Página inicial > Antiguidade > Platão (V-IV aC) > Ficin: Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes

Marsile Ficin

Ficin: Théologie platonicienne de l’immortalité des âmes

Trad. Raymond Marcel, Belles Lettres, 1964

quinta-feira 14 de agosto de 2008, por Cardoso de Castro

    

Essai de résumé à partir de la table de mati  ères

  • LIVRE HUITIÈME: Sa vie intellective prouve que l’âme est indivisible et en conséquence qu’elle est immortelle.
    • Ch. I — L’âme est une forme indivisible partout tout entière et elle ne tire pas son origine de la matière, par conséquent elle est immortelle, comme le montre sa puissance d’intellection. Première raison. L’ascension de l’âme à l’esprit   se fait par quatre degré?
    • Ch. II — Deuxième raison. La vérité est la nourriture de l’âme
    • Ch. III — Troisième raison. La vertu de l’âme, parce qu’elle est indivisible, ne peut être une qualité du corps
    • Ch. IV — Quatrième raison. L’espèce et l’idée intelligibles ne peuvent être reçues par un corps
    • Ch. V — Cinquième raison. Si l’intelligence est un corps, elle comprend en touchant et en parcourant
    • Ch. VI — Sixième raison. L’intellect reçoit ce qu’il comprend dans sa totalité ; ce qu’il ne ferait pas s’il était corporel.
    • Ch. VII — Septième raison. En recevant les formes des objets, l’intellect ne perd pas la sienne propre ; c’est le contraire pour les corps
    • Ch. VIII — Huitième raison. Dans l’intelligence la forme est universelle. Elle ne peut être telle dans un corps
    • Ch. IX — Neuvième raison. Les intelligences se contiennent mutuellement ; les corps en aucune façon
    • Ch. X — Dixième raison. L’intelligence opère à travers tous les corps et au-dessus des corps-
    • Ch. XI — Onzième raison. L’intelligence s’améliore dans le repos, le corps par le mouvement
    • Ch. XII — Douzième raison. Les contraires dans la matière ne sont pas contraires dans l’intelligence
    • Ch. XIII — Treizième raison. En recevant les formes l’intelligence ne change pas
    • Ch. XIV — Quatorzième raison. L’opération du corps tend au composé ; celle de l’âme au simple
    • Ch. XV — Quinzième raison. L’action de l’intelligence s’achève dans l’action, l’action du corps dans le corps
    • Ch. XVI — Seizième raison. La forme corporelle ne possède pas une puissance infinie ; l’intelligence, elle, en possède une