Página inicial > Arte e Simbolismo > Perenialistas > Fabre d’Olivet (Tanner) – La cosmogonie de Moïse

LA LANGUE HÉBRAÏQUE RESTITUÉ

Fabre d’Olivet (Tanner) – La cosmogonie de Moïse

TRADUCTION DU SEPHER

sábado 20 de novembro de 2021

Gnostiques de la Révolution, Fabre d’Olivet  . Choix de textes par André Tenner. Engloff, Paris, 1946

 Chapitre premier?. — LA PRINCIPATION.

1. Dans le Principe?, Ælohim, LUI-les-Dieux, l’Etre des êtres, avait créé en principe ce qui constitue l’existence? des Cieux? et de la Terre?.

2. Mais la Terre n’était qu’une puissance contingente? d’être dans une puissance d’être; l’Obscurité, force astringente et compressive, enveloppait l’Abîme, source infinie de l’existence potentielle; et l’Esprit? divin?, souffle expansif et vivifiant, exerçait encore son action? génératrice au-dessus des Eaux, image? de l’universelle passivité des choses?.

3. Or, il avait dit?, Lui-les-Dieux: la Lumière sera, et la Lumière avait été.

4. Et considérant cette essence? lumineuse comme bonne, il avait déterminé un moyen de séparation entre la Lumière
et l’Obscurité.

5. Désignant, Lui-les-Dieux, cette lumière, élémentisation intelligible?, sous le nom de Jour, manifestation phénoménique universelle, et cette Obscurité, existence sensible et matérielle, sous le nom de Nuit, manifestation négative et nutation des choses: et tel avait été l’occident, et tel avait été l’orient?, le but et le moyen, le terme et le départ, de la première manifestation phénoménique.

6. Déclarant ensuite sa volonté, il avait dit, Lui-les-Dieux: il y aura? une expansion éthérée au centre des eaux, il y aura une force raréfiante opérant le partage de leurs facultés opposées.

7. Et Lui, l’Etre des êtres, avait fait cette Expansion éthérée; il avait excité ce mouvement? de séparation entre les facultés inférieures des eaux, et leurs facultés supérieures; et cela s’était fait ainsi.

8. Désignant, Lui-les-Dieux, cette expansion éthérée du nom de deux, les eaux exaltées: et tel avait été l’occident, et tel avait été l’orient, le but et le moyen, le terme et le départ, de la seconde manifestation phénoménique.

9. Il avait dit encore, Lui-les-Dieux: les ondes inférieures et gravitantes des cieux tendront irrésistiblement ensemble vers un lieu? déterminé, unique; et l’Aridité paraîtra: et cela s’était fait ainsi.

10. Et il avait désign?é l’aridité sous le nom de Terre, élément terminant et final, et le lieu vers lequel devaient tendre les eaux, il l’avait appelé Mers, immensité aqueuse. Et considérant ces choses, Lui l’Etre des êtres, il avait vu qu’elles seraient bonnes.

11. Continuant à déclarer sa volonté, il avait dit, Lui-les-Dieux: la Terre fera végéter? une herbe végétante, et germant d’un germe inné, une substance? fructueuse portant son fruit propre, selon son espèce, et possédant en soi sa puissance sémentielle: et cela s’était fait ainsi.

12. La Terre avait fait pousser de son sein une herbe végétante et germant d’un germe inné, selon son espèce, une substance fructueuse possédant en soi sa puissance sémentielle selon la sienne: et Lui, l’Etre des êtres, considérant ces choses, avait vu qu’elles seraient bonnes.

13. Et tel avait été l’occident, et tel avait été l’orient, le but et le moyen, le terme et le départ, de la troisième manifestation phénoménique.

14. Déclarant encore sa volonté, il avait dit, Lui-les-Dieux: il y aura, dans l’Expansion éthérée des cieux, des Centres de lumière, destinés à opérer le mouvement de séparation entre le jour et la nuit, et à savoir? de signes à venir, et pour les divisions temporelles, et pour les manifestations phénoméniques universelles, et pour les mutations ontologiques des êtres.

15. Et ils seront, ces Centres de lumière, comme des foyers sensibles chargés de faire? éclater la Lumière intelligible sur la terre: et cela s’était fait ainsi.

16. Et il avait déterminé, Lui, l’Etre des êtres, l’existence potentielle de cette Dyade de grands foyers lumineux; destinant le plus grand à la représentation du jour, et le plus petit à celle de la nuit; et il avait déterminé aussi l’existence des facultés virtuelles de l’Univers?, les étoiles.

