Página inicial > Arte e Simbolismo > Perenialistas > Burckhardt: l’Effusion

Burckhardt: l’Effusion

quinta-feira 17 de maio de 2018

Ce passage, le soufi persan Nûr ad-dîn ’Abd ar?-Rahmân Jâmî l’explique ainsi : « La Majesté de Dieu? (al-haqq) se révèle de deux manières; l’une d’elles, qui correspond à la révélation intérieure, purement intelligible?, que les Soufis appellent l’Effusion très-sainte, consiste dans l’auto-révélation de Dieu se manifestant de toute éternité à Lui-même sous la forme? des archétypes et de ce qu’ils impliquent de caractères et de capacités ; la seconde révélation est la manifestation extérieure, objective?, qu’on appelle l’Effusion sainte (al-fayd al-muqaddas) ; elle consiste dans la manifestation de Dieu moyennant l’empreinte des mêmes archétypes. Cette seconde révélation est consécutive à la première ; elle est le théâtre où apparaissent les perfections qui, selon la première révélation, sont virtuellement contenues dans les caractères et capacités des archétypes » (Law?âïh, ch. XXX ; édition du texte persan et traduction anglaise par? E. H. Whinfield et Mîrzâ Muhammad   Kazvînî ; Oriental Translation Fund, New Sériés. Vol. XVI. Royal Asiatic Society?). Dans ce texte, les expressions « formes » ou « caractères », qui se réfèrent aux archétypes, doivent être comprises comme de simples? « allusions », car les archétypes ou « essences? immuables » sont évidemment au-delà de toute individuation? ou distinction formelle. (Sagesse des Prophètes, p. 23-24)


Ver online : TITUS BURCKHARDT