Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > L’Échelle sainte - extraits sur la luxure

Jean Climaque

L’Échelle sainte - extraits sur la luxure

la luxure

segunda-feira 18 de outubro de 2021, por Cardoso de Castro

24. Comme un jour j’étais allé voir des anachorètes pour des affaires particulières, je m’arrêtai quelque temps en dehors de leurs cellules, et je les entendis faire grand bruit, et se quereller ensemble comme des perdrix dans leur cage : tant était grande la fureur qui les animait. Enfin elle était telle que, quoique celui qui les avait si fort irrités, fût absent, ils agissaient comme s’il eut été présent, et semblaient lui sauter au visage. Je leur conseillai de quitter leurs cellules et de se retirer tout simplement dans un monastère; car vraiment je craignais que d’hommes qu’ils étaient, ils ne devinssent d’abominables démons. Dans d’autres communautés j’en ai vu d’une espèce toute différente : c’étaient des gens mous et efféminés, sujets à l’intempérance et à la sensualité, trop affectionnés et trop flatteurs vis-à-vis de leurs frères, et prenant les soins les plus minutieux pour la propreté et la beauté de leurs corps. Or à ceux-ci, je leur conseillai de se retirer dans le désert, parce que la solitude est l’ennemi irréconciliable de la luxure et de la sensualité; car je redoutais que d’hommes raisonnables qu’ils étaient, ils ne devinssent semblable aux bêtes privées de raison. 565 L’Échelle Sainte: HUITIÈME DEGRÉ

Dis-nous donc, folle et impudente passion de la colère, dis-nous le nom de ton père, de la mère qui t’a malheureusement donné le jour, et des enfants corrompus qui sont nés de toi ? Dis-nous qui sont ceux qui, par la guerre qu’ils te font, peuvent t’exterminer et te faire disparaître ? À toutes ces questions quelles réponses va nous donner la colère ? Il me semble l’entendre nous répondre : "Plusieurs causes ont concouru à me donner l’existence : je n’ai pas seulement un père, mais j’en ai plusieurs, et le premier qui concourt à me donner l’existence, c’est l’orgueil. J’ai aussi plusieurs mères parmi lesquelles vous devez remarquer la vaine gloire, l’avarice, l’intempérance, la luxure. Mes filles sont la pensée des injures, la haine, les querelles et les inimitiés; et les ennemis qui me tiennent enchaînée, comme vous le voyez, sont les vertus opposées à mes filles; ce sont encore la patience et la modération; mais la vertu qui ne cesse de me tendre des pièges et qui me fait le plus de mal, c’est l’humilité." Vous apprendrez dans le temps de qui cette vertu tire son origine. 580 L’Échelle Sainte: HUITIÈME DEGRÉ

10. Quiconque combat l’esprit de luxure avec les armes de la prière, ressemble assez à celui qui fait la guerre à un lion. Celui qui, par la continuité et la vigueur des combats qu’il livre et soutient contre ce terrible démon, le renverse et l’abat, est semblable à un homme qui est égal au moins à son ennemi; mais celui qui a réprimé et arrêté entièrement tous les efforts impétueux de la luxure, quoiqu’il soit encore dans un corps mortel, jouit déjà des avantages et des prérogatives dont nous espérons jouir après la résurrection glorieuse. 765 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

11. Mais, si n’être plus fatigué pendant le sommeil par des rêves humiliants ni par des mouvements de concupiscence, c’est une marque non douteuse de chasteté, est-ce une preuve moins sûre de luxure, si pendant le jour les mauvaises pensées font tomber volontairement dans des souillures corporelles ? 12. Combattre l’esprit impur par des travaux et des sueurs, c’est vouloir tout simplement enchaîner un ennemi avec des liens de jonc ou d’osier; le combattre par les veilles et par les jeûnes, c’est mettre un collier de fer au cou d’un chien qu’on a soumis; mais si à toutes ces armes on ajoute, pour le combattre, la douceur, l’humilité et le désir vif et ardent de remporter la victoire, c’est abattre, détruire son ennemi et l’ensevelir dans le sable; je dis dans le sable, car l’humilité dans laquelle on doit ensevelir toutes les passions, mais surtout la luxure, ne leur fournit ni substance ni aliments : elle est pur les passions un sable sec et stérile. 766 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

13. Plusieurs personnes combattent contre la luxure; mais de différentes manières : les unes lui font la guerre par elles-mêmes et avec leurs propres forces; les autres, avec l’arme de l’humilité; enfin d’autres, aidées de la Force du saint Esprit, qu’elles ont humblement appelé à leur secours, l’ont combattue de telle sorte qu’elles l’ont vaincue et la tiennent en esclavage. Or il me semble qu’on peut comparer les premières à l’étoile du matin; les secondes, à la lune, quand elle est à son plein; les troisièmes, au soleil, qui éclaire le monde de ses rayons. Ces trois sortes de personnes ont leur conversation dans le ciel; car l’aurore annonce l’arrivée du jour, et bientôt le lever du soleil nous le donne abondamment par l’éclat de sa lumière : or c’est ainsi que vont les choses par rapport aux personnes dont nous venons de parler. 767 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