17. Les préposant dans l’expansion éthérée des cieux, ces foyers sensibles, pour faire éclater la lumière intelligible sur la terre.

18. Pour représenter dans le jour et dans la nuit, et pour opérer le mouvement de séparation entre la lumière et l’obscurité: et considérant ces choses, Lui, l’Etre des êtres, il avait vu qu’elles seraient bonnes.

19. Et tel avait été l’occident, et tel avait été l’orient, le but et le moyen, le terme et le départ, de la quatrième manifestation phénoménique.

20. Ensuite il avait dit, Lui-les-Dieux: les Eaux émettront à foison les principes vermiformes et volatiles d’une âme de Vie?, mouvante sur la terre, et voltigeante dans l’expansion éthérée des cieux.

21. Et Lui, l’Etre des êtres, avait créé l’existence potentielle de ces immensités corporelles?, légions de monstres marins, et celle de toute âme de Vie, animée d’un mouvement reptiforme, dont les eaux émettaient à foison les principes, selon leur espèce, et celle de tout oiseau à l’aile forte et rapide, selon son espèce: et considérant ces choses, Lui-les-Dieux, il avait vu qu’elles seraient bonnes.

22. Il avait béni ces êtres, et leur avait déclaré sa volonté, disant: propagez-vous et multipliez-vous, et remplissez les eaux des mers; afin que l’espèce volatile se multiplie sur la terre.

23. Et tel avait été l’occident, et tel avait été l’orient, le but et le moyen, le terme et le départ, de la cinquième manifestation phénoménique.

24. Et Lui-les-Dieux avait dit encore: la Terre émettra de son sein un souffle de vie selon son espèce, animé d’un mouvement progressif, quadrupède et reptile. Animalité terrestre, selon son espèce; et cela s’était fait ainsi.

25. Il avait donc déterminé, Lui, l’Etre des êtres, l’existence potentielle de cette Animalité terrestre, selon son espèce, et celle du Genre quadrupède, selon son espèce; et considérant ces choses, il avait jugé qu’elles seraient bonnes.

26. Continuant ensuite à déclarer sa volonté, il avait dit, Lui-les-Dieux: nous ferons Adam  , l’Homme? universel, en notre ombre? réfléchie, suivant les lois? de notre action assimilante; afin que, puissance collective, il tienne universellement l’empire, et domine à la fois, et dans le poisson des mers, et dans l’oiseau des cieux, et dans le quadrupède, et dans toute l’animalité, et dans toute vie reprit forme? se mouvant sur la terre.

27. Et Lui, l’Etre des êtres, avait créé l’existence potentielle à’Adam  , l’Homme universel, en son ombre réfléchie; en son ombre divine il l’avait créé; et, puissance collective, l’avait identifié ensemble mâle et femelle.

28. Il avait béni son existence collective, et lui avait déclaré collectivement sa volonté, disant: propagez-vous et multipliez-vous; remplissez la Terre et subjuguez-la; tenez universellement l’empire et dominez dans le poisson des mers, et dans l’oiseau des cieux, et dans toute chose? jouissant du mouvement vital sur la Terre.

29. Et il avait également déclaré, Lui-les Dieux; voici: je vous ai donné sans exception, toute herbe germant d’un germe inné, sur la face de la Terre entière, ainsi que toute substance portant son fruit propre, et possédant en soi sa puissance sémentielle, pour vous servir d’aliment.

30. Et à toute animalité terrestre, et à toute espèce de volatile, d’être reptiforme se mouvant sur la terre, et possédant en soi le principe inné d’un souffle animé de vie, j’ai donné en totalité l’herbe verdoyante pour aliment. Et cela s’était fait ainsi.

31. Alors, considérant toutes ces choses qu’il avait faites en puissance, comme présentes devant lui, il avait vu, Lui-les-Dieux, qu’elles seraient bonnes selon leur mesure?. Et tel avait été l’occident, et tel avait été l’orient, le but et le moyen, le terme et le départ, de la sixième manifestation phénoménique.

 Chapitre II. — LA DISTINCTION

18. Ensuite il dit, IHÔAH, l’Etre des êtres: il n’est pas bon qu’Adam   soit dans la solitude? de lui-même, je lui ferai une compagne, une aide élémentaire, émanée de lui-même et formée dans la réflexion de sa lumière.

19. Or, il avait formé, hors de l’Elément adamique, toute l’animalité de la nature? terrestre, et toute l’espèce volatile des cieux; il les fit venir vers Adam   pour voir? quel nom relatif à lui-même cet Homme universel assignerait à chaque espèce; et tous les noms qu’il assigna à ces espèces, dans leurs rapports avec lui, furent l’expression de leurs rapports avec l’Ame universelle.

