Página inicial > Antiguidade > Judaico-Cristandade > L’image et la ressemblance de Dieu.

Cent Chapitres sur la perfection spirituelle.

L’image et la ressemblance de Dieu.

segunda-feira 18 de outubro de 2021

Par? le baptême de la régénération, la sainte grâce nous confère deux biens?, dont l’un surpasse infiniment l’autre. Elle nous octroie immédiatement le premier? ; car elle nous renouvelle dans l’eau? même? et fait briller tous les traits de l’âme, c’est-à-dire l’image? de Dieu?, en effaçant en nous tous les plis du péché?. Quant à l’autre, elle attend notre concours pour le produire? : c’est la ressemblance?. Quand donc l’intellect? a commencé de goûter, dans un sentiment profond, la bonté? de l’Esprit? Saint, alors nous devons savoir? que la grâce commence à peindre, pour ainsi dire, la ressemblance par-dessus l’image. De même, en effet, que les peintres tracent tout d’abord avec une seule couleur l’esquisse du portrait, et que, faisant fleurir peu à peu une couleur sur l’autre, ils conservent jusqu’aux cheveux mêmes l’aspect du modèle, de même aussi la grâce de Dieu commence, dans le baptême, par refaire l’image ce qu’elle était quand l’homme? vint à l’existence?. Puis, quand elle nous voit aspirer de tout notre vouloir? à la beauté? de la ressemblance et nous tenir nus? et sans préoccupations dans son atelier, alors, faisant fleurir vertu sur vertu et élevant la beauté de l’âme de splendeur en splendeur, elle lui procure la marque de la ressemblance. Ainsi donc le sens? intime révèle bien que nous sommes en train d’être formés à la ressemblance ; mais la perfection? de celle-ci, nous ne la connaîtrons que par l’illumination. Toutes les autres? vertus, en effet, l’intellect, dans son progrès, les reçoit par le sens, selon une mesure? et un rythme indicibles ; mais la charité spirituelle, nul ne peut y atteindre s’il n’est illuminé en toute plénitude par le Saint Esprit. Car si l’intellect ne reçoit parfaitement la ressemblance grâce à la divine? lumière?, il peut avoir à peu près toutes les autres vertus, mais il reste encore dénué de la charité parfaite. En effet, quand il a été rendu semblable à la vertu de Dieu, autant évidemment qu’il est loisible à l’homme de se rendre semblable à Dieu, alors aussi il porte? la ressemblance de la divine charité. De même en effet que dans les portraits toutes les nuances fleuries des couleurs, ajoutées à l’image, conservent, jusqu’au sourire même, la ressemblance du modèle, de même aussi, en ceux que la grâce divine peint à la ressemblance de Dieu, l’illumination de la charité, en s’y ajoutant, révèle que l’image a totalement rejoint la beauté de la ressemblance. L’« apathie», en effet, aucune autre vertu ne peut la procurer à l’âme, si ce n’est la charité seule. Car « la plénitude de la loi?, c’est la charité» [Rom 13, 10]. Ainsi donc, de jour en jour, notre homme intérieur? se renouvelle dans le goût de la charité, et il trouve dans la perfection de celle-ci sa plénitude.


Ver online : Les Voies