pensée? des flammes éternelles, afin que le souvenir de ces flammes effrayantes éteigne en nous les feux? par lesquels les démons voudraient réduire en cendres nos généreuses résolutions. 75 L’Échelle Sainte: DEUXIÈME DEGRÉ

18. Les personnes? qui, dans leur jeunesse, ont eu? le malheur de se laisser aller à l’amour? et à la jouissance des plaisirs sensuels, et qui néanmoins dans la suite forment le dessein et prennent la résolution d’entrer dans une communauté? religieuse, doivent s’exercer avec le plus grand soin dans les règles austères de la sobriété et de la tempérance, se donner entièrement aux exercices sacrés de la prière, refuser sévèrement à leurs corps? tout plaisir et tout ce qui pourrait leur procurer des jouissances et de la joie?, et s’abstenir de toute sorte? de dérèglements et de sensualités, dans la crainte que leur dernier état ne devint plus mauvais? que le premier? (cf. Mt 12,45). Car la religion? est un port où l’on trouve le salut; mais on peut aussi y trouver le naufrage, et ceux qui voyagent sur cette mer spirituelle, peuvent attester cette vérité?. Ah ! Que c’est un déchirant spectacle de voir? des gens qui, après avoir traversé la mer orageuse du monde, viennent misérablement faire? naufrage et périr dans le port. Voilà donc le second degré; si vous y montez, que votre fuite? vous fasse imiter Loth, et non sa femme?. 77 L’Échelle Sainte: DEUXIÈME DEGRÉ

9. Nos anciens nous ont appris que nous trouvons des armes spirituelles dans le chant? des psaumes, que les exercices de la prière sont les remparts pour nous défendre, que les larmes de la pénitence sont un bain où notre âme se purifie de ses souillures, et que, sans l’obéissance, qui est la confession du Seigneur, personne, s’il est chargé de péchés?, ne pourra voir Dieu?. 149 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

19. Considérons encore une autre pratique de piété non moins rare ni moins étonnante. À table même?, ces fervents moine n’interrompaient pas leurs saintes méditations et par des signes particuliers, ils s’avertissaient les uns les autres? de se renouveler dans l’esprit? de prière et d’oraison; et ce n’était pas seulement dans cette occasion qu’ils en agissaient de la sorte, mais toutes les fois qu’ils se rencontraient, ou se réunissaient. 20. Leur charité les uns pour les autres était admirable; car, s’il arrivait à l’un d’eux de faire quelque faute, ou quelque manquement, les autres allaient le trouver pour lui demander avec instance de se décharger sur eux du soin et de la peine de rendre compte au supérieur? de cette faiblesse, et d’en recevoir la réprimande et la punition. De là il arrivait que l’abbé connaissait quels étaient les sentiments? de charité qui régnaient dans les coeurs de ses moines, et que, ne pouvant pas ignorer que le coupable n’était pas parmi ceux qui se présentaient devant lui, il les reprenait avec moins de sévérité et les punissait avec moins de rigueur; souvent même il ne se mettait point? en peine de chercher à connaître? quel était celui qui avait fait la faute. 166 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

45. Ce lieu? était à peu près à un mille du monastère; on l’appelait communément la Prison. Toutes les consolations humaines en étaient bannies : on n’y voyait jamais du feu; l’huile et le vin n’entraient point dans la nourriture qu’on y prenait; la nourriture des pénitents était du pain? et quelques légumes insipides. L’abbé envoyait dans cette triste maison? tous les moines qui, après leur profession religieuse, étaient tombés dans quelque faute considérable, et ils y étaient tellement renfermés, qu’il ne leur était pas libre? d’aller ailleurs ni de vivre ensemble, mais seul à seul, et le plus souvent deux à deux. Ils y demeuraient jusqu’à ce qu’il eût plu au Seigneur de faire connaître à l’abbé que leurs péchés étaient pardonnés, et qu’ils étaient réconciliés avec Dieu. Le supérieur général leur avait donné, pour supérieur particulier, un excellent homme? appelé Isaïe, lequel exigeait d’eux une prière presque continuelle, et ne leur donnait presque point de relâche. Cependant, pour les empêcher de tomber dans l’abattement et l’ennui, il leur faisait distribuer une certaine quantité? de feuilles de palmier, avec lesquelles ils faisaient de petites corbeilles. Telle était la vie?, l’état et la discipline? de ces pénitents, qui cherchaient avec ardeur à voir la face du Dieu de Jacob. 227 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

63. Le démon ne cesse de tenter de mille manières différentes ceux qui font profession d’obéissance : tantôt il cherche à troubler et à salir leur imagination? par des pensées et des images? impures, afin de faire révolter la chair contre l’esprit; tantôt il remplit leurs coeurs de peines, de chagrins et de tristesse?; ici il les pousse à l’emportement et à la mauvaise humeur, et cherche toutes les voies capables de paralyser leur volonté? et de rendre leur vertu stérile et vaine; là il les porte? à l’intempérance dans les repas, à la négligence dans la prière, à la mollesse dans le sommeil; enfin il enveloppe leur intelligence? dans des nuages et des ténèbres épaisses, afin qu’en les fatiguant de la sorte, il leur mette dans l’idée et leur fasse croire que c’est inutile pour eux de pratiquer l’obéissance, qu’ils ne tirent aucun avantage spirituel des efforts et des sacrifices qu’ils font, qu’au lieu d’avancer dans la perfection?, ils marchent en arrière. C’est ainsi que peu à peu il les décourage et les dégoûte des saintes occupations? commandées par l’obéissance, et leur fait misérablement abandonner le champ? de bataille; souvent même il ne leur laisse pas le temps de voir et de reconnaître que Dieu, pour fournir à ses serviteurs une occasion favorable de pratiquer d’une manière plus parfaite l’humilité et il obéissance, permet que le trésor de leurs vertus leur soit soustrait; mais ici c’est un effet de la Bonté? de Dieu, il nous le rendra, ce trésor, plus riche et plus précieux. 247 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

89. Nous devons remarquer avec prudence? et sagesse, observer? avec toute l’attention possible, et peser avec une parfaite circonspection dans quel temps et de quelle manière il convient que nous préférions à la prière les exercices de la charge que nous avons à remplir; car on ne doit pas toujours, ni de la même manière, abandonner la prière pour exercer l’emploi dont on est chargé. 277 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

100. Le moine qui vit dans une communauté, ne retire pas autant de fruit du chant des psaumes que de la prière; car la confusion des voix dissipe l’attention et trouble l’intelligence. 289 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

104. Les paresseux, pour ne pas faire les choses? pénibles qu’on leur commande, ont coutume d’alléguer la nécessité? où ils se trouvent de vaquer à la prière; mais lorsqu’on leur en ordonne de douces et d’agréables, il n’ont alors pas plus envie de prier que de se brûler. 294 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ

111. Il est vrai que partout et toujours nous devons faire en sorte de préserver notre âme de la dissipation, du trouble et de l’inquiétude; mais c’est surtout lorsque nous devons nous livrer aux exercices de la prière et au chant des psaumes : car c’est alors que les démons redoublent leurs efforts pour remplir notre esprit de distractions, afin de nous faire perdre le fruit de cette sainte occupation. 301 L’Échelle Sainte: QUATRIÈME DEGRÉ


Ver online : Les Voies