33. Le démon de l’impureté, cet ennemi cruel et rusé des hommes, afin de nous faire tomber plus facilement dans quelque faute d’incontinence, faute dont il est lui-même l’auteur, nous suggère que Dieu est plein de commisération pour ceux qui ont le malheur de se livrer à la luxure, et qu’il leur pardonne avec d’autant plus de bonté et de clémence, que cette passion est plus naturelle à l’homme, Mais ne manquons pas de bien reconnaître ses ruses et sa perfidie : à peine avons-nous commis un péché honteux, qu’il s’empresse de nous montrer Dieu comme un juge sévère, inexorable et qui ne pardonne rien. Or voyez qu’avant de nous faire consentir au péché, et pour y réussir, il nous représente Dieu comme infiniment bon, clément et miséricordieux, et qu’après qu’il a pu accomplir son mauvais dessein, et qu’il nous a précipités dans l’abîme, il ne cesse de nous parler de la sévérité et de la rigueur des jugements du Seigneur, afin de nous jeter dans le rage et les horreurs du désespoir, et de consommer ainsi notre perte éternelle. Mais il va plus loin : tant que dure ce sentiment de tristesse désespérante quÕil nous a donné, il nÕa pas besoin de nous exposer à de nouvelles tentations; il nous tient sous son esclavage; il nous laisse donc tranquilles; mais aperçoit-il que ces regrets douloureux et poignants qu’il nous a inspirés, se calment et, s’apaisent, cet implacable ennemi recommence ses attaques tout comme auparavant et nous expose eu même danger et aux mêmes fautes. 786 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

39. À qui comparerons-nous celui qui prétend follement terminer avec succès la guerre qu’il soutient contre la luxure avec la seule arme de la tempérance et de la sobriété ? Disons sans hésiter qu’il ressemble à celui qui, étant tombé dans la mer, ne voudrait, pour se sauver, ne se servir que d’une main en nageant. Réunissons donc, si nous voulons triompher, l’abstinence et l’humilité; car nous ne ferions rien avec la première de ces deux vertus, si la seconde n’est avec elle. 792 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

42. Puisque tous les autres péchés que l’homme petit commettre, sont hors de son corps, et que le péché seul de luxure est contre son corps, ce qui arrive parce que par les mouvements de la concupiscence il souille et corrompt sa propre chair, je voudrais bien savoir pour quelle raison, dans les différentes fautes que font les hommes, nous disons, communément qu’ils ont été trompés, et lorsque nous apprenons qu’une personne est tombée dans un péché honteux, nous nous écrions avec douleur et tristesse : Hélas ! elle est tombée. 795 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

47. Donnons ici une attention particulière pour examiner, connaître et peser la différence qu’il y a entre les pensées et les affections que le démon de la luxure nous inspire pendant la récitation des psaumes, et celles que nous suggère, l’Esprit saint par le moyen des paroles divines que nous prononçons; et voyons combien celles du saint Esprit nous donnent abondamment de force et de courage pour combattre notre ennemi infatigable. 800 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

61. Il est à remarquer que le démon de la luxure s’attaque surtout aux solitaires, afin que consternés et abattus par des tentations humiliantes, ils s’imaginent qu’ils ne retirent aucun avantage de leur solitude, et qu’ils prennent enfin la funeste résolution de rentrer dans le tumulte et dans les agitations du siècle. Il est encore à observer que, lorsque nous sommes au milieu du monde, le démon nous laisse assez tranquilles; mais c’est afin que nous croyant délivrés à des tentations, il puisse nous persuader que nous sommes en état de vivre sans danger au milieu des séculiers et des mondains. 816 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

78. Lorsque, pendant longtemps et par beaucoup d’efforts nous avons fait la guerre au démon de la luxure, qui est, pour ainsi parler, l’allié de notre chair de boue, et que par nos jeûnes rigoureux, comme par des coups de pierre, par notre humilité, comme avec une épée, nous l’avons chassé de notre coeur, alors ce misérable s’attache comme un ver à notre corps, et s’efforce de souiller notre âme, en excitant sur nous des mouvements importuns et contraires à la raison. 836 L’Échelle Sainte: QUINZIÈME DEGRÉ

16. C’est encore ainsi qu’il en agit par rapport à ceux de qui le démon veut ouvrir la porte du coeur à la passion de la luxure. 17. Ainsi jusqu’à ce que nous nous voyous entièrement délivrés des fatigues et des importunités du sommeil, qu’il ne nous soit pas à charge d’être obligés de chanter l’office avec nos frères; car leur compagnie et la crainte d’être couverts de honte et de confusion, nous empêcheront de dormir : en effet si le chien est l’ennemi des lièvres, le démon de la vaine gloire l’est du sommeil. 942 L’Échelle Sainte: DIX-NEUVIÈME DEGRÉ

