Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > L’Échelle sainte - extraits sur la gourmandise

Jean Climaque

L’Échelle sainte - extraits sur la gourmandise

La gourmandise

segunda-feira 18 de outubro de 2021

Parlant donc avec cette personne? du silence?, elle m’assura que la loquacité venait d’une de ces causes? : premièrement, de la mauvaise habitude? qu’on a contractée de parler trop librement et trop facilement; car, ajoutait-elle, la langue?, semblable aux autres membres du corps?, fait avec une violente inclination ce qu’elle aime, et ce qu’elle a appris par? un grand usage; secondement, de la vaine gloire, surtout dans les personnes qui ne font que de commencer? à s’exercer dans la pratique des vertus; troisièmement, de la gourmandise : car plus d’une fois il est arrivé que des personnes, en châtiant ce défaut, et en s’encourageant par les violences qu’elles s’étaient faites, par les privations qu’elles s’étaient imposées, et par la faiblesse à laquelle elles avaient réduit leurs corps, se sont heureusement délivrées de la démangeaison de parler, et ont exactement fermé la porte? à l’intempérance des paroles. 650 L’Échelle Sainte: ONZIÈME DEGRÉ

2. La gourmandise est un acte hypocrite de notre estomac, qui nous dit? qu’en le rassasiant, il ne se rassasie pas, et qui, pourvu et même rempli de nourriture, ne cesse de nous répéter? qu’il éprouve encore de grands besoins. 709 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

5. La gourmandise se joue de nos yeux?; tandis qu’une partie des mets qui sont sur la table serait plus que suffisante pour nous rassasier, elle nous fait croire que nous pourrons tous les dévorer. 712 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

8. Le Juif est dans la joie? le samedi et les jours de fête, et le moine, le samedi et le dimanche. Il compte, pendant le Carême, les jours qui le séparent de la fête de Pâques, et il ne manque pas, aux approches de cette fête, de préparer les mets que sa convoitise lui fait désirer. Un malheureux esclave? de la gourmandise ne pense qu’aux mets délicieux dont il fera usage aux grandes fêtes, et c’est de cette misérable manière qu’il s’y prépare et qu’il les célèbre, mais le véritable serviteur de Dieu? ne pense qu’aux grâces et aux vertus dont il désire orner et parer son âme pour ces belles solennités. 715 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

10. Il arrive quelquefois que la vaine gloire et la gourmandise se font entre elles une guerre fort animée, et se disputent vigoureusement un pauvre misérable; car la gourmandise fait tous ses efforts pour le porter à violer les règles de la mortification et du jeûne, et la vanité, pour l’engager à faire? connaître la perfection? de sa vie? par les actes d’une abstinence sévère. Mais un moine conduit par un esprit? de sagesse, évitera les pièges? que lui tendront ces deux passions?, et, saura profiter des circonstances, pour les chasser l’une et l’autre bien loin de lui. 717 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

24. En mortifiant notre penchant à la gourmandise, le coeur devient humble; mais en le contentant, nous remplissons notre esprit de mauvaises pensées. 731 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

29. En prenant cette nourriture nécessaire, domptez la gourmandise par quelques peines et quelques souffrances; et si, à cause de certaines infirmités, vous ne pouvez pas vous livrer à ces mortifications, ayez recours aux saintes veilles de la nuit. Si vous sentez vos yeux appesantis par le sommeil, qu’une occupation? laborieuse vous empêche de vous endormir. Mais vous ne vous conduirez pas ainsi, si vous n’êtes pas fatigué par l’envie du sommeil : vous vous appliquerez à la prière. Il est impossible de servir Dieu et Mammon, de même nous devons dire aussi qu’il n’est guère possible de prier et de travailler? d’une manière qui puisse nous être de quelque utilité. 736 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

32. Si vous avez promis de vous attacher au Christ  , et de suivre la voie rude et étroite dont il vous parle dans l’Évangile, réprimez victorieusement la passion de la gourmandise; car si vous traitez délicatement votre corps, et que vous lui accordiez tout ce qu’il vous demandera, vous violez la promesse que vous avez faite au divin? Sauveur. Mais écoutez les paroles qu’il vous adresse : La voie, dit-il, qui mène à la perdition?, est large et spacieuse, et il y en a beaucoup qui y entrent. (Mt 7,13-14). Or cette voie large, c’est l’intempérance; et cette perdition, c’est l’impureté. Celle, continue-t-Il, qui mène à la vie, est étroite et difficile, et il y en a peu qui la suivent. 739 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