20. Ainsi donc, Adam   assigna des noms à l’espèce entière des quadrupèdes, à celle des oiseaux, et généralement à toute l’animalité de la nature; mais il fut loin d’y trouver cette compagne, cette aide élémentaire, qui, émanée de lui-même, et formée dans la réflexion de sa lumière, devait lui présenter son image réfléchie.

21. Alors IHÔAH, l’Etre des êtres, laissa tomber un sommeil profond et sympathique sur cet Homme universel, qui s’endormit soudain; et rompant l’unité de ses enveloppes extérieures, il prit l’une d’elles, et revêtit de forme et de beauté corporelle sa faiblesse originelle.

22. Ensuite il rétablit cette enveloppe qu’il avait extraite de la substance même d’Adam  , pour la faire servir de base? à celle d’Aïsha, sa compagne intellectuelle; et il l’amena vers lui.

23. Et Adam  , déclarant sa pensée, dit: celle-ci est véritablement substance de ma substance, et forme de ma forme; et il l’appela Aïsha, faculté volitive efficiente, à cause? du principe volitif intellectuel Aïsh, dont elle avait été tirée en substance.

 Chapitre III. — L’EXTRACTION.

1. Cependant, Nahash, l’Attract originel, la Cupidité, cette ardeur interne, appétante, était la passion? entraînante de la vie élémentaire, le principe intérieur de la Nature, ouvrage de IHOAH. Or, cette Passion insidieuse dit à Aïsha, la faculté volitive d’Adam  : pourquoi vous a-t-il recommandé, Lui-les-Dieux, de ne pas vous alimenter de toute la substance de la sphère organique? ?

6. Aïsha, la faculté volitive, ayant considéré qu’en effet cette substance, mutuellement désirée par? le sens? du goût et par celui de la vue, paraissait bonne, et la flattait agréablement de l’espoir d’universaliser son intelligence?, détacha de son fruit et s’en nourrit; et en donna aussi avec intention? à Aïsh, son principe intellectuel, auquel elle était étroitement unie; et il s’en nourrit.

7. Et soudain leurs yeux? s’ouvrirent également; et ils connurent qu’ils étaient dénu?és de vertu, de lumière propre, stériles, révélés dans leur obscur principe. Ils firent alors naître au-dessus d’eux une élévation ombreuse, voile de tristesse? mutuelle et de deuil; et ils se firent des vêtements passagers.

17. Et à l’Homme universel, Adam  , il dit ensuite: puisque tu as prêté l’oreille à la voix de ta faculté volitive, et que tu t’es nourri de cette substance, de laquelle je t’avais expressément recommandé de ne t’alimenter nullement, maudit soit l’élément adamique, homogène, et similaire à toi, relativement à toi: avec angoisse tu seras forcé d’en alimenter tous les moments de ton existence.

18. Et les productions tranchantes, et les productions incultes et désordonnées, germeront abondamment pour toi: tu te nourriras des fruits acres et désordonnés de la Nature élémentaire.

19. Tu t’en nourriras dans l’agitation continuelle de ton esprit, et jusqu’au moment de ta réintégration à l’Elément adamique, homogène et similaire à toi: car, comme tu as été tiré de cet élément, et que tu en es une émanation spiritueuse, ainsi, c’est à cette émanation spiritueuse que tu dois être réintégré.

23. IHOAH, l’Être des êtres, l’isola de la sphère organique de la sensibilité temporelle, afin qu’il élabor?ât et servît avec soin cet Elément adamique, hors duquel il avait été tiré.

24. Ainsi, il éloigna de son poste cet Homme universel, et fit résider, du principe de l’antériorité des temps à la sphère sensible et temporelle, un être collectif appelé Cherubim, semblable à la puissance multiplificatrice universelle, armé de la flamme incadescente de l’extermination, tourbillonnant sans cesse sur elle-même, pour garder la route de la substance élémentaire des Vies.

 Chapitre VI. — LA MESURE PROPORTIONNELLE.

8. Noé seul, le repos de la Nature élémentaire, trouva grâce aux yeux de Ihôah.

13. Alors, manifestant sa parole, il dit à Noé: le terme de toute corporéité vivante s’approche à mes yeux: la Terre s’est comblée d’une ardeur ténébreuse et dévorante qui la dégrade et l’avilit d’une extrémité à l’autre: me voici, laissant naître de cette même dégradation l’avilissement qu’elle entraîne et la destruction.