15. Lorsque nous nous sentons frappés d’une maladie grave, c’est alors que nous devons redoubler de soin et de vigilance. En effet c’est dans ces moments où les démons, nous voyant comme abattus par la maladie, et incapables par la faiblesse de notre corps, de nous servir de nos saints exercices qui étaient les armes avec lesquelles nous les mettions en fuite, ont coutume de faire les derniers efforts pour nous vaincre. Pendant leurs maladies les gens du monde sont exposés aux emportements de la colère, et quelques fois à l’impiété des blasphèmes, mais les moines et ceux qui vivent loin du siècle, s’ils ont en abondance les choses qui leur sont nécessaires, sont exposés aux tentations d’intempérance, et même de luxure. Quant à ceux qui sont privés de secours lorsqu’ils sont malades, comme les solitaires, ils sont terriblement tentés de se livrer à la négligence, à l’ennui et à la tristesse. 1273 L’Échelle Sainte: VINGT-SIXIÈME DEGRÉ

L’intempérance est la mère de la luxure; la vaine gloire, de la paresse; la tristesse et la colère sont mères de l’orgueil, de l’envie et de l’avarice, et la vaine gloire est encore mère de l’orgueil. 1293 L’Échelle Sainte: VINGT-SIXIÈME DEGRÉ

142. Dieu n’est ni l’auteur, ni le créateur du mal; ils se trompent, ceux qui prétendent que certaines passions sont naturelles à l’âme, ignorant que nous avons changé en passions les qualités constitutives de notre nature. Par exemple, la nature nous donne le sperme pour la procréation; mais nous l’avons perverti l’employant à la luxure. La nature a mis en nous la colère contre le serpent, mais nous nous en servons contre notre prochain. La nature nous anime de zèle pour l’émulation dans la vertu, mais c’est pour le mal que nous en usons. Il y a dans l’âme, du fait de la nature, le désir de la gloire, mais de celle d’en-haut. Il nous est naturel d’être arrogant, mais contre les démons. La joie aussi nous est naturelle, mais à cause du Seigneur et du bien qui arrive à notre prochain. La nature nous a aussi donné le ressentiment, mais contre les ennemis de l’âme. Nous avons reçu le désir d’une nourriture agréable, mais non des excès de table. 1410 L’Échelle Sainte: VINGT-SIXIÈME DEGRÉ

Les démons qui portent à la luxure, à la colère, à l’intempérance, à la paresse et à la mollesse, n’ont pas coutume de porter à l’orgueil les personnes qui se livrent à ces vices déshonorants; mais les démons qui portent à l’avarice, à la domination, aux honneurs, à la loquacité, ont l’habitude de faire ajouter péché sur péché, en remplissant le cœur d’orgueil et de vanité : c’est pour cette raison que le démon qui nous excite à faire des jugements, téméraires, se réunit avec ces derniers. 1426 L’Échelle Sainte: VINGT-SIXIÈME DEGRÉ

50. Ma propre expérience m’a fait connaître que c’est le démon de l’acédie qui se présente à nous le premier, afin de préparer les voies au démon de la luxure. C’est pour cela qu’il saisit fortement les muscles et les nerfs de nos corps pour les engourdir et nous plonger dans le sommeil, afin que dans cet état il puisse nous faire tomber dans quelques fautes. Si donc vous résistez fortement et avec courage à ces deux démons, ils vous feront une guerre à toute outrance, et, afin de vous décourager et de vous faire abandonner lâchement le champ de bataille, ils feront tous leurs efforts et useront de toute sorte de moyens pour vous faire croire que vous ne recevez aucun avantage spirituel de la vie solitaire que vous avez embrassée; mais rien ne nous démontre plus sûrement que nous les avons vaincus, que lorsqu’ils nous attaquent avec plus de fureur. 1571 L’Échelle Sainte: VINGT-SEPTIÈME DEGRÉ

58. Quiconque est encore en butte aux penchants déréglés de son cœur, doit employer tout son temps dans la solitude, pour réprimer leurs mouvements, et leur résister. C’est ce que m’a fait connaître le saint vieillard George Arsilaïte, dont le nom et les vertus, mon révérend Père, ne vous sont pas inconnus. Or voici ce qu’il me disait, lorsque, sans succès, il cherchait et s’occupait à me former aux exercices de la vie érémitique : J’ai remarqué, me disait-il, que les démons de la vaine gloire et de la luxure nous attaquent surtout le matin, que c’est à midi que nous tentent les démons de la paresse, de la colère et de la tristesse, et que c’est le soir que le démon de l’intempérance nous fait la guerre. 1579 L’Échelle Sainte: VINGT-SEPTIÈME DEGRÉ

Si le plus exécrable des excès auquel la luxure puisse porter l’homme qu’elle tient dans son honteux esclavage, est de chercher à contenter sa passion avec des bêtes et des objets inanimés, le plus haut degré de la chasteté est de n’être pas plus touché ni ému par les créatures animées que par celles qui ne le sont pas. 1714 L’Échelle Sainte: VINGT-NEUVIÈME DEGRÉ


Ver online : Les Voies