33. Si Lucifer, qui s’est fait précipiter du ciel? dans les enfers, est devenu le chef des démons, ne pouvons-nous pas dire que la gourmandise est à la tête des vices qui tyrannisent le coeur humain? ? 740 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ

1. Nous venons d’entendre la gourmandise, cette furie, nous dire que la guerre contre (la chasteté du) corps est l’un de ses rejetons. Rien? d’étonnant à cela : notre premier? père Adam   nous l’enseigne déjà. Car s’il ne s’était pas laissé dominer par son ventre, il n’aurait jamais su ce qu’est une compagne. C’est pourquoi ceux qui observent le premier commandement ne tombent pas dans la seconde transgression; ils demeurent fils d’Adam  , tout en ne connaissant pas l’état d’Adam   (après la chute?), mais ils sont un peu inférieurs aux anges?, et cela afin d’empêcher le mal? de demeurer immortel, comme le dit celui qui a été nommé le Théologien. 756 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

37. J’ai quelquefois observé que, par un heureux contrecoup, l’orgueil a produit la vertu d’humilité. Lorsque j’ai vu cette merveille étonnante, je me suis rappel?é ces paroles : "Qui peut pénétrer dans les Desseins et dans les Pensées du Seigneur ?" (Rom 11,34) Car nous pouvons voir? que la gourmandise et l’enflure du coeur, le faste et l’orgueil, enfantent des fautes? honteuses, et que ces fautes auxquelles on s’est volontairement livré, sont souvent des occasions d’humilité. 790 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

27. Tous ceux qui ont lu avec attention ce que nous avons dit au quatorzième degré, de la gourmandise, mère de tous les maux imaginables, auront sans doute? observé que cette infâme passion en rendant compte elle-même de la généalogie et du nombre de ses enfants, a mis au second rang l’insensibilité, qui rend le coeur aussi dur qu’un rocher. Si donc nous n’avons pas encore parlé de ce vice, c’est que l’avarice , qui est un dragon furieux et un culte? idol?âtrique de l’argent, nous a forcés à nous occuper d’elle. Je ne sais pas pourquoi nos pères ont placé l’avarice à la troisième place? parmi les péchés capitaux. Je parlerai donc maintenant de l’insensibilité, qui tient le troisième rang dans la chaîne des péchés, mais qui est au second dans la généalogie que l’intempérance nous a faite de ses enfants. Après quoi, puisque nous avons dit quelque chose? de l’avarice, nous passerons au sommeil, aux veilles, enfin à la crainte puérile : ces espèces de maladies spirituelles, attaquent surtout les novices. 886 L’Échelle Sainte: SEIZIÈME DEGRÉ

53. Dans ma tendre jeunesse il m’arriva qu’étant allé dans une ville, ou un gros bourg, je ne fus pas plus tôt à table, que je me sentis furieusement tenté sur l’intempérance et la vaine gloire; mais comme je craignais les effets déshonorants de la gourmandise, je préférai de succomber à la tentation de la vanité; car je connaissais que dans les jeunes gens le démon de la vaine gloire cède assez facilement le pas au démon de l’intempérance, et dans cela il n’y a rien qui doive nous étonner. Mais si dans les gens du monde? l’avarice est pour eux la source funeste et principale de toute sorte? de maux, disons-en autant de l’intempérance par rapport aux moines. 1317 L’Échelle Sainte: VINGT-SIXIÈME DEGRÉ

161. Il est impossible, ainsi que nous l’avons déjà dit, qu’aussitôt après notre conversion et notre entrée en religion?, nous soyons délivrés parfaitement des mouvements de l’intempérance et des sentiments? de la vaine gloire. Gardons-nous bien de vouloir? combattre la vanité avec le luxe et les délices; car la victoire même que les personnes nouvellement converties remportent sur la gourmandise, leur inspire des sentiments de vaine gloire. Servons-nous plutôt de l’abstinence pour combattre et vaincre la vanité; car l’heure viendra, elle est même arrivée pour ceux qui ont une bonne volonté, où le Seigneur   nous accordera enfin la grâce de soumettre cette funeste passion. 1430 L’Échelle Sainte: VINGT-SIXIÈME DEGRÉ

De la Gourmandise, qui, tout impitoyable qu’elle soit, plaît à tout le monde. 705 L’Échelle Sainte: QUATORZIÈME DEGRÉ


Ver online : Les Voies