14. Fais-toi une Thebah, une enceinte sympathique; fais-la d’une substance élémentaire conservatrice; compose-la de chambres et de caveaux de communication ; et lies-en la circonférence tant intérieure qu’extérieure, avec une matière corporisante et bitumineuse.

17. Et me voici, moi?-même, conduisant sur la Terre la grande intumescence des eaux pour y détruire et consumer entièrement toute substance corporelle possédant en soi le souffle des Vies: tout ce qui est sur la Terre, au-dessous des Cieux, expirera.

 Chapitre VIII. — L’ENTASSEMENT DES ESPÈCES.

6.Là se terminèrent les quatre décuples de jour; et Noé, dégageant la lumière qu’il avait faite à la Thebah,

7.Lâcha l’Er?èbe, l’obscurité occidentale, qui, prenant un mouvement alternatif de sortie et de rentrée, suivit et suivra ce mouvement périodique jusqu’à l’entier dessèchement des eaux de dessus la Terre.

8.Ensuite, il laissa aller d’avec lui, l’Iôna, la force plastique de la Nature; afin de reconnaître si les eaux s’allégeaient sur la face de l’élément adamique.

9.Mais l’Iôna ne trouvant point? de lieu de repos pour communiquer son action génératrice, revint vers lui, vers la Thebah, parce que les eaux occupaient encore toute la surface terrestre : il déploya donc sa puissance, et l’ayant retirée, la fit venir à lui vers la Thebah.

10.Et lorsqu’il eut attendu un septénaire d’autres périodes lumineuses, il émit de nouveau l’Iôna hors de la Theba.

11.Mais elle ne revint à lui, cette faculté plastique de la Nature, qu’au temps même de l’Erèbe, telle qu’une colombe fuyant le noir corbeau: une sublimation de l’essence ignée avait été saisie par sa faculté conceptive; en sorte? que Noé reconnut à ce signe que les eaux s’étaient allégées sur la Terre.

 Chapitre X. — LA PUISSANCE AGRÉGATIVE ET FORMATRICE.

1.Maintenant voici quelles furent les générations caractéristiques des enfants de Noé, repos de la Nature élémentaire: Shem, Cham et Japheth, et les productions émanées d’eux après la grande intumescence des eaux.

2.Or, les productions émanées de Japheth, l’étendue absolue, furent: la Cumulation élémentaire ou la force agrégative, l’Elasticité, la Divisibilité, la Ductilité générative, la Diffusibilité, la Perceptibilité, et la Modalité ou la faculté de paraître sous une forme déterminée.

3.Et les productions émanées de la Gumulation élémentaire furent: le Feu? latent ou le calorique, la Rarité ou la cause de l’expansion, et la Densité ou la cause de la corporisation universelle.

4.Et les productions émanées de la Ductilité générative furent: la Force délayante et pétrissante, et le Principe sympathique des Répulsions et des Affinités naturelles.

5.C’est au moyen de ces deux dernières facultés, l’une répulsive, l’autre attractive, que les centres de volonté furent différenciés sur la Terre, dans les corps organisés, tant particuliers que généraux, intelligibles ou naturels.

6.Et les productions émanées de Cham, l’inclinaison ténébreuse et chaude, furent: la Force ignée ou la combustion, les Facultés subjugantes et captivantes, la Mofette ou l’azote, et l’Existence physique et matérielle.

7.Et les productions émanées de la Force ignée furent: l’Humide radical, cause universelle de toute sapidité, l’Energie naturelle, le Mouvement déterminant ou la cause, le Tonnerre, et le Mouvement déterminé ou l’effet. Le Tonnerre enfante à son tour la Réintégration des principes, et l’affinité élective ou Electricité.

8.Et la force ignée donna aussi naissance au Principe de la Volonté désordonnée, principe de rébellion, d’anarchie, de toute-puissance?, tant particulière que générale, n’obéissant qu’à sa propre impulsion: lui qui fit de violents efforts pour être le dominateur de la Terre.

9. Lui qui, superbe adversaire aux yeux de Ihôah, donna lieu à ce proverbe : semblable au Principe de la volonté anarchique, superbe adversaire aux yeux de Ihôah.

10.Or, l’origine? de son empire fut au sein des Révolutions civiles, la Vanité, la Mollesse ou le relâchement des mœurs, l’Isolement ou l’égoïsme, et l’Ambition ou le désir de tout posséder.

11.Mais ce fut du sein de ces mêmes Révolutions civiles que sortit le Principe harmonique, le Principe éclairé du gouvernement, l’ordre?, le bonheur? résultant de ce principe; lequel établit ce qui concerne l’accroissement extérieur, la Colonisation, l’éducation de la jeunesse; et ce qui concerne les Institutions intérieures de la Cité; et ce qui concerne le perfectionnement des lois, le rassemblement des vieillards, le Sénat:

12.Et ce qui concerne la Puissance législative, ou les Rênes du gouvernement, placée entre la force extérieure et intérieure, l’action et la délibération, la jeunesse et le Sénat: Puissance très grande et boulevard de la société.

13.Cependant les facultés subjugantes et captivantes, nées de la Force ignée, produisirent l’existence des propagations physiques, celle des Appesantissements matériels, celle des Exhalaisons enflammées, et celle des Cavernosités.

14.Elles produisirent aussi le principe des Brisures infinies, et celui des épreuves expiatoires, d’où sortirent les Rejetés et les Convertis.

15.Et l’Existence physique et matérielle produisit l’Insidieux adversaire, ou la Ruse, son premier-né, et l’Affaissement moral? ou l’avilissement.

16.Elle produisit aussi les Refoulements intérieurs, les Exprimations extérieures, et les Remâchements réitérés :

17.Et donna naissance aux Vies animales, aux Passions brutales, aux Passions haineuses;

18.Elle enfanta enfin les Ardeurs du butin, la Soif du pouvoir, et l’Avarice insatiable: ensuite ses tribus furent dispersées.

19.Or voici les limites? générales qu’atteignirent les émanations de l’Existence physique et matérielle, depuis la naissance de l’Insidieux adversaire: à force de convulsion intestine, elles parvinrent à l’affermissement de leur empire: à force de détours obscurs, d’intrigues, de sourdes menées, de tyrannie, d’insensibilité et de guerres, elles devinrent le gouffre des richesses.

20.Voilà tous les enfants de Cham, ce qui est courbe, ténébreux, incliné et chaud; selon leurs tribus, leurs langues, leurs régions, leurs organisations diverses.

21.Et voici quels furent ceux de Shem, l’élévation brillante, frère aîné de Japheth, l’Etendue absolue; auquel il fut accordé d’être le père de toutes les productions ultra-terrestres.

22.Or les productions émanées de Shem furent donc: la Durée infinie, ou l’Eternité; le Principe du pouvoir légal, et l’ordre immuable, l’harmonie?, la béatitude? qui en résultent; le Principe médiateur de la Providence, la Propagation intellectuelle, et l’Universelle Elémentisation.

23.Et les productions émanées de l’Universelle Elémentisation furent: la Substantiation, le Travail virtuel, la Pression abondante, et la Récolte des fruits spirituels.

24.Et le Principe médiateur de la Providence donna naissance à l’Emission active: et l’Emission active ou la grâce divine, produisit ce qui est Ultra-terrestre; c’est-à-dire ce qui passe au-delà de ce Monde?.

25.Or, il fut accordé à ce qui est Ultra-terrestre de générer deux enfants. Le premier reçut le nom de Phaleg, c’est-à-dire la dialection, la classification; à cause que ce fut à l’époque de son apparition que la Terre fut divisée en différentes classes ; et le second fut appelé Jaktan, c’est-à-dire l’Atténuation ou la réduction en atomes spirituels.

26.Et la Réduction en atomes spirituels donna l’existence à la Mensuration probatoire ou divine, à l’Emission réfléchie, à la Scission opérée par la mort?, à la Manifestation radieuse et fraternelle ou la Lune.

27.Cette Atténuation spirituelle produisit la Splendeur universelle, le Feu épuré et divin, la Raréfaction éthérée et sonore:

28.Elle enfante l’Orbe infini, Père de la Plénitude, et la Réintégration ou Rédemption.

29.Et enfin, elle fut à l’origine de la Fin? Elémentaire, de la Vertu éprouvée, et de la Jubilation céleste.

30.Et tel fut le cours et le lieu de la Réintégration et de ses produits, depuis l’époque de la Récolte des fruits spirituels, à force de travail d’esprit, jusqu’au principe générateur de l’Antériorité des Temps.

31.Voilà tous les enfants de Shem, ce qui est direct, élevé, sublime? et brillant; selon leurs tribus, leurs langues, leurs régions, leurs organisation diverses.

32.Voilà les tribus entières des Enfants de Noé, repos de l’Existence élémentaire, selon leurs générations caractéristiques, et leurs organisations constitutionnelles; et c’est par leur moyen que les organisations particulières et générales ont été diversifiées sur la Terre, après la grande intumescence des eaux.


Ver online : Fabre d’Olivet - Oeuvres